↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Elliott Smith


XO


(25/08/1998 - DreamWorks - Acoustique - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Sweet Adeline / 2- Tomorrow tomorrow / 3- Waltz 2 / 4- Baby Britain / 5- Pitseleh / 6- Independance Day / 7- Bled White / 8- Waltz 1 / 9- Amity / 10- Oh Well, Okay / 11- Bottle Up And Explode! / 12- A Question Mark / 13- Everybody Cares, Everybody Understands / 14- I didn't Understand
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (27 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 5.0/5 pour cet album
"Le sublime quatrième opus du génie de Portland."
Amelie, le 26/01/2010
( mots)

Combinez  la rigueur d’un Hendrix, la poésie de Jim Morrison, le mal-être de Cobain, la voix et le sens de la mélodie de Lennon. Vous obtenez Elliott Smith, un songwriter de génie des années 90 au destin aussi court et tragique que celui de ceux dont il est le digne héritier. Être fragile, beaucoup trop sensible pour le monde qui l’entoure, il met fin à ses jours en 2003, laissant la décennie se décanter sous des hospices plus favorables au rock garage et à l’électro qu’à ses balades sensibles et sincères.

Elliott Smith fait de la pop mâtinée de folk comme beaucoup rêveraient d’en faire. Souvent copié, jamais égalé, il a su cultiver la flamme, la sincérité et la sensibilité des balades légères de ses idoles de toujours : Big Star et Les Beatles. En environ 7 ans de carrière solo, il ne laissa pas moins de 5 albums, dont 4 véritables chefs d'œuvres: Elliott Smith, Either/Or, XO et Figure 8. Sa carrière ne s'est pas arrêtée avec sa mort, puisqu'une fois n'est pas coutume, les deux albums posthumes From A Basement On The Hill (2004) et New Moon (2007) sont également  incontournables pour tous les amateurs.

Après le fabuleux Either/Or, dont le succès a été boosté par l’utilisation de quelques titres pour la BO du film Will Hunting, Elliott Smith signe chez Dreamworks, la firme de Steven Spielberg et sort  XO, un album généreux de 14 titres, tous plus sublimes les uns que les autres, du très frais "Sweet Adeline" au magique  "I Didn’t Understand". Conséquence du passage en major ou pas, Elliott Smith modifie pour l’occasion sa manière de travailler et d’arranger ses morceaux. Aux habituels piano/guitare/voix, proches du travail de Big Star,  il ajoute plus de batterie ainsi que de nombreux arrangements et effets. Il  systématise le doublement de voix, instauré par les Beatles, et qui confère ainsi à  un titre comme "I Didn’t Understand" une dimension religieuse digne du  "Because" de ses idoles.

Réconcilé (temporairement) avec la vie, certains titres laissent percer un espoir, chose qui n’est pas habituelle dans les compositions d’Elliott Smith. L’album offre donc des balades plus rythmées, fraîches, fort réussies telles "Sweet Adeline", "Independance Day", "Baby Britain", "Amity" et le somptueux "Tomorrow Tomorrow". L’album  recense quelques uns des meilleurs titres de l’artiste, tous albums confondus, comme  "Waltz #2", touchant à en avoir des frissons dans tous le corps, le mélancolique "Oh Well, Okay", l’excellent "Bottle Up And Explode !" ou encore "I didn’t understand" à fleur de peau.

XO est un album traumatisant, un véritable oeuvre d'art, non seulement par la mélancolie et la fragilité qui s’en dégagent, mais par la beauté et la pureté de la musique du très regretté Elliott Smith.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Elliott Smith


Roman Candle


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également