↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Dry Can


Something like that...


(01/09/2006 - Dry Can - Hard-rock, Grunge - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Wherever I stand / 2- Wild / 3- Unreal / 4- Leader / 5- See what you're in / 6- October 19th / 7- Ring / 8- Fake
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Dry Can met le feu, toutes guitares devant. Seattle revival?"
Florent, le 06/10/2007
( mots)

La scène US des années 90 a apporté énormément au rock, cette banalité est de notoriété publique. Du grunge (et la scène de Seattle également) au hard rock funky en passant par le stoner, bon nombre de groupes ont laissé une marque indélébile derrière eux. Pearl Jam, Alice in Chains, Nirvana, Red Hot Chili Peppers, Queens of the stone age, Deftones, Silverchair etcaetera, cette liste n’est en rien exhaustive.

Indélébile, tel est le mot, surtout pour les membres de Dry Can. A l’écoute de ce très bon album, on se rend compte de suite que le combo a été marqué au fer rouge par cette scène et l’a manifestement parfaitement digérée, se fondant à merveille dans ce background de qualité. Dry Can, est un groupe français (si, si !), mais surtout un groupe à guitares. Ces guitares omniprésentes du début à la fin de ce Something like that… très bien réalisé.

On se laisse complètement captiver par les riffs accrocheurs parfois très rocailleux ainsi que les effets wah-wah, qui sont toujours efficaces et tripants. Les morceaux "Wild" ou l’excellent "Ring" en sont la parfaite démonstration. Ce dernier morceau est certainement la pièce la plus réussie de l’album, avec ses boucles de guitares lancinantes nous faisant baigner dans une atmosphère complètement addictive (la voix particulière n’y est pas pour rien…). La géniale mise en bouche "Wherever i stand" place Dry Can dans une catégorie assez élevée voire très élevée en la matière, au sein de la scène française voire Européenne actuelle. On s’en régale.

Au niveau du chant, Anna et Antoine arrivent à trouver une complémentarité et le tout sonne très bien, comme sur ce "Unreal" rappelant un Alice in Chains détendu. Le groupe se revendique également de groupes tels que Pink Floyd et Led Zeppelin pour ce qui est des influences, ce qui n’apparaît absolument pas prétentieux lorsque l’on a fait le tour de l’album. On retient aussi de ce LP l’entame sévèrement burnée et la basse rebondissante de l’excellent "Leader", ou encore la lente montée en régime et le charme de "See what you’re in"… Dry Can sait aussi y faire avec les ballades, même si ce n’est clairement pas ce que l’on retiendra de cet album.

Dans tous les cas, soyons heureux de connaître et d'écouter Dry Can. Du gros son et des guitares comme on aime, bref : du très bon !

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également