↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Sleeppers


Signals From Elements


(17/04/2006 - At(h)ome - Noisy punk métal - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Data 0 / 2- Blacklisted / 3- Darwin 5.4 / 4- Undone / 5- Slaves / 6- N Particles / 7- Thrill / 8- Ruines / 9- Recycle V2.0 / 10- Don't / 11- Monkey Decisions / 12- Landscapes / 13- Tokio 3127
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Découvrez le 5ème album des quatre bordelais de Sleeppers. Une grande claque..."
Jerome, le 25/05/2006
( mots)

Après quatre albums, dont le très bon Interaction unanimement salué par la critique, un DVD (15.597_Making Noises) et plus d'un demi-millier de concerts, le bulldozer Sleeppers revient aujourd'hui avec Signals From Elements, sa 5ème galette en date. Prenez un siège, installez-vous confortablement et détendez-vous... les hostilités vont commencer et vous ne pourrez pas dire qu'on ne vous aura pas prévenu.

"I am the Devil"... Après une rapide intro sous forme d'un calme annonciateur d'une tempête certaine, c'est par ces mots que commence réellement cet album. Et il n'en faut pas plus pour voir débouler une vague de guitares assassines aux riffs rappelant parfois un certain No One Is Innocent des débuts sur "Blacklisted", titre sonnant la charge de l'album. Les rythmiques sont lourdes à souhait et les voix toujours aussi déchirées et proches de la rupture. Les petites sonorités électroniques se mêlent à la perfection aux instruments et contribuent beaucoup à implanter cette ambiance sombre et pesante présente tout au long des 13 titres. Les guitares de Raph font un travail énorme sur cet opus et réussissent à nous sortir des sentiers connus pour nous englober dans des espaces sonores envoûtants à souhait, aux rythmes montant progressivement en intensité ("Darwin 5.4").

L'album en général est de très bonne facture et le travail de production de Fred Norguet (Dead Pop Club, Lofofora...) est loin d'être désagréable à l'écoute. Certains morceaux sortent même du lot tels que l'excellentissime "Undone", aux mélodies vocales et guitaristiques My Vitriolesque ou encore "Thrill", morceau instrumental mené de mains de maître par les quatre girondins. La participation de Reuno (Lofofora) sur "Ruines" ne passe pas inaperçu et signe un des morceaux les plus réussi de ce Signals From Elements... en clair, il n'y a pas grand chose à jeter dans cette production.

Sleeppers s'amuse à mélanger les genres tout au long de cet album en explorant aussi bien les rayons punk, métal et même électro avec "Tokio 3127". Les arrangements vocaux pourront peut être en déranger certains au début mais rassurez-vous, certaines mélodies se montrent très bonnes, comme sur "Monkey Decisions". Les habitués seront donc comblés par ces 1h05 de bon rock, quant aux autres, ils devraient se pencher sur ce groupe qui mérite vraiment d'être un peu plus connu. On peut dire qu'on est bel et bien devant un des leaders d'une scène métal décidément en plein essor dans notre bon vieil hexagone.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également