↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

No One Is Innocent


revolution.com


(31/08/2004 - - Rock Révolté - Genre : Rock)
Produit par

1- US Festival / 2- Revolution.com / 3- Automatic / 4- Ou veux tu que je t'aime? / 5- Drive me / 6- Ou etions-nous? / 7- B.O. / 8- Personal Jesus / 9- G.r.a.b.u.g.e / 10- Tout laisse croire... / 11- Attends / 12- No One Hears You Anymore / 13- Data
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (15 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"No One is back !"
Lilian, le 28/09/2004
( mots)

"Du grand Canyon au Yémen, et la peau est la même", qui n'a jamais chanté ces mots, qui, il y a 10 ans déjà devenait l'hymne d'une jeunesse imprégnée de rock et de métal. Cela fait effectivement une décennie que le premier album de No One se faufilait dans les bacs et que le groupe, avec son seul titre "La peau" remplissait déjà des salles entières d'excités. Quelques années plus tard, "Utopia" prouve que les No One maîtrisent parfaitement leur sujet. Le groupe se sépare pourtant deux ans après, laissant libre court à Kemar pour un projet solo baptisé "Prénom Betty".

C'est ce même Kemar que l'on retrouve en cette année 2004 à la tête d'une nouvelle formation pour le troisième volet de l'histoire chamboulée de ce groupe heureusement retrouvé. La renaissance tient du fait de la rencontre entre Kemar et K-mille. Ensemble ils composent plusieurs titres avant de s'apercevoir que ceux-ci collent tout à fait avec la musique de No One. C'est le retour. Lancé sur les ondes le titres "Revolution.com" connaît un succès quasi-immédiat et annonce surtout la venue de l'album portant le même nom.

Grosse guitare mais chant plutôt cool, c'est "Us Festival" qui donne le ton d'un album différent mais pas radical. La chanson qui dénonce le comportement américain (et qui a inspiré la pochette) laisse place au tube, "Revolution.com". Même si le titre est fort sympathique, il a du semer le trouble chez les fans des premières heures. Un brin électro, plutôt calme, elle a du déconcerter un peu ceux qui espéraient revivre les moments fort de "La peau" ou de "Génocide". Malgré tout, le retour de la bande était si improbable que ce plaisir doit primer. Il faut donc acquérir cet album pour s'apercevoir que No One est bel et bien de retour. Car même si le son est différent, Kemar n'a pas oublié de parsemer son opus de morceaux bien remuants, comme "B.O.", aux paroles gonflées de titres de films, "G.r.a.b.u.g.e" ou encore l'excellent "Tout laisse croire?", plus proche de ce qu'il faisait avant.
Si on avait déjà pu écouter quelques titres calmes sur "Utopia", on doit sûrement plus la présence de quasi-ballades sur ce "Revolution.com" au projet solo de Kemar et à un désir de faire dans le mélodique. Ainsi "Attends" surprend par son côté mélancolique, confirmé par une sorte de cacophonie instrumentale organisée dans laquelle la voix se perd un peu. "No one hears you anymore" accentue encore plus la tendance avec un accompagnement en guitare accoustique. Encore dans un autre style, "Où étions-nous", nous propose un texte génial sur le 21 avril 2002: "Qu'elle est triste la rose, minée de l'intérieur, et quand la flamme est trop vive, elle consume la fleur".
Comme sur le premier album éponyme, la formation y va de sa reprise ("Gratitude" des Beastie Boys en 1994) en se lançant dans une version électro punk du "Personal Jesus" de Depeche Mode. Comme le hasard fait bien les choses, Marilyn Manson nous livre sa version de ce titre peu après, et bien sûr, dans un style encore bien différent.

On ne peut que savourer ce retour des No One Is Innocent tant il était inespéré et tant la musique retrouvée vaut le détour. Kemar et sa bande font fort pour ce qui pourrait être considéré comme un premier album, celui d'une renaissance vers une vie que l'on ne peut qu'espérer longue et fructueuse.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Nov. 2019
2
Critique d'album

No One Is Innocent


Drugstore


Critique d'album

No One Is Innocent


Gazoline


Album de la semaine
À lire également