↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Mika


The Boy who knew too much


(18/09/2009 - Universal - Pop anglaise - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- We are golden / 2- Blame it on the Girls / 3- Rain / 4- Dr John / 5- I see you / 6- Blue Eyes / 7- Good gone Girl / 8- Touches you / 9- By the Time / 10- One Foot Boy / 11- Toy Boy / 12- Pick up off the Floor
Note de 2/5
Vous aussi, notez cet album ! (17 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.5/5 pour cet album
"On frôle vite l'overdose avec le deuxième album de Mika."
Laura, le 28/12/2009
( mots)

Aujourd'hui, Mika jouit d'une renommée internationale assez importante. Il faut dire que le premier album de l'américano-libanais, Life in Cartoon Motion, s'est vendu comme des petits pains, et nous, les français, n'avons pas été les derniers à piocher dans le tas : cet album fut le plus vendu en 2007. Dans un monde tout en couleurs, avec des synthétiseurs planants, Mika, de sa voix suraiguë de Freddie Mercury aux cheveux frisés, prône l'amour, la fraternité, le peace, le love, et tout un tas d'autres choses dans le genre. C'est simple, Mika aime tout le monde, il aime les rondes ("Big Girls"), les homosexuels ("Billy Brown"), il aime les gens différents, mais surtout, il nous aime nous. C'est pour ça qu'il est incroyablement difficile de le détester. C'est tâche facile que d'avoir en horreur son positivisme et ses chansons, mais il faut bien reconnaître que le personnage inspire plutôt sympathie, avec sa sincérité et son léger accent quand il parle français.

En 2007, son coup marche à merveille, donc. Sa pop extrêmement dansante et ses concerts-spectacles de cirque aux milles animations parviennent à faire sourire et gigoter les grand-mères, les chefs d'entreprises et mêmes les emos. C'est frais, et c'est tellement osé dans l'excès style paillettes de fête foraine, que la sauce prend et, même si ce n'est pas non plus la big éclate inter-galactique, beaucoup se sont surpris à apprécier. Dans les textes de Life in Cartoon Motion, Mika s'est inspiré de son enfance, qui, d'après les biographies, n'a pas été toute rose. Mais le résultat est cependant très joyeux. Pour The Boy who knew too much, donc, logiquement, Mika dit puiser dans son adolescence. Et alors, qu'est ce que ça donne ? Qui Mika a-t-il envie d'aimer de plus ?

Après une première écoute, une chose est sûre, cet album est beaucoup plus sombre, et contrairement au premier, dans lequel une multitude d'airs nous sautaient au visage pour s'ancrer en nous, ici, rien. A part,  certes, le premier single, "We are golden". Mais c'est presque forcé, cette chanson carnaval pour épileptiques, façon High School Musical, nous agressant complètement. "We are not what you think we are", clame Mika, et la phrase est ensuite scandée par un choeur (d'enfants stigmatisés probablement) qui n'est apparemment pas ce qu'on croit qu'il est. Certes, c'est sympathique pour reprendre courage après un chagrin d'amour ou un 0 en orthographe, mais cette fois ci, le numéro du héros des personnalités mises à l'écart ne prend pas. Mika nous joue le jeu du garçon qui en faisait too much.

Partant de ce point là, cette sorte de lassitude devant cette flamme agitée qui a du mal à prendre, le reste n'est pas vraiment terrible non plus. Les autres pistes oscillent entre le simplement saoulant et l'inutile. Par exemple, "Blame it on the girls", avec son piano qui tente par tous les moyens de nous emporter dans le rythme, nous donne simplement envie de rester sur le canapé en boudant : il y a quelque chose qui manque dans ce rythme bancal. Pour le reste, on trouvera beaucoup de chansons larmoyantes, comme "Rain", assez touchante, "By the Time" et "I see you", la plus belle chanson de l'album, qui n'a, on doit le reconnaître, pas que des défauts. Sur celle-ci, le piano dépouillé et la voix mélancolique de Mika font tout à fait authentiques à côté de tout ce déversement d'émotions, et le refrain ne demande qu'à nous emporter dans un autre monde, un monde un peu barbe-à-papa sur les bords, mais un autre monde quand même.

Finalement, Mika est toujours aussi gentil, et notre sympathie pour lui n'a pas baissé. Mais The Boy who knew too much n'apporte rien de plus à Life in Cartoon Motion. La surprise de l'homme frisé qui balance des couleurs étant passée, on adhère moins. Le ridicule n'est pas loin, et on a presque envie de ranger le CD à côté de celui de Chantal Goya, dans l'étagère du bas. Pour les fans inconditionnels de Mika, certes, cela plaira sûrement, cet album leur apparaissant comme une nouvelle fournée de chansons à se mettre sous la dent. Les autres devront fuir à tout prix.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Mika


Life In Cartoon Motion


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également