↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Wishbone Ash


Wishbone Four


(11/05/1973 - MCA - - Genre : Rock)
Produit par Wishbone Ash

1- So Many Things To Say / 2- Ballad Of The Beacon / 3- No Easy Road / 4- Everybody Needs a Friend / 5- Doctor / 6- Sorrel / 7- Sing Out the Song / 8- Rock 'n Roll Widow
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Dans l'ombre d'Argus s'écrit Wishbone Four, modeste mais attachant à plus d'un titre ! "
François, le 09/05/2019
( mots)

Comme un soupçon de modestie … C’est ce qu’évoque Wishbone Four dès la pochette, sobre, présentant un groupe à l’image de ceux de son époque, en noir et blanc, entouré d’un cadre vert tel un passe-partout sur lequel s’affiche un cartel annonçant le titre dans une police banale. C’est vrai qu’après le chef-d’œuvre intemporel qu’est Argus, le risque était grand. Peut-on atteindre des sommets artistiques plusieurs fois, en si peu de temps ? Faut-il composer un petit frère dans la même veine, qui sera inévitablement comparé à son prédécesseur au risque de décevoir ? Il était judicieux de prendre une autre voie, de faire baisser la pression, et de présenter un nouvel album moins ambitieux mais très abouti. 


Les titres sont plus classiques mais la patte Wishbone Ash est bien présente : guitares jumelles dès l’introduction du très bon "So Many Things to Say", entre blues et hard-rock, long titre langoureux ("Everybody Needs a Friend") avec de beaux passages solistes (mais manquant de relief au regard des huit minutes), "Doctor" qui reprend les recettes de "Time Was" sur son refrain et à l’intro entraînante … Les structures sont plus simples, mais diablement efficaces. "Rock’n’Roll Widow", en fin d’album, transpire de modernité (pour l’époque) et envisage déjà le style du groupe à la fin des seventies, avec un pont évocateur en terme de composition (cf. "The King Will Come"). 


En parlant d’Argus, le côté médiéval se retrouve dans un angle plus pastoral avec la belle "Ballad of the Beacon" et sa basse ronde et puissante, ses traits de guitares toujours pertinents. Un des titres les plus réussis de l’album, aux côtés de "Sorrel", avec sa ligne de basse sautillante, sa mélodie de guitare, son solo épique : l’inspiration de l’opus précédent est bien présente. 


L’album est évidemment plus faible lorsqu’il propose des titres convenus, aux inspirations américaines, qui restent néanmoins sympathiques et agréables : un southern rock avec son clavier boogie ("No Easy Road"), et le country folk-rock à la Neil Young un peu ennuyant ("Sing Out a Song"). 


Wishbone Four ne peut que vivre dans l’ombre de son imposant prédécesseur. Sa modestie, son intimisme, plutôt que de l’affaiblir, lui permettent finalement d’en sortir grandi, n’étant pas comme une farce caricaturant Argus. Il est évident que son écoute doit se réaliser en prenant l’album comme tel, afin de l’apprécier au maximum. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Wishbone Ash


Just Testing


Critique d'album

Wishbone Ash


New England


Critique d'album

Wishbone Ash


Locked In


Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également