↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Motörhead


The Wörld is Yours


(10/12/2010 - Motörhead Music - Heavy rock - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Born To Lose / 2- I Know How To Die / 3- Get Back In Line / 4- Devils In My Head / 5- Rock'n'Roll Music / 6- Waiting For The Snake / 7- Brotherhood Of Man / 8- Outlaw / 9- I Know What You Need / 10- Bye Bye Bitch Bye Bye
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (12 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Lemmy n'en a pas fini avec le rock'nroll, sa dernière charge en témoigne."
Marc, le 26/01/2011
( mots)

The Wörld is Yours n'est pas que le simple titre sans équivoque du dernier album de Motörhead, c'est aussi et avant tout un appel à résister et à vivre comme on l'aspire, incarné par un leader qui vient de fêter, excusez du peu, sa soixante-cinquième année. Coïncidence, ou pas, ce manifeste rock'n'roll a une résonance encore plus importante en ces temps perturbés. Il n'y a qu'à regarder de l'autre côté de la méditerranée où les Tunisiens ont trouvé la force de passer aux actes... Et si le message d'un Lemmy toujours affûté peut apparaître simpliste et plus facile à asséner qu'à réaliser il n'en reste pas moins essentiel. Il est l'essence même de Motörhead, ce monstre engendré par le rock'n'roll depuis près de 35 ans.

Lemmy n'est certes pas un être irréprochable et si durant quasiment toute son existence le gaillard a abusé de substances addictives et d'un goût douteux pour l'esthétisme du IIIème Reich, ce drogué de bandit manchot n'en est pas moins un as lorsqu'il s'agit de faire main basse sur des morceaux de heavy metal. Ce genre dont il est à l'origine et qu'il n'a cessé de jouer comme il le ressentait, sans se soucier de l'avis des autres et sans emprunter la trace d'untel. En remportant la plus belle mise de sa vie avec Ace of Spades il a fini par rassembler de nombreux fidèles avides de pur rock'n'roll. Parce qu'il n'a jamais rien su et voulu faire d'autre et parce que la nature l'a doté d'une santé hors du commun, lui et ses deux compagnons de route (le guitariste Phil Campbell et le batteur Mikkey Dee) sont toujours là, à même de les exaucer.

Le trio s'est réuni à Los Angeles afin d'enregistrer ce vingt-et-unième album de Motörhead ! De nouveau produit par Cameron Webb (Inferno et Kiss of Death), sa réalisation a cependant été bouleversée par le décès du père de Phil Campbell. Contraint de rentrer au Pays de Galles, c'est d'un studio loué sur place que ce dernier a participé à l'enregistrement des titres avant que Lemmy ne le finalise, seul. The Wörld is Yours est donc bel et bien né dans ces conditions douloureuses et exceptionnelles sous leur nouvel et propre label (Motörhead Music). Pour ce qui est de son contenu, on ne peut être surpris par la marque de fabrique de "speed freak" (son autre surnom) et de ses complices : un concentré de vitesse et de puissance sonore souligné par des titres et des textes sans concession où plus de la moitié de cette équipée sauvage vaut le détour. En ouverture, "Born To Lose" et son gros calibre nous font subir quelques dommages, juste là où ça fait du bien. Une entrée en matière qui marque l'esprit et fera date dans leur discographie. La fureur toute rock'n'roll de "I know How to Die" est ensuite mise en valeur dans "Get Back the Line" : "nous sommes piégés par le luxe, affamés sous condition, personne ne nous dit qui aimer, nous avons vendu nos âmes". Toute la subtilité de Lemmy y réside, à l'instar de "Rock'n'roll Music", sa véritable profession de foi, où le texte est autrement plus soigné et intelligent que la plupart des autres groupes anglo-saxons. Ce morceau de choix s'articule sous un tempo plus lent et sonne comme du ZZ Top vitaminé alors que dans "Brotherhood of Man" c'est sa voix qui s'alourdit de graves, non entendus depuis Orgasmatron, et de gravités balancées à la face de l'humanité. En terminant par "Bye Bye Bitch Bye Bye", un titre qui devrait ravir des choeurs en live, on se surprend à penser que Lemmy s'adresse d'abord à la vie plutôt qu'à une énième conquête qui n'aurait fréquenté que son lit.

D'où cette interrogation finale : et si cet album avait valeur de testament musical ? Son titre en a la dimension tout comme ses chansons. D'un je sais comment mourir à une profession de foi envers la musique du diable tout en finissant par un bye bye, les mots sont troublants. L'avenir sera seul juge. De toute façon, avec ou sans raison, d'entre tous les fidèles Lemmy et le rock'n'roll semblent immortels. La preuve, The Wörld is Yours !

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !