↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Judas Priest


Battle Cry


(25/03/2016 - Epic - British heavy - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- (Intro) Battle Cry (Live from Battle Cry) / 2- Dragonaut (Live from Battle Cry) / 3- Metal Gods (Live from Battle Cry) / 4- Devil's Child (Live from Battle Cry) / 5- Victim of Changes (Live from Battle Cry) / 6- Halls of Valhalla - Live from Battle Cry / 7- Redeemer of Souls (Live from Battle Cry) / 8- Beyond the Realms of Death (Live from Battle Cry) / 9- Jawbreaker (Live from Battle Cry) / 10- Breaking the Law (Live from Battle Cry) / 11- Hell Bent for Leather (Live from Battle Cry) / 12- The Hellion (Live from Battle Cry) / 13- Electric Eye (Live from Battle Cry) / 14- You've Got Another Thing Coming (Live from Battle Cry) / 15- Painkiller (Live from Battle Cry)
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Hello Wacken the Priest Is Back "
François, le 03/08/2021
( mots)

Pour un groupe de la stature de Judas Priest, organiser une tournée mondiale afin de promouvoir un nouvel album ne peut s’envisager sans passer par le sanctuaire annuel du Metal, Wacken. Je vous vois venir les chauvins, rassurez-vous, ils étaient également passés par le Hellfest en 2015, mais c’est bien le concert du festival allemand qui fut filmé et enregistré en DVD et CD (il y a deux pistes de plus sur le DVD, "Turbo Lover" et "Living After Midnight").


Afin de satisfaire le public, quand on a une telle carrière derrière soi, il est évident qu’une setlist ne peut exclure les tubes et succès d’antan. Pourtant, le dernier album en date à l’époque, Redeemer of Souls (2014), est bien représenté. Il ouvre violemment les hostilités avec "Dragonaut", puis revient sur le somptueux "Halls of Valhalla", titre épique et surprenant- la plus belle pièce de l’opus s’affirme comme un moment live d’anthologie. C’est peut-être même le clou du concert, qui est suivi par "Redeemer of Souls", troisième titre tiré de l’album du même nom. De quoi faire réfléchir ceux qui avaient accueilli froidement cet opus loin d’être aussi anecdotique qu’on a pu l’entendre. 


Du reste, le choix a été assez minutieux. Bien sûr, les inénarrables "Metal Gods", "Breaking the Law", "Living After Midnight" (sur le DVD) ou "Painkiller" sont de la partie, ponctuant l’album de ces grands exploits du répertoire priestien. Vous l’aurez compris, rien de très surprenant dans la sélection des pièces de la désormais opulente collection du groupe, mais chacun pourra prendre son pied sur ses compositions favorites. Pour ce qui est de l’auteur de ses lignes, amateur de la période 1982/1985, "The Hellion/Electric Eye" ou le plus inattendu "Jawbreaker" furent de réels moments de satisfaction, de même qu’un "You’ve Got Another Thing Coming" démonstratif puisqu’il a été choisi pour servir de bouquet final (11 minutes serties des plus belles notes de guitare). On peut également saluer le fait que toutes les périodes du groupes soient représentées, même les 1970’s avec le progressif "Victims of Change" s’étendant sur presque neuf minute. 


Le constat est celui d’un groupe particulièrement en forme. Si Rob Halford a tendance à déambuler tranquillement sur scène la tête baissée, sa voix souffre bien les années qui passent, qu’il faille monter dans les aigues, crier ou growler. Surtout, à quelques exceptions près ("Painkiller"), il connaît ses limites et ne se laisse pas aller à tenter le diable. A la guitare, Glenn Tipton assure le show malgré sa maladie de Parkinson, même sur les solo, tandis que Richie Faulkner brille de mille feux, notamment sur les nouveaux titres (écoutez-le saisir à la perfection les nuances de "Halls of Valhalla"). Le tout est évidemment relevé par une production au poil. 


Qu’ils soient considérés comme les dieux du Metal ou non, les membres de Judas Prient livrent ici un concert vraiment enthousiasmant, qui peut largement servir de best-of alive par sa belle programmation de morceaux cultes, comme de photographie contemporaine d’un groupe désormais historique.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Judas Priest


Redeemer of Souls


Critique d'album

Judas Priest


Painkiller


Critique d'album

Judas Priest


Point of Entry


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert