↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Night Eternal


Moonlit Cross


(05/11/2021 - - Heavy Metal - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Manbelyst / 2- Elysion (Take Me Over) / 3- Cloaked in Darkness / 4- Son of Sin / 5- Deadly as a Scythe / 6- Shadow's Servants / 7- Prison of Flesh / 8- Closeness in Suspension / 9- Moonlit Cross
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Un magnifique et mélancolique album d'Heavy traditionnel"
François, le 08/03/2022
( mots)

Alors que notre époque voit l’horizon s’assombrir, entre naufrage écologique, pandémie et désormais conflit armé, l’art qui en découle ne pouvait qu’enfanter d’une esthétique pessimiste. D’autres générations ont eu la New-Wave ou le Black Metal, autant de déclinaisons des nouveaux romantiques, la nôtre aura, entre autres, une forme de Metal assez lugubre issue de la retromania ambiante, en l’occurrence celle attirée par le Heavy traditionnel, en lui apportant une dimension sinistre. Une sorte de Metal gothique assorti à la NWOBHM en somme, où brillent les Canadiens de Spell ou les Américains d’Unto Others (avec une bonne dose de New Wave). L’Europe n’est pas en reste, notamment l’Allemagne, qui voit enfin The Night Eternal présenter son premier album complet (après un EP en 2019). Ces trois groupes ont des personnalités marquées et offrent des propositions artistiques différentes (on citerait d’ailleurs volontiers In Solitude pour ceux-ci), mais la mélancolie et la noirceur qui enrobent leur musique demeurent des caractéristiques communes.


Détourner la crucifixion et adopter l’écarlate autant que le noir en couverture permet de poser des bases suffisamment occultes pour qu’il ne soit pas forcément nécessaire d’ouvrir l’album par une courte introduction inquiétante au piano ("Manbelyst") ; qu’à cela ne tienne, The Night Eternal assume son univers jusqu’au bout et nous introduit dans Moonlit Cross en nous tenant la main. En résumé, cela va être très sombre. 


A partir de là, le groupe parvient à mettre en scène des morceaux très accrocheurs où les guitares s’harmonisent gracieusement et où le chant, à la fois puissant, grave, dosant soigneusement ses partie plus intenses, nous capte sans détour ; le tubesque "Elyseon (Take Me Over)" illustre à la perfection les qualités de la formation, et témoigne des talents de composition du combo. Plus moderne et proche d’Unto Others, le lacrymal et brutal "Deadly As a Scythe" est une belle réussite  - dans la même veine, "Shadow’s Servant" et "Moonlit Cross" valent également le détour. C’est dans ces moments qu’ils épatent le plus, quand ils formulent leur identité sonore, obscurcissent le ciel de nuages saturés, louvoient entre tradition et modernité. 


Sinon, l’influence du Metal des années 1980, notamment de la NWOBHM, demeure très sensible et le groupe est clairement inscrit dans la veine traditionnelle : l’épique "Sons of Odin", le rythmé et Heavy "Cloaked In Darkness", "Closeness in Suspension" avec son solo typiquement maidenien, autant d’exemples de pur revival métallique. Ils connaissent assurément les canons du genre et les appliquent avec savoir-faire. 


S’il est certain que Moonlit Cross est loin d’être un album inspirant la joie de vivre, il suscite de grands espoirs dans la solidité de la scène actuelle, satisfaction qui donne le sourire, et peut sans aucun doute séduire au-delà des rangs de son port d’attache, le Metal. A découvrir d’urgence si ce n’est déjà fait. 


A écouter : "Elyseon (Take Me Over)", "Deadly As a Scythe"

Si vous aimez Moonlit Cross, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !