↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Crystal Castles


Crystal Castles


(28/04/2008 - Say Hi - Electro - Genre : Autres)
Produit par

1- Untrust us / 2- Alice practice / 3- Crimewave / 4- Magic spells / 5- Xzxcuzx me / 6- Air War / 7- Courtship date / 8- Good time / 9- 1991 / 10- Vanished / 11- Knights / 12- Love and carring / 13- Trough the hosiery / 14- Reckless / 15- Black panther / 16- Tell me what to swallow
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (25 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Une électro en effervescence devant ce nouveau phénomène qui affole déjà."
Pierig, le 10/05/2008
( mots)

Symbole d’une époque alerte et brutale, où la starification se décide en nombre d’amis, où le génie s’essouffle face aux flux d’artistes "buzzifiés" et insipides, Crystal Castles émerge et déroute les plus septiques. Il est vrai que leur réputation s’est construite sur la plus sombre des plates-formes musicales actuelles (Myspace) et sur des remix de fluos vomitifs ( Klaxons ), mais avec leur premier album éponyme, Crystal Castles efface nos préjugés acides pour nous gifler copieusement, l’air hautain et moralisateur. Alors oui, nos 2 canadiens (Alice Glass et Ethan Kath) agacent peut-être mais humanisent à la perfection une électro affolante, immédiate et bouleversante. Savent transformer des sonorités cheap d’Attari en un rythme post et spatial, toujours plus fort, toujours plus rapide. Enfin un buzz justifié.

Voix glaciale et robotique, répétitive dans sa puissance, continue dans sa destruction, Alice brutalise les claviers violents et dépressifs d’Ethan dans "Love and Carring", pour venir "popiser" l’affolant single "Crimewave". La touch CC ne fait finalement que suivre la mode "cheap fluo", de Pacific! à Calvin Harris mais elle a su décupler sa force et rendre ainsi des titres aux sonorités "Mario&Co" à la fois violents ("1991") et dansants ("Knights"). Evasifs et rythmiques ("Trough the Hosiery"). Oublié le gros beat populaire et efficace, Crystal Castles nous arrache du siège par un rythme avant-gardiste, illusion d’une nuit sans fin, où les limites s’évanouissent dans des excès plus ou moins réels.

Parfois usé par des sonorités torturées à l’extrême ("Alice in Practice", "Xxzxcuzx me"), l’album tourne et s’arrête pendant 6 longues minutes sur un chef d’œuvre incommensurable de classe et de débauche, d’élégie et de douleur. "Magic Speels" détourne l’électro de son but primaire à la manière du lumineux Anthony Gonzales de M83 pour alerter notre imaginaire despotique en émoi. 6 longues minutes d'une intensité rare. "Air War" résume parfaitement l’émergence explosive et révolutionnaire d’une électro de demain, toujours plus forte, toujours plus rapide. L'électro de Crystal Castles.

 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Crystal Castles


(III)


Critique d'album

Crystal Castles


Crystal Castles


Album de la semaine
À lire également