↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Emerson, Lake & Palmer


Emerson Lake & Palmer


(20/11/1970 - Island - Rock progressif - Genre : Rock)
Produit par Greg Lake

Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Le mariage du rock et de la musique savante enfin consommé après des années de tâtonnements"
François, le 29/06/2020
( mots)

La notion de supergroupe date de la fin des années 1960. En résumé, c’est un rassemblement de musiciens, souvent brillants et déjà connus par ailleurs, réunis afin de créer une formation dont la plus-value (commerciale autant que musicale) serait apportée par cette association. Cream, Blind Faith, Crosby Still Nash & Young, Rhinoceros (pour le plaisir de citer ce groupe oublié), vous connaissez forcément l’un d’entre eux. Le rock progressif est devenu friand de ce genre de projet, pensez à Transatlantic et [g]Sons Of Apollo[/h], et Emerson Lake & Palmer est sûrement le supergroupe le plus connu dans cette catégorie. 


Il faut donc présenter rapidement les trois compagnons. Keith Emerson, le claviériste, vient de The Nice (qui était déjà plus ou moins un supergroupe). C’est un musicien talentueux dont les digressions vers le jazz et la musique classique marquent fortement l’esthétique d’ELP. Il domine clairement ce premier opus. En fait, la nouvelle formation semble vraiment être la suite logique et aboutie de The Nice. On a déjà rencontré Carl Palmer sur le site : c’était l’impressionnant batteur d’Atomic Rooster sur leur premier album. Enfin, le bassiste/guitariste et chanteur Geg Lake avait assuré ces postes sur les deux premiers albums de King Crimson. Ce sont donc trois pionniers du rock progressif, acteurs d’albums exceptionnels, qui se sont rassemblés. 


ELP a une réputation ambivalente. D’une part, il est reconnu que techniquement, il s’agit peut-être du groupe le plus inattaquable de l’histoire du rock progressif. En effet, si vous voulez mettre un terme au mépris à l’égard du rock, faites écouter au snob une seule minute du groupe pour la plonger dans un mutisme honteux (bien que votre interlocuteur puisse se demander s’il s’agit bel et bien de rock…). D’autre part, il représente également tous les excès qu’on peut reprocher au rock progressif. Rappelez-vous … A peine formés, ils reprennent "Pictures at an Exhibition" de Moussorgski dans une version arrangée par leurs soins pour le festival de l’Ile de Wight d’août 1970. Leur performance dure plus d’une demi-heure, dans ce qui ressemble à une pure démonstration technique. Il n’empêche, à l’époque, ils obtiennent rapidement une aura solide – bien soutenue par la presse et les labels – et sortent un premier album à la fin de l’année 1970. 


Evacuons tout de suite le tube "Lucky Man", puisqu’il ne ressemble pas du tout au reste de l’album. Une vraie réussite, n’en déplaise aux grincheux. C’est une ballade subtile dont on peut saluer le solo de Moog qui donne des frissons. Un titre final qui permet à l’auditeur de souffler après s’être perdu dans les notes du trio. 


En effet, ce premier opus est ambitieux et annonce déjà la direction esthétique choisie par le groupe. La qualité de l’interprétation et des arrangements de grands compositeurs de la musique savante (ici Bartók, Janacek, Bach sur "The Barbarian" et "Knife-Edge"), dans la lignée des Nice, est saisissante. L’utilisation des claviers analogiques (Hammond, Minimoog …) est remarquable, Emerson leur donne leurs lettres de noblesse : « The Barbarian », saisissant et terrible, est un manifeste. Mais le côté rock est bien présent, voire même pop, en témoigne "Knife-Edge" qui pose presque des riffs de hard-rock aux claviers, avec un solo baroque sublime. Blackmore ne faisait-il pas la même chose cette année-là ? 


Néanmoins, l’album est également un peu abrupt, et tombe parfois dans une démonstration ("The Three Fates", en particulier) qui néglige l’originalité, le travail dans la structure, la mélodie. Et finalement, c’est quand le groupe se met au travail comme un seul homme et compose un titre original qu’il parvient à soulever des montagnes (Greg Lake à la composition mais les trois ont participé aux arrangements). "Take a Pebble" mêle des passages très progressifs avec un chant au poil, d’autres moments folks, des excursions vers la musique savante et un jazz ampoulé. Peut-être que sa seconde partie traîne un peu en longueur, mais c’est tout de même une franche réussite. 


ELP parvient donc à déclarer au public ses intentions dès son premier album … novateur … grisant ! Il n’est pas dénué de défauts, mais il ne manque pas non plus d’ambition. Les tâtonnements des années 1960 pour unir le rock et la musique classique trouvent enfin un accomplissement dans l’hybridation bien plus convaincante que dans la superposition forcément bancale. Il fallait bien trois artisans accomplis pour la réaliser. 


 

Commentaires
Mike, le 06/07/2020 à 13:50
ELP a "baigné" mes années 70, et c'est là que se situe la quintessence de leur production discographique (ça commence à se dégrader sérieusement à partir de 'Love Beach" (1978)). Ceci dit, je ne peux dire combien de fois je me suis immergé dans l"atmosphère "liquide" de "Take A Pebble" et laissé porter par le chant "clair" de Greg Lake, puis bercer par les chapelets de notes émergeant des claviers de Keith Emerson (le solo de Moog final de "Lucky Man" est effectivement un "must"), sans oublier la rythmique sans faille de Carl Palmer sur "Knife-Edge". Cinquante ans plus tard, cet album n'a pas pris une ride et s'écoute toujours (avec facilité !) avec un égal bonheur. Le "Progressive Rock", ses délices et atmosphères souvent oniriques et luxuriantes (en pleine éclosion à l'époque : Pink Floyd, Genesis (période Peter Gabriel), King Crimson, Yes et bien d'autres avaient déjà tracé la voie et produit quelques albums majeurs), avait alors mis à mal mon éclectisme musical, tant son côté expérimental et novateur m'avait séduit. Les arrangements pour Moog de Keith Emerson (sublimés sur "Pictures At An Exhibition") ont peut-être mal vieilli, mais pris dans le contexte de l'époque, c'était quelque chose... Merci au "Carl Palmer's ELP Legacy" d'entretenir la flamme de ce groupe à nul autre pareil... RIP Keith & Greg..
Francois, le 06/07/2020 à 10:49
@Progger. Merci pour la petite faute d'inattention, Palmer s'était retrouvé à tous les postes ... Il est doué mais quand même. ELP est en effet difficile à écouter, mais je ne sais pas s'il l'est davantage aujourd'hui : par expérience, j'ai trouvé des amateurs n'ayant pas connu les années 1970 (trop jeunes) qui, en plus, n'écoutaient pas de rock progressif (mis à part ce groupe).
Progger, le 04/07/2020 à 22:18
Hello, merci pour la critique ! Excellent groupe difficile à écouter aujourd'hui. Une petite erreur dans le premier paragraphe, c'est Greg lake le bassiste de ce super groupe.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également