↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

B.O.


Sucker Punch


(07/03/2011 - Sony Classical - B.O. de film - Genre : Autres)
Produit par

1- Sweet Dreams (are made of this) - Emily Browning / 2- Army of me (Sucker Punch Remix) - Björk / 3- White Rabbit - Emiliana Torrini / 4- I want it all / We will rock you Mash-up - Queen / 5- Search and destroy - Skunk Anansie / 6- Tomorrow never knows - Alison Mosshart / 7- Where is my Mind ? - Yoav et Emily Browning / 8- Asleep - Emily Browning / 9- Love is the Drug - Carla Gugino et Oscar Isaac
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (10 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Une BO de qualité pour qui n'a pas peur des reprises !"
Laura, le 06/07/2011
( mots)

Ah, Sucker Punch... Sur le film de Zack Snyder en lui même, on pourrait dresser des kilomètres d'analyses pour en clamer le génie, ou lui cracher à la figure en quelques mots. Les avis sont partagés, et tiennent à plusieurs éléments, dont un en particulier : aimez-vous voir de jeunes et jolies jeunes filles en mini uniforme d'écolière se battre au katana dans la neige contre des soldats géants, tout en faisant voleter leur jolies (et courtes) jupettes ? Sans entrer dans les détails, ce film, notamment avec ce genre de scènes, semblait cibler un public en particulier : les amateurs de jeux vidéo. Et pour aller avec tout ça, il fallait une bande-son en conséquence. Quelque chose qui fasse frémir les barbes de trois jours et crisper de plaisir les mains durement musclées par la manette PS3.

Composée surtout de reprises plutôt pop/rock, cette BO peut très bien être écoutée sans qu'on ait jamais posé ses yeux sur une étudiante en jupette et sabre. En cause, sa relative qualité, sa variété qui n'ennuie jamais et son rythme decrescendo assez plaisant. Il faut cependant préciser que, pour ceux qui connaitraient les versions originales des titres, la pilule pourrait avoir du mal à passer. Que penser de la reprise de "Sweet Dreams" d'Eurythmics par la ravissante héroïne du film, Emily Browning ? Certains pourraient crier au scandale, et pourtant, malgré le manque de coffre d'Emily et sa petite voix douce et féminine, la reprise, sur fonds déchirants d'orgues et de violons notamment, peut produire son petit frisson. Emily Browning nous livre  également une reprise de "Where is my Mind ?" des Pixies et là encore, il faut l'avouer, la montée progressive de la composition vers un final rock et la délicatesse de cette voix, sans prétention, mêlée à celle du chanteur israélien Yoav, est de toute beauté. On peut en dire de même du troisième et dernier titre chanté par Emily Browning, le très mélancolique "Asleep", sur piano et violons, qui a fait pleurer toute la salle de cinéma, même votre dévouée rédactrice qui est en est pourtant ressortie ronchon (mais c'est une autre histoire). Bref, l'actrice fait un sans faute.

Pour le reste, certains titres étonnent. Prenons par exemple cet espèce de medley de Queen à la sauce rap par Armaggedon, "I want it all/We will rock you mash-up". L'effet n'est pas tout à fait horrible, mais la place de ce titre à la fois au milieu de l'album et au beau milieu du film est finalement assez étrange. Une fois la surprise passée, il est difficile de prévoir si l'auditeur headbanguera ou passera au titre suivant en tremblotant. Surpris, on pourra aussi l'être à l'écoute de la chanson de clôture de l'album, aussi joyeuse qu'inattendue. Malgré ces deux ovnis, le reste de l'album est tout aussi bon que les titres mentionnés ci-dessus. "Army of me" de Björk, légèrement écorchée et rallongée pour les besoins du film, n'a pas forcément besoin qu'on vante ses mérites, mais il faut bien noter que la violence qui ressort du titre ajoute à la noirceur du début de l'album. Une noirceur pas désagréable. Citons aussi la reprise de "Tomorrow Never Knows" des Beatles par Alison Mosshart (The Kills, The Dead Weather) et Carla Azar, pleine de revirements, assez plaisante, et on aura quasiment fait le tour des 9 titres de cette bande originale.

Toute critique du film mise à part, et malgré quelques erreurs vraiment pardonnables, cette BO est d'excellente facture et pourra s'écouter et se réécouter de nombreuses fois tel un album ordinaire. D'ailleurs, on remerciera les créateurs de nous avoir épargné Vanessa Hudgens au chant, qui joue aux côtés d'Emily Browning dans Sucker Punch, mais qui (ne faites pas les innocents, vous le savez déjà) pousse aussi la chansonnette dans High School Musical.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

B.O.


(500) Days Of Summer


Critique d'album

B.O.


Garden State


Critique d'album

B.O.


Montage of Heck


Album de la semaine
À lire également