↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Elderberries


Nothing Ventured Nothing Gained


(19/03/2007 - No Phono / Discograph - Garage/Hard Rock - Genre : Rock)
Produit par

1- Laying Low / 2- Once Or Twice / 3- Running For Life / 4- I Wanna Bit / 5- Double Demons / 6- Like A Bull / 7- Gotta Get Me Good / 8- The Little House / 9- What You Gonna Do ? / 10- Looking For A Place To Go / 11- Overdose / 12- Shoot For The Money
Note de 3.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (7 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Un quintet adolescent au service d'un garage rock compact et frondeur. Miam..."
Maxime, le 19/03/2007
( mots)

Dans la famille baby rockeurs, on prendra avec plaisir les chevelus en chemises à carreaux du fond, m’est avis qu’ils ont des choses assez savoureuses à raconter. Faisant fi du post-punk opportuniste ou de tout dance-rock tapageur, les Elderberries, du haut de leurs 17 berges, optent pour un binaire juteux et direct ne passant pas par quatre chemins pour faire piaffer le jarret des foules consentantes. Pas arty ou glamour pour un sou, ce quintet international (trois anglais, un canadien, un français) entend montrer combien le garage volumineux et le hard rock seventies se moquent des frontières et des effets de mode. Plaçant leurs pas au centre de l’anneau magique reliant AC/DC , Led Zeppelin et Ramones en passant par The Stooges (soit tout ce qui mouline dru), les Elderberries traînent déjà un joli petit palmarès derrière leurs basques, riche de plus de 80 concerts menés entre autres en ouverture de The Used , Kill The Young ou El Presidente , préalable nécessaire à ce premier effort.

Comme tout bon disque de ce genre, Nothing Gained, Nothing Ventured tronçonne, féraille, décanille un maximum en un minimum d’accords. Ryan Suttan et Tom Pope croisent le fer, épaulés par un Jamie Pope concerné et un Yann Clavaizolle impitoyable derrière les fûts ; Chris Boulton n’a plus qu’à venir distordre ses cordes vocales sur ce tapis sonique. Il en résulte un joyeux flot de gâteries devant lequel ne renâclera pas tout hirsute au cuir craquelé : ouverture bourrue ("Laying Low"), MC5 brutalisé ("Running For Life"), Hellacopters vandalisé ("Double Demons"), Bellrays tancé ("The Little House"), punk frotté aux barbelés ("I Wanna Bit"), sentences hérissées ("Gotta Get Me Good"), clin d’œil appuyé à tonton Jimmy ("What You Gonna Do ?"), gerbes de larsens incantatoires ("Shoot For The Money"). Ça sent la fougue juvénile, la frénésie électrique, le riff trapu, bref, tout ce qu’il faut pour que The Datsuns ou les Flaming Sideburns se mettent à couver cette progéniture d’un regard langoureux. Tout pisse-froid exigeant originalité et déconstruction post-moderne sera vigoureusement reconduit vers les Arcade Fire avec le tampon réglementaire apposé sur l’arrière-train. Seule la quantité de plaisir brut prodigué compte, et à ce jeu là les Elderberries nous envoient un baiser lippu qu’il serait obscène de refuser.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également