↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Alone With Everybody


Isolation Row


(22/03/2013 - Chrisal Music - pop-folk - Genre : Chanson / Folk)
Produit par

1- Ain't got no time to lose with my baby / 2- Shopping by the sea / 3- No regrets / 4- A brief breath of spring / 5- Eyes blurred with tears / 6- You don't deserve it / 7- Outdoors / 8- A little while / 9- Ghost free house / 10- My love grows
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Premier album d'une fratrie folk de Toulouse qui séduit par sa douceur."
Geoffrey, le 21/06/2014
( mots)

Ils sont frère (ainé) et sœur (cadette). Ils citent Neil Young, Johnny Cash, Bob Dylan ou encore Richard Hawley. Que des pointures d’un genre où guitare et voix forment un duo langoureux et expressif, où l’harmonie est la principale ligne de conduite. Alone with everybody part donc sous l’aile bienveillante d’artistes reconnus pour leur capacité à véhiculer des émotions aux travers de leur musique. Isolation row compile des émotions sur dix pop songs, dix morceaux ouatés au rendu mélancolique d’une justesse à toute épreuve. 

Rien d’étonnant quand on s’appelle Alone with everybody. Seul parmi les autres, une notion qui inspire cette mélancolie, justifiée par l’histoire du groupe et inspirée par le premier album éponyme de Richard Ashcroft. Cette histoire, celle de Camille d’abord, qui a écrit la plupart des morceaux en étant capable de s’isoler du tumulte urbain pour écrire et composer, Louisa l’ayant rejoint très rapidement après la création du groupe, pour enrichir le panel d’influences. De ce contexte découle également le titre de l’album, décrivant cette frontière entre la cacophonie du monde et la solitude. Une solitude qui inspire des morceaux teintés d’un romantisme prégnant. Camille chante ces thèmes  qui vont bien avec le genre, sans pour autant tomber dans la simplicité. Cette intelligence dans la composition nous rappelle d’autres duos, comme celui de Cocoon, ou Angus et Julia Stone, une autre fratrie. Entre autres. Alone with everybody réussi donc à faire vivre un genre classique qui a déjà bien prouvé son efficacité sur des arrangements piano-guitare-voix sans en chambouler totalement la conception. Un manque d’originalité assumé par la fratrie toulousaine, qui préfère privilégier la musicalité à l’idée d’être novateur pour être novateur. On s’en sort avec de très bon morceaux, tous autant que les autres, alternant douceur folk et ballades pop, approchant tantôt Simon & Garfunkel, tantôt les Beatles. Camille pose doucement sa voix, toujours juste, passant du grave à l’aiguë, accompagné à l’oral ou non de sa petite sœur Louisa. 

Sobre, épuré, délicat, sont sans doute autant d’adjectifs pouvant se rapporter à leur univers intimiste qui s’offre à nous à la manière d’un réveil matinal dans des draps de soie : leur musique nous enveloppe de cette douceur qu’on sait surtout apprécier tranquillement, seul. Isolation row le bien nommé donne l’impression de nous couper du monde pour ne se consacrer qu’à lui. Une douce manière d’accompagner le groupe dans cette solitude qu’on leur souhaite la plus courte possible, accompagné par une foule silencieuse (pour ne pas déranger) de gens prêts à les suivre sur la route des concerts à venir.

Si vous aimez Isolation Row, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également