↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Thin Lizzy


Thunder and Lightning


(04/03/1983 - Vertigo - Heavy Metal - Genre : Hard / Métal)
Produit par Thin Lizzy

1- Thunder and Lightning / 2- This Is The One / 3- The Sun Goes Down / 4- The Holy War / 5- Cold Sweat / 6- Someday She Is Going To Hit Back / 7- Baby Please Don't Go / 8- Bad Habits / 9- Heart Attack
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Entre Thin Lizzy et le Heavy Metal, la boucle est bouclée"
François, le 30/08/2022
( mots)

Si l’on a l’oreille fine ou si l’on se fie aux témoignages des groupes anglais du début des 1980’s, il devient évident que Thin Lizzy a été l’une des principales influences de la NWOBHM parmi les groupes de la deuxième génération du hard-rock, aux côtés de Motörhead et Judas Priest. Les riffs rugueux, les twin-guitars, les mélodies épiques, nombreuses sont les bases esthétiques produites par les Irlandais dans la seconde moitié des 1970’s qui inspirèrent la vague Heavy pleine de fougue de la décennie suivante.


En 1983, c’est la jeune garde qui passe le relais à la bande de Lynott qui, avec Thunder and Lightning, adopte l’esthétique nouvelle pour offrir son album le plus metallique de sa discographie : les "anciens" ont compris dans quelle direction le vent soufflait et ils se décident à surfer sur la vague. Le faible succès de Renegade et des albums solo de Lynott rendent l’entreprise peut-être un peu opportuniste, mais le résultat est probant et le tournant stylistique peut également être attribué à l’arrivée de John Sykes à la guitare, transfuge des Tygers of Pan Tang (c’est-à-dire d’un des fleurons de la NWOBHM). 


En effet, le groupe n’a jamais été aussi brutal, puissant, et déferle dans nos oreilles dès les couplets Motörhead-ens, les refrains punk-metal, et le solo véloce de "Thunder and Lightning" - le parallèle avec "Heavy Metal Thunder" de Saxon ne se limite pas au jeu de mots sur les thématiques des deux titres. "Cold Sweat" ne manque pas non plus de riffs incisifs à la manière d’un Judas Priest et de solo classieux dans le style de Van Halen, quand on soulignera davantage le refrain culte de "This Is the One". L’introduction "Baby Please Don’t Go" (rien à voir avec le tube blues repris ad nauseam) est également du calibre de la NWOBHM, et son riff regarde vers Motörhead accouplé à des thèmes beaucoup plus radio-friendly.


En effet, Thin Lizzy se la joue également Hard-FM, ce que l’on pouvait déjà ressentir sur Renegade, avec "Someday She Is Going to Hit Back" (sur lequel on notera un solo de claviers presque prog’) ou plus encore sur "Heart Attack" entre les synthés très typés 1980’s et les chœurs répétant les fins de couplets.


Du reste, "Bad Habits" est très calibré Thin Lizzy canal historique, associé à des côtés punk américain élaboré, à mi-chemin entre les Runaways et les Ramones. L’ambiance cosmique du ténébreux "The Sun Goes Down", aux accents new-wave (voire Judas Priest sur ses pièces les plus tranquilles), est plus surprenante. Alors que s’installe une atmosphère très prenante, le minimalisme et la sobriété des lignes instrumentales laissent la place au chant incarné de Lynott et aux interventions aérienne à la guitare.


Pour couronner le tout, "The Holy War", le titre incontournable de Thunder and Lightning, lance une salve épique aux guitares jumelles après une introduction aux rythmiques très 1980’s. La thématique religieuse a été abordée plusieurs fois par le groupe, Irlande oblige, ici avec des chœurs effrayants lors des refrains, un riff martial et un solo volontiers démonstratif, comme si le diable se cachait derrière les paroles divines et la vanité destructrice de l’intégrisme - "And no one will win this war".


C’est donc sur des notes très metalliques que s’achève la carrière de Thin Lizzy, comme si ce qu’ils avaient participé à créer finissait par les emporter dans un mouvement final qui bouclerait la boucle. En octobre de la même année, Stronger than Evil, le dernier album du groupe de Metal suédois Heavy Load, peut se targuer de la participation Phil Lynott, preuve de son goût pour la nouvelle scène saturée. La tournée qui suivit la sortie de Thunder and Lightning  sera un triomphe mais également un adieu, qui n’aurait pas forcément été définitif si Lynott, poursuivit par ses démons, n’avait pas rencontré la camarde en 1986.


A écouter : "The Holy War", "The Sun Goes Down", "This Is the One"

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !