↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Meshuggah


Chaosphere


(00/00/1998 - Nuclear Blast - thrash-math-metal (!) - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Concatenation / 2- New Millenium Cyanide Christ / 3- Corridor of Chameleons / 4- Neurotica / 5- The Mouth Licking What You've Bled / 6- Sane / 7- The Exquisite Machinery of Torture / 8- Elastic
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (12 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"encore de la musique qui fait mal au crâne"
David, le 02/08/2004
( mots)

Après avoir changé de bassiste, tourné à travers l'Europe avec des groupes tels que Machine Head et Clawfinger , après avoir sorti le EP The True Human Design et laissé le temps à Fredrik Thordendal de peaufiner son projet solo Special Defects, les énervés d'Umea trouvent enfin le temps, en 1998, de donner un successeur au cultissime Destroy Erase Improve.

Et autant le dire tout de suite : Chaosphere est à déconseiller à tous les amateurs de easy-listening, car dans le domaine de l'agressivité et de la folie musicale, un nouveau palier est à nouveau franchi.

Ce qui frappe d'entrée, ce sont les nouveaux sommets de minimalisme atteints dans les harmonies. Seuls les soli torturés de Thordendal, se détachant de la rythmique monolithique (il joue dans une autre tonalité que celle-ci) apportent une touche "mélodique". Il semblerait en effet que Meshuggah ait laissé de côté les dynamiques et les respirations encore présentes sur Destroy Erase Improve, pour se concentrer sur la rapidité d'exécution et la composition de rythmiques encore plus complexes. C'est du coup le principal intérêt de cet album, où même la voix déchirante de Jens Kidman est utilisée comme un véritable instrument rythmique. Du reste, il ressort des guitares à sept cordes des riffs plus écrasants que jamais, bien mis en valeur par la production de Daniel Bergstrand (In Flames, Soilwork, Scarve ...).

Alors comment peut-on trouver de l'intérêt et de l'excitation à l'écoute d'une telle musique, me direz-vous ? Et bien, la performance de Meshuggah, c'est d'arriver à faire groover des morceaux aux structures bizarroïdes (mesures impaires, polyrythmies et compagnie...), en assénant des tempos tellement entêtants et hypnotiques que le headbanging devient quasi-automatique. A ce titre, "Neurotica" paraît être la chanson la plus "catchy" (si on peut dire) pour les non-initiés.
Le seul défaut de Chaosphere, c'est qu'il est tellement extrême dans sa conception, qu'il aura du mal à toucher un large public... Mais est-ce réellement un défaut ?

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Meshuggah


I (EP)


Critique d'album

Meshuggah


Nothing


Critique d'album

Meshuggah


Destroy Erase Improve


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également