↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Amon Düül II


Wolf City


(00/11/1972 - - Kraütrock, Kosmiche Musik, Psy - Genre : Autres)
Produit par

Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Dernier acte d'un groupe pionnier du Krautrock avant une transition moins inspirée"
François, le 22/10/2022
( mots)

L’année 1972 fut sans aucun doute essentielle dans l’histoire du Krautrock, la scène allemande expérimentale du début des années 1970, peut-être même son pinacle, non seulement parce que le nombre de productions explose, mais parce que l’entièreté des formations importantes est en place avec l’avènement discographique de Neu ! et de Klaus Schultz en solo. Preuve en est des pionniers d’Amon Düül II qui mirent au monde deux albums cette année-là, Carnival in Babylon tout d’abord puis Wolf City. Leur cas nous amène également à établir qu’il y eut un après 1972 pour le Krautrock (transition qu’on devrait plutôt situer en 1973), une perte de créativité ou de dynamique à l’exception des musiques électroniques en lien avec la Berlin School. En effet, suite à Wolf City, Amon Düül II transforme sa musique en la rendant de plus en plus accessible – et de moins en moins inspirée.


De prime abord, les arpèges de "Surrounded by the Stars" laissent imaginer un album dans la continuité de Carnival in Babylon, c’est-à-dire enrobé d’une légère orientation folk, qu’en réalité on ne retrouvera que sur le planant "Wie der Wind" après son introduction extraordinairement inquiétante et sur "Sleepwalker’s Timeless Bridge" enrichi de belles interventions de guitare et de percussions organiques. Car les effluves hispanisantes de "Surrounded by the Stars" sont bien vites renforcées par des accords lourds et saturés, offrant un panorama sonore propice à l’expression d’un chant expressif, d’un violon libéré ou de claviers spaciaux. Krautrock oblige, on peut ouïr des passages plus atmosphériques établis avec l’usage de l’électronique, mais la volonté expérimentale demeure assez secondaire, le travail mélodique et harmonique étant très important. Bref, ce premier titre est vraiment magistral et donne le ton plus "accessible" de l’opus.


En effet, Wolf City rejoint des styles plus convenus, comme le soft-progressif un peu folk de "Green Bubble Raincoated Man", qui rappelle les origines hippies du combo, avec ses nappes de mellotron et son final puissant à grand renfort de claviers aux sonorités très caractéristiques de la scène progressive. A l’inverse, "Jail-House Frog" s’inscrit dans un style rock assez accrocheur, pas loin de Stooges sur les couplets (même avant l’heure, fait penser à "Search and Destroy" qui ne sortit qu’en 1973 sur Raw Power), mais la seconde partie avec ses chœurs excessifs, sa transition piano-bar, ses bruits, prouve que nous sommes bien dans la scène germanique.


Les passages les plus typiques du Krautrock se font ressentir sur "Wolf City", un titre space-rock avec des chœurs qui lui donnent une touche soul assez déconcertante, et surtout le puissant et enivrant "Deutsch Nepal", une sorte de digression zeuhl, sombre et ésotérique, franchement angoissante notamment quand arrive le chant en allemand (ou plutôt la narration scandée) à l’accent volontairement marqué avec tout l’imaginaire que cela peut susciter.


Wolf City est un album bien moins expérimental que ne le furent les trois premiers opus d’Amon Düül II, sûrement plus accessible bien que ce terme mérite d’être pris avec des précautions, et indéniablement plus varié et construit. Il témoigne d’un groupe cherchant à évoluer, à séduire un public plus large, réussissant à composer un de leurs meilleurs albums selon nous. A posteriori, force est de constater qu’il s’agit également d’une transition vers un style de plus en plus conventionnel, et avouons-le, de moins en moins pertinent.


A écouter : "Surrounded by the Stars", "Jail-House Frog", "Deutsch Nepal"

Si vous aimez Wolf City, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !