↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Eurockéennes de Belfort 2015


Etienne, le 16/07/2015

Quand l'inconnu surprend le réfractaire

La musique a parfois cette capacité à happer, capter l'attention dès le premier accord, magnétiquement attirer les yeux sur une scène où jamais l'évocation de l'artiste y jouant n'aurait suffi à déplacer l'auditeur. Ces Eurockéennes ont brillé cette année par quelques réussites inattendues, salvatrices et françaises. Cocorico !

Reine Christine


Nouvelle venue sur la scène pop française, Christine & The Queens se voit catapultée sur la Greenroom en ce soir du Jour 2 afin de dispenser un show tout en retenue, en simplicité, loin de la surenchère scénique que son statut de tête d'affiche aurait pu suggéré. Avec une mise en scène épurée et un jeu de lumière minimaliste et poétique, Christine se veut l'architecte d'une pièce musicale complexe où l'artiste propose ses titres suaves dans un décor aux contrastes aussi inquiétants que captivants. C'est l'émergence des lumières d'une blancheur clinique sur ce fond d'un noir abyssal qui intrigue et ajoute à l'écoute une dimension visuelle profonde et sensuelle. Si "Christine", "Paradis Perdus" ou encore "Saint-Claude" sont autant de morceaux agaçants de par leur radio diffusion à outrance, le reste se veut transcendé par ce spectacle minutieux et envoutant, une bulle d'air dans cet océan d'excès festivaliers. Inutile de vouloir traduire plus que de raison cette sensation relevant d'un mystérieux mysticisme, Christine & the Queens a enchanté et reveillé les sens des mélomanes les plus endurcis, là où personne ne l'attendait. Chapeau bas.

The Do l'a fait


A l'instar des White Stripes, The Do se veut une version plus sophistiqué du duo rock bourru classique et tend plus vers une pop indie travaillé qu'un rock garage brut de décoffrage. C'est aux alentours d'une heure du matin qu'Olivia et Dan ont investi la scène de la Greenroom afin de conclure une première journée de concerts, d'une très belle manière.
Avec une tracklist axée à 80% sur son dernier effort, le groupe tente de séduire et d'assurer face une meute de festivaliers plutôt bien hydratés après une journée de forte chaleur. Fort d'un passage remarqué en 2011 sur la Grande Scène, Olivia assure le show et surtout le chant, sa voix particulièrement pleine servant des vocalises cristallines équilibrées. C'est au son du classique "On My Shoulders" que The Do ouvre le bal, s'assurant au passage la reconnaissance de ceux-ci qui seraient passé à côté de ce tube de 2008, avant d'entamer toute une collection de titres extraits de Shake Shook Shaken. Les sonorités électro de "Keep Your Lips Sealed" ou les rythmes tribaux de "Slippery Slope" emportent un parterre bondé dans un trip nocturne jouissif, qui s'avèrera bien malheureusement bien trop court (à peine une heure). Dommage, plus d'un en aurait redemandé.

Malsauçy bien chaussée


La scène de La Plage se veut la plateforme de lancement de groupes ou d'artistes à découvrir, le tout dans un cadre aux allures de vacances, les pieds dans le sable. Cette année n'a pas failli à la règle, et malgré un son calamiteux (des basses abrutissantes) certaines formations ont attiré l'oreille, attisé la curiosité, stimulé la musicalité de chacun : The Shoes marquera cette 27ème édition des Eurocks par un set impressionant de maitrise et de puissance sonore. Même les novices sont happés par un duo à l'osmose certaine, gage d'une assurance scénique profitable au spectacle du groupe. Malgré quelques petites longueurs, les différents featurings apporteront un regain d'intérêt à un show méritant un franc détour. Difficile malgré tout de conserver en tête un ou deux moments forts dans ce concert très homogène : qualité appréciable comme défaut néfaste.


Chapitre suivant

Commentaires
nanob, le 16/08/2015 à 18:44
Ben harper, un monument passé...inaperçu. et avec un son pourri. Prévisible ? je ne voyais pas ça comme ça.
Christine, le 09/08/2015 à 22:03
Intéressant votre édito!En tant que pionnière des Eurockéennes, je suis nostalgique de sa perte d'identité..moins de rock!!souvenir d'un show monumental de Page and Plant!On y va toujours pour l'ambiance joviale et la magie de la presqu'île.
Etienne, le 21/07/2015 à 16:59
Effectivement je n'ai entendu que du bien de Sleaford Mods. Pas facile de concilier ce show avec Christine & the Queens, qui fut une vraie révélation scénique. Et j'avais faim en plus... Car mieux que la raison, l'estomac nous dirige .
Fabc, le 21/07/2015 à 16:02
Manque à l'appel un show incroyable des run the jewels (manque de chance chevauchant pas mal les eagles of death metal. et la veille le show de sleaford mods.
Raphaelle, le 16/07/2015 à 11:52
Ça c'est du live report ! Merci pour ce compte-rendu très complet. Royal Blood et Daho et Thiéfaine en guest star... Tu as été gâté !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Deftones


Ohms


"

2000. Après deux albums beaucoup plus bruts de décoffrage, Deftones sort son magnum opus, White Pony, considéré par beaucoup comme l’un des sommets indépassables de ce curieux courant musical aujourd’hui moribond qu’est (que fut ?) le nü métal, fruit de cette improbable alchimie entre les guitares ultra-distordues à la Meshuggah qu’affectionne Stephen Carpenter et la new wave des The Cure, Duran Duran et autres Bad Brain dont raffole Chino Moreno, lequel met dès lors un point d’honneur à tempérer ses hurlements par des phases chantées en apesanteur. Cette union des contraires permet au gang de Sacramento de survivre dignement alors que les Korn, Limp Bizkit, Incubus et autres Linkin Park mordent successivement la poussière, de gré ou de force. Vingt ans plus tard, que reste-t-il de la verve deftonienne, de cet entre-deux si saisissant, de cette bouillonnante association de talents ? Eh bien force est de constater que la machine infernale californienne fonctionne du feu de Dieu, et ce ne sont ni le précédent Gore, ni l’actuel Ohms qui viendront démentir cette affirmation, bien au contraire.

"
À lire également
Compte-rendu de concert