↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Lofofora


Le Fond Et La Forme


(15/01/2003 - M10 / Sriracha Sauce - Rock brut et engagé - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Le Fond et la Forme / 2- Série Z / 3- Social Killer / 4- Histoire Naturelle / 5- Auto-pilote / 6- Ici ou ailleurs / 7- Comme à la Guerre / 8- Requiem Pour Moi-même / 9- Psaume Cac 40 / 10- Bienvenue / 11- Alarme Citoyens / 12- Carapace / 13- L'emprise / 14- [untitled]
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Le retour en force des pionniers de la fusion française. Subtil et ravageur."
Geoffroy, le 12/01/2011
( mots)

Si nos compères anglophones nourrissaient l’envie de s’intéresser à notre culture musicale d’aussi près que nous la leur, ils seraient tout autant bluffés par la teneur de cet album que nous l’avons été avec les Ramones. Pas vraiment du punk, pas exactement du metal, peut être un peu de hardcore, mais Lofofora est sans aucun doute la valeur la plus sûre de la fusion hexagonale. Un style incisif, des paroles à couper le souffle et un chanteur au charisme dantesque, fascinant quiconque choisit de s’imprégner de la musique du quatuor. Avec cet album, Lofofora change un peu la donne et se dirige vers des sphères plus personnelles, continuant à cracher son venin tout en y conférant une valeur introspective et viscérale. Deux nouveaux musiciens y font leur introduction en les personnes de Daniel Descieux et Pierre Belleville, respectivement guitariste et batteur, faisant ainsi évoluer le son dans une direction plus lourde, plus puissante mais aussi plus technique.

Une intro triballe d’une précision redoutable, une déferlante de saturation soutenue par un chant grave et direct ("Le Fond et La Forme"), suivie d’une structure lente propice aux phrasés hip-hop ("Série Z") montrent que Lofofora a porté à maturité tout ce qu’il a construit cette dernière décennie. On se rapproche d’un metal teinté de passages plus subtils qui n’oublient nullement le groove d’antan et les parties sensuelles qui font de Reuno Wangermez l’un des chanteurs les plus incroyables de la scène rock française. Une touche d’espoir s’insinue dans des textes courroucés, d'abord explicites et soudain imagés, une teneur plus poétique enlaçant une renaissance mélodique touchante dans des envolées intenses et éthérées ("Autopilote"). La basse de Phil Curty est agressive et mélodieuse, ses doigts se déplaçant sur le manche avec une fluidité dingue et complétant parfaitement le rythme mis en place par Pierre Belleville ("Alarme Citoyens"). Comme toujours, la rythmique sait se faire de plomb, ravageant tout sur son passage à coup de riffs coupants et de paroles déchirées, témoins d’un renouveau sonore et d’une verve qui n’en démord pas ("Psaume Cac 40", "Carapace"), mais apprend également à se faire calme et réfléchie, permettant à Reuno d’user de sa voix suave et lascive sous des guitares aux notes charnelles ("Histoire Naturelle"), voire de s’essayer aux accents ragga, jouant la mélodie sur un rythme simple et basique ("Comme A La Guerre").

Plus rentre dedans qu’auparavant, jouant plus sur l’atmosphère, en tout cas toujours acerbe et acide, Lofofora change la forme mais pas le fond, faisant de cet opus un véritable pavé dans le paysage sonore français. Si vous passez outre le mur de son et la grande gueule de Reuno, vous pourriez facilement tomber dans la fougue d’un groupe humble et humain à la gamberge des plus respectables qui vous fera vibrer de toute sa puissance et virulence. Une parfaite harmonie entre violence et sensibilité.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Lofofora


Monstre Ordinaire


Critique d'album

Lofofora


Mémoire De Singes


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également