↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

LCD Soundsystem


Sound Of Silver


(12/03/2007 - DFA / EMI - Electro/Post-Punk - Genre : Autres)
Produit par

1- Get Innocuous! / 2- Time to Get Away / 3- North American Scum / 4- Someone Great / 5- Watch the Tapes / 6- All My Friends / 7- Us v Them / 8- Sound of Silver / 9- New York, I Love You But You're Bringing Me Down
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (13 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"James Murphy transforme son second essai avec brio avec cet album magistral"
Maxime, le 16/04/2007
( mots)

En voilà une belle lèpre contemporaine : la Hype. Avec ses prescriptions imbéciles, ses bataillons de suiveurs et ses détracteurs bornés. Autant rester sur ses gardes quand sort un album acclamé par les détenteurs du Bon Goût Universel et attendre patiemment la suite, une fois délivré des jugements à l'emporte pièce. Le deuxième album de LCD Soundsystem est sorti et on peut se frotter les mains. Commençons par faire de la place : toi, le binoclard avec ta barbe de trois jours qui se gargarise au déconstructivisme post-moderne, tu dégages, la blonde à frange qui se dandine en couinant des "J’adooooooore" aussi. Les choses sérieuses peuvent enfin débuter.

Sound Of Silver vient confirmer ce que le premier opus, derrière ses tubes ultra-branchés, laissait dessiner : un songwriting plus fin que malin, plus sensible qu’habile, adroitement dissimulé sous une imparable machine à danser. Avec ce nouvel effort, impossible de limiter la bande de James Murphy à de simples Neptunes du punk-funk et de résumer leur science à leurs remix, admirables, pour Gorillaz ou les Chemical Brothers . LCD Soundsystem est bien parti pour embrasser une carrière peut-être pas aussi clinquante que ses débuts, mais finalement plus consistante que la plupart de ses tambouilleurs contemporains, là où Radio 4 s’est essoufflé dès le second disque, là où The Rapture pédale dans la semoule, là où la bouillie anarchique des Klaxons risque de lasser le palais dans un avenir pas si lointain.

Sans dévier de la ligne de l’album éponyme, cette nouvelle galette affine et approfondit les bidouillages antérieurs. Enlacement de textures sonores épurées, rythmiques aussi métronomiques que distordues, mélodies amorphes et béates sont au programme. Déboulant sur la piste avec du Pet Shop Boys ripoliné aux paillettes post-punk ("Get Innocuous"), LCD Soundsystem vise en plein dans le mille le pavillon auditif de l’auditeur pour ne plus lâcher sa cible. Réussissant sur tous les terrains pop, James Murphy et ses sbires amusent et éblouissent, que ce soit dans les petites bombettes funk calibrées couplées à un tempo obsédant ("Time To Get Away"), les diatribes acides immédiatement entraînantes que l’on n’avait jamais vu si bien troussées depuis Gang Of Four ("North American Scum"), les comptines électro greffées à des couplets impériaux (magistral "Someone Great") ou le punk rigidifié à coup de synthés baveux ("Watch The Tapes").

Même lorsqu’il joue la longueur, le groupe n’est jamais mis en défaut, exaltant le syncrétisme pop des Chemical Brothers avec brio ("All My Friends"), catapultant le funk pour blanc-bec sur des sommets épiques jamais atteints ("Us Vs Them") donnant à l’electronica une dimension mélodique inédite ("Sound Of Silver"). James Murphy se permet même une brillante sortie, fébrile et grandiloquente, avec un poignant "New-York, I Love You But You’re Bringing Me Down". Sound Of Silver est une victoire totale, un album aussi minimaliste que foisonnant de trésors, aussi accessible qu’inépuisable. On a beau chercher, on ne trouve aucune raison valable de bouder une telle pépite. LCD Soundsystem montre, parce qu’il fallait encore le prouver, qu’il est l’un des groupes les plus excitants et indispensables du moment en accouchant d’un disque dont les charmes ne tarissent pas une fois sorti du dancefloor. Pas un exploit, juste une brillante confirmation qui tombe comme une évidence.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

LCD Soundsystem


LCD Soundsystem


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également