↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Anathema


Weather Systems


(16/04/2012 - Kscope - Doom / Prog athmosphérique - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Untouchable, Part 1 / 2- Untouchable, Part 2 / 3- The Gathering of the Clouds / 4- Lightning Song / 5- Sunlight / 6- The Storm Before the Calm / 7- The Beginning and the End / 8- The Lost Child / 9- Internal Landscapes
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (24 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"La spiritualité émotive élevée au rang d’œuvre d'art musicale"
Nicolas, le 02/05/2012
( mots)

Vous l’avez peut-être déjà noté, vous qui lisez régulièrement nos critiques : dans de rares cas, la note initialement donnée à un album peut varier dans le temps. Oh, pas grand chose, un demi-point au maximum, comme une sorte de réévaluation à froid de la qualité d’un disque quelques semaines à quelques mois après en avoir écrit la chronique, un petit réajustement qui tient du détail mais qui permet d’affiner un choix peut-être un poil trop enflammé ou trop timoré à l’origine. C’était le cas de We’re Here Beacuse We’re Here, le magnifique huitième album d’Anathema, noté tout d’abord à 4,5 guitares et redescendu a posteriori à 4. La raison de cette baisse ? Si le net virage pris à l’époque vers un rock progressif doux et lumineux avait positivement marqué les esprits, on sentait qu’à ce stade de sa carrière, la double fratrie Cavannagh - Douglas était capable de magnifier cet essai. Pari gagné, car Weather Systems parvient à placer la barre encore un peu plus haut.

Il a fallu pour cela que le quintette pousse sa réflexion jusqu’à son paroxysme en réduisant au strict minimum la quasi-totalité des guitares électriques lourdes, un parti pris assez étonnant pour un groupe qui a commencé sa carrière en ferraillant entre doom et death metal. Weather Systems est ainsi essentiellement dominé par les guitares acoustiques et les pianos qui distillent leur force impavide au gré d’arpèges aériens enchanteurs, tandis que violons et violoncelles se taillent la part du lion et émaillent les compositions d’une tonalité flatteuse et raffinée. Le choix de ces arrangements est probablement lié au départ de Les Smith qui a laissé les claviers d’Anathema vacants : un mal pour un bien, à moins que les frères Cavannagh ne lui aient finalement pas laissé le choix. Dans ce bouillonnement à haute teneur acoustique - car oui, on peut aussi créer une musique imposante indépendamment de l’apport de la fée électricité - seul “The Storm Before The Calm” ose le tout-électro, projetant l’auditeur au sein d’une troublante tempête magnétique débouchant sur des nuées placides olympiennes. Pure Reason Revolution, de son vivant, n’aurait pas fait mieux. Partout ailleurs, et si on excepte quelques coups de tonnerre majestueux, Anathema crée la magnificence en toute simplicité.

Bien sûr, on retiendra immédiatement les grandes pièces entraînées par leurs arpèges à haute vélocité ("Untouchable, Part 1", "The Gathering of the Clouds", tous deux absolument brillants), bien sûr on se pâmera devant le superbe "The Beginning and the End" dont la progression instrumentale ascendante confine à l’évidence, mais, et c’est là que l’on tutoie un niveau de qualité rarement atteint, c’est encore lorsque l’ambiance se fait apaisée qu’Anathema impressionne le plus. On le redit peut-être trop souvent, mais ce groupe fonctionne avant tout à l’émotion et dégage immanquablement, au sein de sa musique, un puissant spleen tour à tour désespéré, nostalgique et optimiste. Or, rarement la fratrie Cavannagh n’est parvenue à atteindre un tel niveau de force émotionnelle que sur l’ensemble de ce Weather Systems. Dans ce registre, "Untouchable, Part 2", probablement le morceau le plus simple du disque, subjugue littéralement par la qualité irrésistible de son traitement vocal au sein d’un dialogue masculin-féminin entre deux êtres amoureux séparés à tout jamais. L’implication de Vincent Cavannagh ne s’est jamais faite aussi intense qu’ici et se trouve parfaitement relayée par une Lee Douglas désormais complètement intégrée au sein du groupe. La chanteuse se voit même offrir de nombreux lead vocals, comme sur "Lightning Song" dont les longues notes tenues et apaisées confèrent au titre un aspect presque surnaturel. Mais Dany n’est pas en reste et irradie de sérénité sur le sculptural "Sunlight", aidé par les choeurs angéliques de ses deux collègues, équarrissant le moule stadium-rock pour le propulser au firmament. Ailleurs, les deux frères se fondent en une osmose troublante ("The Lost Child" et ses secondes voix désespérées)

Tout, dans Weather Systems, respire la sérénité et l’amour des belles finitions. Anathema, plus que jamais, joue avec nos émotions, transforme les silences en apnées insoutenables, ose les digressions orchestrales étirées, cristallise les sons en de précieuses pièces d’orfèvrerie, propose un artwork fascinant, et se permet même le luxe de conclure sur une formidable note d’espoir par le biais du sample d’un long témoignage relatant une expérience de mort imminente, propulsant le chant des amants séparés vers les hautes sphères célestes ("Internal Landscapes"). Inutile de dire que, à l’écoute d’un tel album, on éprouve les pires difficultés à redescendre sur terre. Le pari prog atmosphérique des clans Cavannagh - Douglas s’est donc révélé payant et trouve en Weather Systems sa plus belle concrétisation : une occasion rêvée pour le grand public de découvrir ce groupe dont le succès reste pour le moment cantonné aux amateurs éclairés de la scène Doom anglaise. Un comble...

 

 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Oct. 2017
2
Agenda concert


Cartonnerie (Reims)


Critique d'album

Anathema


The Optimist


Critique d'album

Anathema


Distant Satellites


Album de la semaine
À lire également