↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Groupe

Camel


Rock (Progressif Symphonique)

Membres :
Andrew Latimer (Guitare, Chant, Flûte traversière)
Peter Bardens (Clavier)
Doug Fergusson (Basse)
Andy Ward (Batterie)

Sites :
The Official Camel Website

Camel est un groupe de rock progressif apparu sur la scène britannique en 1973 avec un premier album éponyme, Camel. Malgré une estime plus que respectable encore aujourd'hui, Camel n'a jamais atteint le succès commercial escompté avec sa trilogie de chefs d'oeuvre que sont Mirage (1974), Music Inspired By The Snow Goose (1975) et Moon Madness (1976). La musique du groupe peut être décrite comme progressive pour ses motifs, structures et influences et symphonique pour ses lignes mélodiques, mais elle se démarque légèrement de ce mouvement de par sa légèreté, sa subtilité et sa facilité d'accès. Après ces trois opus s'opèrent des changements de line-up et d'inspirations que beaucoup de fans n'apprécieront pas et qui verront Camel sombrer dans des années '80 difficiles suite à la déferlante de la vague punk. Un retour bienvenu dans les années '90 feront apprécier le nouveau Camel avec des albums comme Harbour Of Tears (1996), Rajaz (1999) et A Nod And A Wink (2002), bien que n'atteignant pas le niveau de ses premiers ouvrages. 

Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également