↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Hey Hey My My


Date : 31/05/2007
Salle : Le Cri De La Mouette (Toulouse)
Première partie : Pamela Hute, Paganella
Jerome, le 04/06/2007
( mots)
Le Cri De La Mouette est définitivement une salle à part dans le paysage musical toulousain. La petite taille de cette péniche, associée à la convivialité ambiante, fait que la plupart des concerts prennent rapidement une saveur de show privé, ou public et artiste communiquent aussi bien entre deux titres qu'autour d'une mousse. Alors c'est sur, avec une telle configuration, vous ne verrez pas de grosse artilleries fouler les quelques planches à peine surélevées, mais plutôt de bons petits groupes souvent en pleine explosion. Et ce soir, ce n'est autre que les Hey Hey My My qui investissent les lieux, épaulés par Pamela Hute et Paganella, pour ce "Jeudi Du Rock" plutôt prometteur. Le temps au groupe de traverser la foule entassée devant l'estrade et c'est avec une certaine surprise que l'on découvre les deux (+2) Hey Hey My My. Pourquoi une certaine surprise ? Car, après écoute de leur premier album et si, comme moi, on n'a pas fait l'effort de chercher la tête que peut avoir ce groupe de folkeux, on peut rapidement s'imaginer que les commandes sont tenues par deux hippies sur le retour, proches en apparence des Magic Numbers . Alors que pas du tout. A l'image de leur musique sans artifices, les deux Juliens prennent place (tendance électrique pour Garnier, et plutôt acoustique pour Gaulier et ses faux airs d'Edouard Baer), accompagnés par une section rythmique basse / batterie. Le temps de faire les présentations et le concert débute sans fioritures, devant une assemblée conquise d'avance. Les titres tels que "Poison", "Celia", "I Need Some Time" ou encore l'interlude de leur EP "Tell Us" nettement gonflée pour l'occasion, s'enchaînent dans une bonne ambiance générale. Et malgré le peu de place offert par la scène, le groupe réussi sans problème à entraîner son petit monde, se lançant dans quelques interprétations plus musclées rappelant au passage l'orientation plus péchue de leur groupe original British Hawaii. Harmonica autour du cou pour l'interprétation de l'excellent "Too Much Space", le groupe séduit par sa maîtrise et se verra même acclamer pour assurer un rappel rondement mené. Mais à peine 1h plus tard, les Hey Hey My My doivent céder leur place aux autres acteurs de la soirée. Subtile mise en bouche que cette prestation ne pouvant donner qu'un aperçue des talents du groupe... Ce qui ne sera pas forcément le cas pour Pamela Hute , suivante à venir se présenter devant le public de ce jeudi soir. On monte un peu le son, on booste un peu les amplis et, malgré un rock plus mordant, on regrette que la demoiselle n'arrive pas à se lâcher complètement. Sûrement trop à l'étroite dans cette salle, ce petit bout de femme semble un peu impressionnée par tous ces yeux rivés sur elle et peine un peu à enflammer la péniche. Les titres de son premier EP (V 1.1) tournent cependant très bien et la fin de set se déroulera d'une manière plus enjouée. Mais malheureusement, malgré des applaudissements bien nourris, aucun rappel à l'horizon ne viendra ponctuer le show... Peut être par manque de temps... Le temps de changer le matériel et c'est au tour de Paganella , groupe toulousain, de s'avancer pour clôturer la soirée. Dans sa robe noire à pois blancs, Delphine Audevard (guitare, chant) se charge de mener son petit monde au fil de son power-pop déstructuré et rageur. "Leader", single en puissance que les adeptes de quelques radios connaissent déjà, débute les hostilités et se retrouve vite repris en chœur par un public plutôt bien fournis malgré l'heure très tardive. Le combo se donne sans compter malgré un son un chouilla trop agressif (mais où ai-je bien pu ranger mes boules quiès ?) et les titres de leur premier album (J'ai Pas Vu La Nuit Passer) s'enchaînent sans temps morts et avec un impact certain. Rappeler avant même d'avoir quitté la scène, le groupe réussit sans problème sa prestation pour finaliser une de ces soirées dont seul Le Cri De La Mouette à le secret. 2h15 du mat', il y en a qui risque encore de tirer la patte demain matin au taff. Mais au fait, vous avez quelque chose de prévu jeudi prochain ?
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également