↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Wintersleep


New Inheritors


(18/05/2010 - Warner / One Four Seven - Cold-Wave - Genre : Rock)
Produit par

1- Experience The Jewel / 2- Encyclopedia / 3- Blood Collection / 4- New Inheritors / 5- Black Camera / 6- Trace Decay / 7- Mausoleum / 8- Echolocation / 9- Terrible Man / 10- Preservation / 11- Mirror Matter / 12- Baltic
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.5/5 pour cet album
"Les canadiens ne sont pas encore parvenus au sommet de leur art..."
Kevin, le 07/06/2010
( mots)

En trois ans, et depuis la sortie de leur précédent album Welcome To The Night Sky, l'histoire de Wintersleep a gagné en littérature. Un Juno Award pour la révélation canadienne de l'année 2007, des premières parties prestigieuses à foison (Paul McCartney, Editors), et divers projets solos plus ou moins bien accueillis par le petit monde de l'indie. Le printemps 2010 voit arriver leur quatrième album, qui devrait sans aucun doute leur permettre de continuer leur croissance populaire à travers le monde. Encore que...

Le groupe a indubitablement muri. Ce nouvel opus a pris en longueur, et est sensiblement plus dur, plus accessible et plus dense que leurs productions antérieures. Si Wintersleep s'est fait remarquer par sa capacité à jongler habilement entre nostalgie de vacances et balades de nuit, les canadiens ont décidé d'affirmer un son plus brut, un rock d'école, noirci au charbon et pincé par la voix nasillarde de Paul Murphy. Dès les premiers titres, la direction est claire, le tempo de l'anguleux "Encyclopedia" rappelle les rages les plus fiévreuses du groupe, avant que "Blood Collection" n'enfonce le clou en distillant une power-pop sombre et grinçante. Mais quand les canadiens montrent les muscles, les différents titres connaissent des fortunes diverses. Certains morceaux ne sont en effet d'un intérêt que très relatif, "Terrible Man" s'en va inhumer un Hanson sous amphétamines, tandis que l'intro "Experience The Jewel" se voit tiraillé entre violons facétieux et guitares lourdingues. 

La  gonflette n'a pas que du bon : la fraîcheur juvénile passée et la surprise en moins, la musique du quintet semble poussive, trop peu ambitieuse et insuffisamment variée. Quelques titres entretiennent l'espoir, tels le cinglant "Black Camera" ou le fantasque "Mausoleum", tout en montées en puissance et en maîtrise mélodique. Mais entrecoupés du médiocre "Trace Decay", parodie rock totalement aléatoire et plombée du début à la fin, ils en perdent de leur force et de leur superbe. Wintersleep n'est pas encore parvenu à produire un album régulier, bon du début à la fin et sans fausse note. Pis encore, si l'on pouvait considérer Welcome To The Night Sky comme un album frais et prometteur à défaut d'être complet, ce New Inheritors est certainement bon (voir très bon) au meilleur de sa forme, mais ne dégage pas une ambiance qui colle à l'ensemble du disque, une identité propre au-delà de la voix inimitable du chanteur. Leurs influences passées, shoegaze ou post-punk sont laissées à l'abandon, devenant les faire-valoir lointains du rock inégal qu'ils déploient. Néanmoins, même si New Inheritors est dopé aux testostérones, il confie une place non-négligeable à l'onirique et au mélancolique, marque de fabrique du son des boys de Halifax. Notons ainsi un "Mirror Matter" délicieux aux allures de fin de siècle dans lequel Murphy chante sans trop y croire que nous sommes entourés par le bonheur. Évoquons également "Baltic", titre planant tout en choeurs envahissants et en accélérations finement senties qui conclue l'album bien mieux qu'il ne commence. D'autres morceaux tranchent dans la veine du Wintersleep habituel, "Echolocation" et son orchestration indie ou le prévisible mais néanmoins appréciable "Preservation" satisferont les fans des exercices passés du groupe. 

Si avec New Inheritors, Wintersleep a voulu franchir une étape en montrant les dents, ce n'est pas encore pour aujourd'hui. Ils sont, au mieux, parvenus à prouver qu'ils pouvaient encore élargir leur palette mais confirment leur inconstance, et tardent à s'imposer parmi leurs aînés de la scène nord-américaine. Malgré l'opportunité de convertir l'essai de 2007, ils ne se dégagent pas de leur image de petit-groupe-qui-monte et manquent l'occasion de frapper un grand coup. Cela dit, Wintersleep confirme également son talent de composition, et leur capacité à sortir du fond de leur chapeau des titres formidables, portés par une voix rare. Les canadiens tracent leur chemin, et gageons, que le prochain sera l'album de la consécration. Ils s'en sont, quelque part, encore un peu rapproché.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Deftones


Ohms


"

2000. Après deux albums beaucoup plus bruts de décoffrage, Deftones sort son magnum opus, White Pony, considéré par beaucoup comme l’un des sommets indépassables de ce curieux courant musical aujourd’hui moribond qu’est (que fut ?) le nü métal, fruit de cette improbable alchimie entre les guitares ultra-distordues à la Meshuggah qu’affectionne Stephen Carpenter et la new wave des The Cure, Duran Duran et autres Bad Brain dont raffole Chino Moreno, lequel met dès lors un point d’honneur à tempérer ses hurlements par des phases chantées en apesanteur. Cette union des contraires permet au gang de Sacramento de survivre dignement alors que les Korn, Limp Bizkit, Incubus et autres Linkin Park mordent successivement la poussière, de gré ou de force. Vingt ans plus tard, que reste-t-il de la verve deftonienne, de cet entre-deux si saisissant, de cette bouillonnante association de talents ? Eh bien force est de constater que la machine infernale californienne fonctionne du feu de Dieu, et ce ne sont ni le précédent Gore, ni l’actuel Ohms qui viendront démentir cette affirmation, bien au contraire.

"
À lire également