↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Liam Gallagher


Why Me? Why Not.


(20/09/2019 - - Oasis en moins bien - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Shockwave / 2- One of Us / 3- Once / 4- Now That I've Found You / 5- Halo / 6- Why Me? Why Not. / 7- Be Still / 8- Alright Now / 9- Meadow / 10- The River / 11- Gone / 12- Digital Booklet: Why Me? Why Not.
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (9 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Liam Gallagher, l'outsider qui s'impose sans tricher avec un disque touchant, nerveux et sensible"
Guillaume, le 22/10/2019
( mots)

Et si le plus authentique des deux frères terribles c’était lui? Liam? Vêtu de son sempiternel hoodie de prolo de Manchester, un titre d’album à double sens le positionnant à la fois comme l’outsider mais aussi comme un rejeton de John Lennon, le cadet Gallagher se présente au public pour la deuxième fois sous son seul nom.


Expliquons rapidement cette histoire de titre en filiation avec l’ancien Beatle, Why Me? Why Not (2019 Warner Records) fait référence à deux dessins réalisés par John Lennon. « Why Me? » acheté par Gallagher à la fin des années 90 et « Why Not » lui ayant été offert par Yoko Ono quand elle a su pour l’achat du premier.


Au delà du trublion incontrôlable qu’il incarne depuis une vingtaine d’années on sait que l’homme est sensible. Il a choisi avec soin son titre d’album, il se dit lucide sur ses capacités de songwriter qui doit travailler plus que les autres. Why Me? Why Not au sens littéral, lui aussi peut bien y arriver s’il s’en donne les moyens. Pour un gars soi-disant gonflé d’orgueil on a vu plus démonstratif. 


On surveille de près les textes et les moindres allusions, et il s’en défendra, mais soit Liam Gallagher est un troll de classe mondiale, ce qui a traversé l’esprit de beaucoup, soit les trois premières chansons tirent à boulets rouges en direction de Vous-Savez-Qui. 


Que ce soit le ton revanchard et le flot d’injures balancés dès l’ouverture dans le texte très direct de "Shockwave", l’invitation à presque enterrer la hache de guerre dans dans "One Of Us", on perçoit évidemment dans les mots toute la complexité que l’on connaît des liens entre les deux frères.


Musicalement, Liam a choisi de poursuivre dans la veine rock et on l’en remercie chaleureusement. En toute cohérence avec sa nécessité de travailler et de progresser, il a su s’entourer de compositeurs anglais et américains qui ont su coller à sa personnalité avec un coup de chapeau particulier aux titres écrits avec Greg Kurstin dont "Shockwave" qui se place comme une des toutes meilleures chansons chantées par Liam Gallagher toutes époques confondues, on y retrouve toute l’énergie, le fiel et la nervosité du mancunien. Citons également "Halo", plus vif avec son piano bastringue et sa batterie martelée qui figure également dans le haut du panier.


Deuxième grand moment, "Now That I’ve Found You" écrite cette fois-ci avec Simon Aldred qui s’y connaît également en chansons qui rapportent. Si Kurstin avait à son CV Paul McCartney, Beck et John Legend, Aldred a bossé lui pour Birdy, Rag’n’Bone Man et Avicii. Résultat une chanson plus pop mais avec un refrain inoubliable. Autre refrain pop de grande qualité, le morceau titre "Why Me? Why Not", tendez l’oreille, c’est aussi du Aldred. 


Ces deux coups de force feraient presque oublier que l’essentiel de l’album a été écrit avec Andrew Wyatt qui avait déjà travaillé sur le premier. Wyatt c’est Beck et Bruno Mars entre autre. Un travail de bonne qualité dont on retiendra "The River" mais surtout "Glimmer" qui n’apparaît que sur l’édition deluxe. Un morceau au son retro, une chouette ritournelle pop rock pleine de bonnes ondes pour clôturer un album agréable, façonné par une multitude d’intervenants mais sans que cela n’empiète sur la cohérence d’ensemble.


Tout compte fait le disque s’écoule, chaque morceau apportant sa palette de satisfactions sonores, que ce soit pop, rock, folk, parfois quelques touches electro. Gallagher a construit un bouquet flatteur, pas toujours original, mais pourtant encore plus enthousiasmant que son prédécesseur déjà très réussi As You Were (2017 Warner Bros Records).


Citons encore deux participations inattendues : tout d’abord, Gene Gallagher, le fiston qui vient poser des bongos discrets mais sympas sur "One Of Us". Ensuite, Michael Tighe, ancien guitariste de Jeff Buckley, bien pote avec Liam Gallagher au point de revenir bosser sur deux titres, mais sans jouer, regrets…


Au final, bien que Why Me? Why Not soit présenté comme un album solo, Liam Gallagher reste un homme qui a besoin d’une bande de potes pour donner le meilleur de lui-même. Il démontre à nouveau avec brio sur les 50 minutes de son disque quel chanteur extraordinaire il est. L'intérêt étant peut être la confirmation de sa capacité à être maître seul à bord et à réussir son coup.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Liam Gallagher


As You Were


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également