↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Bully


Feels Like


(23/06/2015 - Columbia Records - post-grunge - Genre : Rock)
Produit par Steve Albini

1- I Remember / 2- Reason / 3- Too Tough / 4- Brainfreeze / 5- Trying / 6- Trash / 7- Six / 8- Picture / 9- Milkman / 10- Bully
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Le parfait compromis entre douceur et violence de Bully offre un revival grunge, en respectant totalement les codes dictés par Nirvana, Pearl Jam, Melvins, Meat Puppets, Dinosaur Jr etc...."
Stéphane, le 14/09/2015
( mots)

Dès les premières notes de guitare, vos oreilles vont, à la manière d'un juke-box, se remémorer les derniers albums de Nirvana. La musique de Bully est un condensé de grunge dynamique, puissant, mélodieux, dissonant. Les morceaux font moins de 4 minutes. En 40 minutes vous aurez fait un premier tour de Feels Like. Premier album de ce groupe originaire de Nashville emmené par Alicia Bognanno qui officie en tant que chanteuse/guitariste et songwriter. Le quatuor est composé également de Clayton Parker à la guitare, Reece Lazarus à la basse et Stewart Copeland à la batterie (aucune parenté avec le batteur de Police). Ce premier LP a été enregistré au studio Electrical Audio de Chicago et produit par le légendaire, mythique, extraordinaire Steve Albini (Nirvana, Pixies, PJ Harvey...). Quand on connaît le caractère du bonhomme, on se doute que s'il a choisi de produire ce groupe, c'est que le potentiel est important.


Le premier truc qui surprend avec Feels Like, c'est le son : les lignes de basse en son clean mélangées au fuzz des guitares avec un léger chorus, la batterie est basique mais pousse légèrement le tempo pour enlever la mélodie. La recette est respectée au gramme près. Ici, pas question de tromper sur la marchandise. Tous les éléments qui ont rendu la musique grunge si particulière sont présents : du plus lointain larsen jusqu'aux roulements de batterie sur les toms basse en attendant le refrain... Ce serait du déni le plus pur que de ne pas raccrocher cet essai à Nevermind de Nirvana, Surfer Rosa de Pixies, Green Mind de Dinosaur Jr...


Le chant, élément aussi important que la mélodie est lui aussi dans les plus purs codes du genre. Le chant clair, à la manière de Louise Post/Nina Gordon de Veruca Salt correspond à une belle voix féminine, pleine de charme. Quand elle s'énerve, Alicia, tient la dragée haute à la référence Kurt Cobain, c'est troublant.... Ce petit bout de femme qui maltraite sa guitare, s'exprime avec tant de violence sur des textes d'une honnêteté touchante.... La première écoute laisse plein de papillons et demande d'y revenir rapidement.


"I Remember" débute avec une batterie qui ne laisse aucun doute sur le caractère énervé de ce premier opus. La guitare et la basse enchainent rapidement suivies de la voix qui s'époumone sur ses souvenirs. 1min48, c'est le temps qu'il vous faudra pour vous faire un premier avis sur ce groupe. La suite est dans le même esprit, "Reason", "Brainfreeze", "Six" sont tout autant énervés. Le morceau "Milkman" retiendra votre attention, car dans la catégorie énervé/efficace, on a rarement fait aussi bon. Du haut de ses 2 minutes, ce morceau est emmené par la batterie, qui prend le temps de s'arrêter, comme si le batteur donnait à la chanteuse une chance de rattraper le TGV "Milkman". La voix d'Alicia est une fois de plus touchante d'humilité et de vérité et évolue dans un crescendo émotionnel.


Les morceaux sombres et ralentis font partie du voyage, rappelant ci et là l'ambiance de groupes comme Letters to Cleo, Soundgarden ou L7. "Too Tough" et sa ligne de basse rappelant le jeu de Kim Deal, ouvre le bal de ces morceaux mid tempo. "Trash" s'inscrit dans la même veine, plus proche du jeu de Nirvana notamment avec ce refrain ultra dissonant qu'on peut aussi retrouver chez Sonic Youth. Sur le même modèle que "Trash" on trouvera "Picture". Ces morceaux sont comme des vagues de souvenirs qui nous ramènent au début de la chaîne MTV.


Sous les projecteurs (discrets), quelques semaines avant la sortie de Feels Like, le morceau "Trying" : A mi-chemin entre les mids tempo et les morceaux énervés, il jouit d'une basse hypnotique, une guitare typique, et un chant qui reprend les nuances de l'album. Surement un des meilleurs morceaux de cet album où rien n'est à jeter.


Bien que Bully ne jouisse aujourd'hui que d'une médiatisation (très) marginale pour un groupe au potentiel aussi important, il semble essentiel de compter avec eux. La scène Indé US se dote d'un groupe discret, puissant dans ses compositions, une écriture honnête et un chant séduisant, accrocheur... Steve Albini ne s'est clairement pas trompé, Bully ira loin si on leur donne une chance.

Avis de première écoute
Note de 3.5/5
Plus alternatif que réellement grunge, Bully livre cependant un album réjouissant, frais et très prometteur. La production de Steve Albini reste un pari osé et divisera encore les mélomanes par sa basse omniprésente, ses guitares lissées et sa caisse claire volontairement peu percutante, rappelant The Weirdness des Stooges. Malgré tout, Feels Like est une excellente surprise de cette année 2015, singulière et efficace. A surveiller du bon oeil.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également