↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Eurockéennes de Belfort 2015


Etienne, le 16/07/2015

Tops & Flops de cette édition 2015

Pour ceux qui n'auraient pas eu le courage de tout lire, voici le Top 3 et le Flop 3 de ces Eurocks 2015 en guise de conclusion.

Merci à ceux qui m'ont accompagné (Caro, Anto, Clément & JB) durant ces trois jours de chaleur intenable, de basses assourdissantes et d'attentes interminables, avec qui j'ai passé un weekend mémorable à plus d'un titre, et sans qui ce report quasi exhaustif n'aurait en aucun cas été possible. Car un festival c'est aussi un moment de partage plus que de jugement, une paranthèse amicale plus que musicale, le temps du rire plus que des déceptions.

Keep on rockin' in the free world.

Flop 1


Le son : Tout simplement calamiteux.

Flop 2


L'identité perdue d'un festival qui n'a plus rien de rock (Il est loin le souvenir de Slipknot sur la grande scène en 2009...). A ce titre, l'édito du mois de juin par Nicolas dit tout.

Flop 3


Une organisation calamiteuse pour la sortie du festival le dernier jour.

Top 3


Quelques concerts fulgurants (Parkway Drive, Eagles of Death Metal, Etienne Daho).

Top 2


Le site toujours aussi fabuleux (et le stand Ben & Jerry's qui distribue des glaces gratuites).

Top 1


L'explosion du Made in France : The Do, The Shoes, Christine & the Queens, Daho.

Commentaires
nanob, le 16/08/2015 à 18:44
Ben harper, un monument passé...inaperçu. et avec un son pourri. Prévisible ? je ne voyais pas ça comme ça.
Christine, le 09/08/2015 à 22:03
Intéressant votre édito!En tant que pionnière des Eurockéennes, je suis nostalgique de sa perte d'identité..moins de rock!!souvenir d'un show monumental de Page and Plant!On y va toujours pour l'ambiance joviale et la magie de la presqu'île.
Etienne, le 21/07/2015 à 16:59
Effectivement je n'ai entendu que du bien de Sleaford Mods. Pas facile de concilier ce show avec Christine & the Queens, qui fut une vraie révélation scénique. Et j'avais faim en plus... Car mieux que la raison, l'estomac nous dirige .
Fabc, le 21/07/2015 à 16:02
Manque à l'appel un show incroyable des run the jewels (manque de chance chevauchant pas mal les eagles of death metal. et la veille le show de sleaford mods.
Raphaelle, le 16/07/2015 à 11:52
Ça c'est du live report ! Merci pour ce compte-rendu très complet. Royal Blood et Daho et Thiéfaine en guest star... Tu as été gâté !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Deftones


Ohms


"

2000. Après deux albums beaucoup plus bruts de décoffrage, Deftones sort son magnum opus, White Pony, considéré par beaucoup comme l’un des sommets indépassables de ce curieux courant musical aujourd’hui moribond qu’est (que fut ?) le nü métal, fruit de cette improbable alchimie entre les guitares ultra-distordues à la Meshuggah qu’affectionne Stephen Carpenter et la new wave des The Cure, Duran Duran et autres Bad Brain dont raffole Chino Moreno, lequel met dès lors un point d’honneur à tempérer ses hurlements par des phases chantées en apesanteur. Cette union des contraires permet au gang de Sacramento de survivre dignement alors que les Korn, Limp Bizkit, Incubus et autres Linkin Park mordent successivement la poussière, de gré ou de force. Vingt ans plus tard, que reste-t-il de la verve deftonienne, de cet entre-deux si saisissant, de cette bouillonnante association de talents ? Eh bien force est de constater que la machine infernale californienne fonctionne du feu de Dieu, et ce ne sont ni le précédent Gore, ni l’actuel Ohms qui viendront démentir cette affirmation, bien au contraire.

"
À lire également