↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Rush


Fly by Night


(15/02/1975 - Anthem - Hard Rock progressif - Genre : Rock)
Produit par

1- Anthem / 2- Best I Can / 3- Beneath, Between & Behind / 4- By-Tor And The Snow Dog / 5- Fly By Night / 6- Making Memories / 7- Rivendell / 8- In The End
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (6 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Un second (et chouette) album de Rush approfondissant l'identité du groupe"
François, le 25/01/2019
( mots)

Un harfang aux ailes déployées, prêt à bondir sur sa proie, dans une nuit sombre et enneigée, bien plus froide que l'explosion servant d'arrière-plan au nom du groupe un an auparavant, c'est ce que semble nous promettre ce second opus.


Cet envol signifie un début d’émancipation vis-à-vis des bases sur lesquelles le groupe repose. Première étape, un remaniement dans la composition du groupe avec l'arrivée du spectaculaire Neil Peart à la batterie mais également à l’écriture des paroles. Ce changement permet d’accroître le potentiel de virtuosité de l'ensemble et de donner un fond thématique plus sérieux aux vers psalmodiés par Lee.


Seconde étape, le groupe décide aussi de rompre avec les influences trop voyantes sur le premier opus. Rush ne sera pas le Led Zeppelin canadien si ce n'est dans l'impact qu'il aura sur le monde de la musique. Si des titres comme "Beneath, Between & Behind" - merveilleusement syncopé, grouillant de bonnes idées – ou "Making Memories" avec son riff folk ne peuvent que nous rappeler le cousin anglais, on a bien dans les mains un album de hard-rock avec la touche de Rush.


Ainsi, l'ouverture sur "Anthem" ne peut que laisser l'auditeur sans voix : rapide, varié, efficace, fin et gras en même temps, doux et dur. Bref, un vrai chef-d’œuvre. Plus loin dans l'album "Fly by Night", alternant arpèges et rythmes syncopés, est le pendant soft du premier titre, quoique beaucoup moins convaincant. Tout n’est pas de cette envergure : "Best I Can", par exemple, reste agréable mais peu original.


Autre changement avec cet album, la variété des styles. On sent un début d’inspiration qui vient du rock progressif, dans un mélange des genres déjà essayé par ailleurs, particulièrement efficace sur le long "By-Tor and the Snow Dog". Ce titre se permet des expérimentations musicales, aussi bien dans le son, l'harmonie que le rythme, et un déploiement du talent de percussionniste (à la batterie mais aussi sur d’autres percussions) de Peart enthousiasmant l’auditeur avec un solo alterné par des riffs endiablés et saccadés. On retrouve des phrasés que Yes ne renierait pas, mais on reste dans un titre hard-rock, la vraie rupture stylistique du groupe intervenant dans l'album suivant. Le thème, très héroïc-fantasy, rappelle également l'univers progressif. Il en est de même pour le folk "Rivendell", tout droit sorti du monde de Tolkien, mais un peu poussif voire ennuyant.


Puisqu'il faut finir par la fin, et avec un mauvais jeu de mot, "Into the End", est le reflet de "Working Man", tant par sa longueur que par sa position dans l'album. Néanmoins, c'est un reflet déformé puisqu'il ne joue pas dans le même registre. Introduction arpégée très bien sentie, presque sudiste, qu'un riff acéré reprend avec les effets adaptés, petit arrière-plan funky, le tout parfaitement servi par une section rythmique au point. On est entre le lancinant et le groove (écoutez la batterie, et pour le répéter, ce petit rythme funk à la guitare qui intervient de temps en temps), avec un équilibre parfait entre les forces qui se confrontent au sein du morceau. 


A partir de Fly by Night, Rush est dans sa forme définitive avec son nouveau batteur : les orfèvres canadiens peuvent prendre leur envol et leur indépendance pour plusieurs décennies. Il est le dernier album purement Hard rock du groupe avant un tournant dans leur carrière.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Rush


Clockwork Angels


Critique d'album

Rush


Moving Pictures


Critique d'album

Rush


Caress of Steel


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également