↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Actualité

Audioslave se reforme


Etienne, le 18/01/2017

Tom Morello vient d'annoncer la tenue d'un concert "anti-inauguration" qui aura lieu le 20 janvier prochain, jour de l'intronisation officielle de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis.

Audioslave, le groupe qu'il avait formé avec ses anciens acolytes de Rage Against The Machine - Brad Wilk et Tim Cummerford - et le chanteur de Soundgarden Chris Cornell, y jouera son premier concert en plus de dix ans.

Un évènement politique et musical comme l'ami Morello a toujours su les marier. Pour rappel, le groupe avait été la première formation américaine a donné un concert en plein-air à Cuba, le 6 mai 2005.

Séparé depuis 2007, Cornell et Morello avaient récemment fait part - distinctement - de leur volonté de reformer un jour Audioslave.

C2ajnsNUkAA6P_9.jpg


Source : Blabbermouth

Commentaires
gigisam, le 20/01/2017 à 14:09
Je confirme, avec de très bon titres repris dans la BO de "Miami Vice".
Virage, le 19/01/2017 à 16:21
Leur dernier album "Revelation" était excellent ! C'est la bonne occasion pour le dépoussiérer :)
Ahah, le 19/01/2017 à 09:58
Faux
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également