↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Nine Skies


5.20


(04/06/2021 - - Rock progressif - Genre : Rock)
Produit par

Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (6 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Pérégrinations acoustiques à travers le rock progressif (français) de Nine Skies"
François, le 09/08/2021
( mots)

En 2021, le rock progressif hexagonal se la joue unplugged, acoustique. Fleuron national au-delà de nos frontières, Lazuli a revisité son répertoire en mars sur Dénudé ; de son côté, Nine Skies propose un 5.20 acoustique (mais pas entièrement dénué d’électrification) au mois de juin. 


La très belle pochette semble évoquer les affres des épidémies (on retrouve les médecins-becs de la peste) même si cette nouvelle face plus intime du groupe de néo-progressif niçois précède la réclusion du confinement (si l'on en croit l'interview donnée à BigBang). Ainsi, alors que Nine Skies développe habituellement une musique très électrique, riche en claviers synthétiques et régulièrement proche du Metal-progressif, il compte surprendre l’auditoire en explorant d’autres univers esthétiques. 


Terminons la présentation de l’identité musicale du groupe en rappelant que la forte influence britannique qui irrigue les deux premiers opus de Nine Skies s’illustre également dans le choix de la langue anglaise pour le chant, qu’il soit féminin ou masculin, à l’inverse de nombreuses formations françaises qui demeurent francophones. Un choix qui peut permettre à l’avenir (on le leur souhaite) d’obtenir une aura internationale … Quoique celle-ci semble déjà assez affirmée si bien qu'elle s’exprime ici dans une forme inattendue. Comment ne pas remarquer la présence d’invités de marque, dont Steve Hackett à la guitare (inutile de le présenter), John Hackett à la flûte (le frère du précédent), ou Damian Wilson (un chanteur gyrovague du rock progressif) ? Bref, le gratin du genre est invité à participer à l'aboutissement de ce très bon 5.20


En effet, le pari est réellement réussi, le groupe ne se perd pas dans un entre-deux bancale et suit avec minutie le sentier qu’il s’était tracé. Ainsi, le rendu, servi par une belle production, est très organique ; on remarquera les notes de guitare cameliennes sur "Colourblind" qui s’écoulent comme des perles de rosée, la flûte aérienne d’Hackett sur "The Old Man in the Snow" (titre très andersonien période solo par ailleurs). Projet acoustique oblige, Nine Skies se tourne vers des influences piochées au sein des musiques traditionnelles et s’approche parfois des musiques du monde. "Golden Drops" est enrobé d’ambiances orientales (rien qu’aux percussions) et médiévales avec un sublime passage de violoncelle envoûtant, alors qu’on perçoit des côtés balkaniques sur "Godless Land". 


Autre écueil de l'acoustique qui est merveilleusement évité, celui d’aboutir à un album un peu léthargique : tout au contraire, Nine Skies déploie ici un sens de l'énergie et du contraste qui rend le voyage aussi immersif qu'enthousiasmant. Les variations sont nombreuses au sein des morceaux qui possèdent des constructions progressives, comme "Colourblind" entre ses lignes acoustiques avec des trilles qui évoquent Opeth, ses moments jazzy, son côté néo-prog’ dans le chant. Il en va de même au sein de l’album qui change d’ambiance au fil du récit. La fougue et les nombreuses touches jazzy de "Wilderrness" (le pont avant le très beau solo d’Hackett) tranchent ainsi avec des pièces plus calmes comme "Beauty of Decay" (un instrumental entre Andalousie et Renaissance) ou "Dear Mind" dans le même registre. Cela est permis par l’inscription renouvelée dans le courant progressif cher au groupe, parfois plus exacerbée comme sur "Above the Tide", titre construit sur une montée en puissance qui traduit bien la marée et semblant être inspiré par Marillion période Hogarth. Un bémol peut-être pour la fin plus tamisée où le piano domine entre "Achristas", "Porcelain Hill" et "Smiling Stars" sur lequel on notera tout de même un passage exaltant au saxophone. 


Tout renouvellement esthétique un peu risqué atteint son objectif lorsqu’il est réalisé avec honnêteté, savoir-faire musical et inspiration. En l’occurrence, Nine Skies franchit la barre du troisième album avec un tournant surprenant mais abouti, qui laisse pourtant entendre l’identité du groupe. Une nouvelle réussite à ranger au rayon du rock progressif français. 

Commentaires
Rick, le 12/11/2021 à 19:56
superbe musique
Injall, le 01/09/2021 à 16:03
Super album, magnifique pochette. Manque peut-être un peu de relief, un peu trop homogène dans l'ensemble. Influence très prononcée d'Hogarth dans le chant. Dommage qu'il ne soit pas édité en vinyle????
Yessongs, le 17/08/2021 à 20:36
Très bel album !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également