↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Johnny Mafia


Sentimental


(21/05/2021 - Howlin Banana / Modulor - Punk Garage - Genre : Rock)
Produit par Kris Banel

1- Split Tongue / 2- I'm Sentimental / 3- Aria / 4- Phone Number / 5- Trevor Philippe / 6- Refused / 7- Love Me Love Me / 8- Problem / 9- TV And Disney / 10- No More Toes / 11- Nail Gun / 12- Ushuaïa / 13- On My Knees
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (6 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Seattle à Sens unique"
Mathilde, le 18/05/2021
( mots)

Ils font partie du fer de lance du rock français, de ces groupes à guitares (punk, garage ou grunge, faites vos jeux) qui aux côtés de Last Train ou Structures, font briller l'hexagone pour autre chose que son fromage. Les Johnny Mafia en sont à au moins deux albums, plus de deux centaines de concerts, un changement de label (l'excellent Howlin Banana Records) et reviennent cette année pour enjailler nos coeurs et nos énergies éteints par la blase et le blase du confinement.


Sous les cendres, la braise, la pulsation. Une déflagration même, vite repérée par Jim Diamond (The White Stripes) qui a enregistré avec eux leur précédent album Princes De l'Amour. C'est à partir de régions pourtant très Echappées Belles que se font la malle ces formations rock bleu-blanc-rouge, qu'elles se tracent des trajectoires souvent inattendues. Depuis Sens les Johnny Mafia ont ainsi élaboré entre potes/collocs de longue durée un son garage solide, plein de fausse morgue, d'autodérision et de thèmes légers de télé-réalité. Une décontraction qui cache à l'évidence un travail sérieux de mecs prêts à en découdre. 


Si la rétromania a toujours fait ses preuves dans les domaines esthétiques, regarder dans le rétroviseur n'a jamais autant fait de bien qu'aujourd'hui pour gagner en réassurance bienvenue. La période fin des années 80/ début des années 90 fait partie du game et ça tombe bien car c'est la vague Sentimental(e) surfée ici par Johnny Mafia. Un peu de pop pas très loin de leur garage punk, mais le local s'est éclairé d'une ampoule avec davantage de lumens. Leur son en devient plus plein et assis, toujours bruyant mais lumineux, avec un esprit Pixies que le groupe cite souvent dans ses références.


Un éclair stroboscopique et la guitare résonne sur une corde dès l'intro de "Split Tongue". Tels les Billy Talent ça s'époumone mais ça brille dans les choeurs façon The Shins en plein milieu. La tendance reverb revancharde est aussi présente sur le quasi titre éponyme "I'm Sentimental". Les codes du rock punk certes (du genre qui se répète dans un garage familial, peut-être celui de mémé qui prend la photo sur la pochette), mais rafraichis avec ces ponts qui mettent les chills. "No More Toes" ramène à Princes de l'Amour (et avant lui Bad Michel) car Johnny Mafia ne renie ni ses origines, ni sa ville. Loyaux les mecs, mais pas du genre à s'endormir sur le rôti.


Dans Sentimental la mélodie est au centre, entre des fracas de batterie simplifiée (mais destructrice), des harmonies douces-amères à la Garbage ("Aria"). On entend du Smashing Pumpkins sale forcément des fois ("Love Me Love Me"), du Weezer ou du Naked Giants aussi dans les effluves Côte Ouest péri Seattle ("Gold Rush"). C'est en fait ludique tant dans les solos de guitares choisis que dans les fables quotidiennes des paroles. Une naïveté New Pornographers et une retenue car le groupe de Sens ne tape jamais la flambe. Même si le son flambe grave. "Ushuaïa" en finit de séduire pour de bon, cette élégance à la Blood Red Shoes ne sera pas démentie sur le plus intimiste "On My Knees" qui clôt l'album.


Ce sont tous ces comparatifs qu'on peut affubler à Johnny Mafia, mais au final quel régal cet album avec le chant qui a manifestement été travaillé ("Problem"), la texture de son affinée grâce à des nappes synthétiques, des guitares claires plus aiguës que dans le passé et une base rythmique basse-batterie infaillible. Comme le groupe Cathédrale est brillamment sorti de ses 22 mètres toulousains, Johnny Mafia prend le large loin de l'Yonne et étincelle. Son rock sauvage impeccablement balancé nous projette des pépites incandescentes. Johnny Mafia a pris du châssis, mais Sentimental ne roule pas à toutes berzingue. Le chemin emprunté est clair, la tenue de route est sûre, le talent aussi.  


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Johnny Mafia


Princes De L'Amour


Album de la semaine

VOLA


Witness


"

Il leur aura fallu le temps, mais on peut désormais l’affirmer sans fard : sur son troisième album, Vola a trouvé tout à la fois son style et sa force de composition. Si les danois avaient su jusqu’ici faire preuve d’éclectisme et d’ouverture d’esprit dans leur metal progressif à accointances électro-djent, on ne les avait encore jamais vus aussi robustes que sur ce Witness qui jette un très gros pavé dans la mare du milieu, au point désormais d’éclabousser à grosses gouttes les cadors du genre, TesseracT en tête. Carrément.

"
À lire également