↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Crystal Castles


Crystal Castles


(24/05/2010 - Polydor - Electro - Genre : Autres)
Produit par

1- Fainting Spells / 2- Celestica / 3- Doe Deer / 4- Baptism / 5- Year of Silence / 6- Empathy / 7- Suffocation / 8- Violent Dreams / 9- Vietnam / 10- Birds / 11- Pap Smear / 12- Not in Love / 13- Intimate / 14- I am made of Chalk
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (12 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Le buzz de Crystal Castles est-il justifié ? Malheureusement, oui."
Laura, le 25/05/2010
( mots)

Les Crystal Castles sont détestables. Ils ne sourient jamais sur les photos, ont un look d'une autre époque, font sautiller tous les jeunes branchés à mèche rien qu'en apparaîssant sur une scène, et ne donnent pas de nom à leurs albums. Bref, ils sont au sommet de l'empire du hype. Encore un buzz tout droit déniché sur Myspace, encore de l'électro expérimentale incompréhensible. On voudrait les boycotter, ne pas les comprendre, et regarder cette foule massée devant une Alice Glass transpirante en se disant que ça passera, que c'est juste un effet de mode. 

Pour concrétiser ce juste projet, on glisse ce nouveau CD (volé à un pote tout aussi hype, probablement) dans notre platine, et on écoute les premières notes de "Doe Deer". Et là, victoire ! La piste, déchiquetée, saturée de sons électro fracturés et agrémentée d'un cri instable, est quasiment inécoutable. Nous avions raison, Crystal Castles n'est certainement qu'un leurre pour une population qui veut se qualifier underground en écoutant quelque chose qui flirte avec tout sauf avec notre idée académique de la musique. Et puis, finalement... en laissant tourner l'album, Alice et Ethan nous rattrapent par le col, nous balancent dans notre fauteuil, et à la fin de l'écoute, on se retrouve à demander pardon et à ajouter Crystal Castles dans nos amis Facebook. 

Car finalement, contrairement aux apparences, le son de Crystal Castles est bien plus humain que celui de beaucoup d'autres groupes électro, malgré ses airs d'expérimentations aussi réussies que lorsqu'enfants nous frappions sur un vieux synthétiseur avec passion. Il suffit de donner une chance à "Baptism" pour le comprendre. Une ligne électro un peu éraflée, une autre vive et piquante, et la voix torturée, un peu incompréhensible et hurlante d'Alice, sont réunies pour nous propulser avec force dans un autre monde, où tout est plus sombre mais plus intense aussi. C'est peut-être véritablement notre baptême d’ouverture à de nouveaux horizons musicaux. Les autres pistes sur l'album séduisent de la même façon, et possèdent à la fois une force et une noirceur comparable, telle "Empathy", plus reposée et reposante, la très spatiale et attirante "Suffocation", ou "Pap Smear", sur laquelle réapparaissent des sons dignes des plus vieilles éditions de Tetris, mais qui sont propres à Crystal Castles. "Vietnam", avec sa voix tantôt pure, tantôt robotisée, transpire également une émotion contenue, et prouve qu'il n'y a pas que les ballades folk qui peuvent émouvoir. Au contraire, la chanson semble refléter le mal-être d'aujourd'hui, urbain, gris et noyé dans la modernité. Cependant, tout n'est pas aussi simple chez Crystal Castles, et même si maintenant, à l'opposé, on voudrait croire que tout est beau, il reste une part de mystère et de difficilement approchable chez ce duo canadien. On est à la frontière du supportable, avec l'étrange et répétitif "Year of Silence", qui utilise des samples de Sigur Ros sur une ligne un peu plate. Le tout est assez hypnotique et valse entre le franchement chouette et le vraiment barbant. Avec "Do Deer", justement, la frontière est dépassée, et même en se forçant, il semblerait clairement que le plaisir soit sacrifié sur l'autel de l'expérimental. Mais tant pis, le reste de l'album vaut bien qu'on reste perplexe ou déboussolé sur quelques titres. 

Beaucoup l'avaient compris avec le premier album, et ce deuxième opus le confirme : le buzz de Crystal Castles est décidément totalement justifié. Alice, avec ses accents touchants et dépressifs, et son camarade Ethan, derrière leurs airs hautains, nous communiquent une réelle énergie, à la fois sombre et violente, mais d'une violence bien différente de celle de groupes comme Hadouken! ou Justice, car celle de Crystal Castles semble n'avoir pour seul objectif que de mieux sombrer et de nous attirer avec eux, dans un déchaînement franc et passionné.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Crystal Castles


(III)


Critique d'album

Crystal Castles


Crystal Castles


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert