↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

No One Is Innocent


Drugstore


(01/02/2011 - Naïve - Rock Révolté - Genre : Rock)
Produit par

1- Cheri Moog / 2- Drugs / 3- Paris / 4- Le monde entier / 5- Les opposants / 6- Qui je suis / 7- Come on / 8- Hurry up (City boys) / 9- K.O. / 10- The doll / 11- Johnny Rotten
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Nouvel album pour le groupe parisien, qui entame un gros virage vers l'électro"
Geoffrey, le 02/02/2011
( mots)

No One Is Innocent ou le retour du groupe qui s’est spécialisé dans la fusion et dans les dénonciations des vérités vraies. Une panoplie de messages contestataires comme il s’en fait beaucoup dans le monde de la musique enragée pour gauchistes engagés. On ne peut naturellement qu’être d’accord avec ces messages utopiques, mais pour Drugstore, il est préférable de le laisser de côté, pour ne pas passer à côté des compositions, qui valent beaucoup plus le détour. 

Ne présentant de prime abord rien d’extraordinaire,  Le nouvel album de No One Is Innocent se dévoile surtout très efficace. Kemar Gulbenkian et sa bande dégagent ainsi toujours la même pêche, peut-être en pire sur cet album, grâce à l’apport renforcé de sons électro d’une acidité technoïde ("Cheri Moog"), à la pointe de la fusion rock-électro, se rapprochant souvent de l’agréable énervement de nos voisins d’outre-manche dans le genre, The Prodigy en tête. Sans jamais l’atteindre tout de même, tellement ce Drugstore nous paraît basique. Un style global qui marque une grosse rupture avec les disques précédents, où la guitare était omniprésente. Ici, non. La guitare parvient parfois à se faire entendre, mais elle n’occupe qu’un rôle annexe, laissant la place aux variations électro d’un Kaoss Pad. Idem pour la batterie, secondant habilement la boite à rythmes effrénés, qui crache à foison les beats punk. Une nouvelle dimension, donc, pour le groupe qui signe là un disque qui en décontenancera certains, parmi les plus allergiques au (presque) tout électro. Seul "Qui je suis", chanté par Guizmo du groupe Tryo, calme le jeu et fait la part belle à l’acoustique, sur un titre judicieusement cohérent avec le discours sur les origines, notamment celles de Kémar qui vient d’Arménie. 

Car côté textes, pas de nouveautés. Egal à lui-même, le leader du groupe déblatère de sa voix éraillée ses revendications politiques ou sociales à tout va. Là encore, "Qui je suis" pourra davantage plaire et paraître un peu moins défonceur de portes ouvertes, dans un style qui rappelle à s’y méprendre à Manu Chao. C’est également le dernier titre, "Johnny Rotten" qui retiendra toute l’attention. Un titre qui n’est pas, comme on pourrait le croire, un hommage au leader des Sex Pistols. Bien au contraire, ce morceau a été écrit en réponse à une altercation qu’a vécue Kemar Gulbenkian avec l’intéressé lors d’un festival. Un florilège d’insultes et de foutage de gueule sur le titre le plus entraînant de l’album, et certainement le seul qui permettra l’esquisse d’un sourire. Une nouveauté pour No One Is Innocent, habitué des thèmes pas forcément très drôles.

Plusieurs raisons qui font que No One Is Innocent semble méconnaissable. Le groupe parisien s’essaie à un nouveau genre, et profite de sa notoriété pour faire des tests. C’est en substance à quoi ressemblent ces titres, tellement ils paraissent légers. Légers dans leur composition, légers dans leur apparence, légers dans leur production. Mais c’est cette légèreté qui attire, comme un grand défouloir où l’on ne cherche qu’à se faire du bien dans l’énervement. Loin d’être un chef d’œuvre, Drugtore se révèle davantage comme un album subversif et accrocheur. Du No One Is Innocent pur rock, plus que jamais !

Si vous aimez Drugstore, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Nov. 2019
2
Critique d'album

No One Is Innocent


Gazoline


Album de la semaine
À lire également