↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Frank Carter & The Rattlesnakes


Date : 18/03/2019
Salle : Rockhal (- LUXEMBOURG)
Première partie :

Concert convainquant d'un groupe qui ne cesse de monter.

Rudy, le 29/03/2019
( mots)

19h30 - King Nun

Le groupe londonien fait très bonne impression, avec des sonorités bien anglaises, une espèce de mix de Bloc Party, The Vines et The White Stripes. Avec leur dégaine de groupe de lycée, les anglais passent tranquillement d'un punk bien enlevé à une pop typée années 80, de manière déconcertante.

20h30 - Frank Carter & The Rattlesnakes.

Bas de survêtement blanc/t-shirt à mailles/Spartiates en cuir/tatouages jusqu'au cou, voilà le combo qui nous pètent à la tronche quand Frank Carter débarque sur la scène du club de la Rockhal à Luxembourg. Le dernier single en date, "Crowbar", entame le concert. En gros le petit roux pourrait être le fils, tant naturel que spirituel, de Jimmy Sommerville et d'Henry Rollins. Spirituel car tout au long du show de 1h20, le chanteur anglais passe docilement du chant clair et très pop à une furie enlevée bien hardcore. Me voyant en zone photo avec mon smartphone (l'accréditation photo ayant bugué en chemin) après notre entretien deux heures plus tôt, Frank vient se planter devant moi de manière chevaleresque, au nez et à la barbe des longs objectifs. Le moment est tellement bon que la photo est ratée!

La présence scénique du meneur saute au yeux, mais l'étoffe du héros gonfle encore quand, après avoir littéralement marché sur le public, il se pose au milieu des spectateurs dans la fosse et provoque tranquillement un pogo digne des années 70. Puis il reste là, tel un fauve au milieu des lanceurs de cacahuètes pendant que ses musiciens enchaînent sans faiblir et que Dean, l'autre moitié créatrice du combo ne rejoigne son pote devant les yeux grands ouverts de leurs fans.

Vient ensuite le moment où notre hôte invite les filles de l'assistance à pouvoir crowdsurfer (se faire porter par la foule) sans qu'elles ne se sentent en danger tactile, puisqu'il répète que les mecs vont les traiter comme il se doit. Tout le monde applaudit mais Carter s'arrête de chanter au bout de 30 secondes car un étourdi n'a pas dû comprendre que cette chanson était réservée à la gente féminine. Il redescend rapidos et les filles s'en donnent à cœur joie dans un moment que l'on aimerait devenir naturel.

La pression redescend pour le titre "Anxiety", tiré du prochain LP, puis pendant le moment sympa où il dédie "Lullaby" à sa fille de quatre ans, qui rentre déjà de l'école avec le nez en sang parce qu'elle montre à ses camarades de classe ce qu'est le stage-diving (sauter de la scène dans la foule).

Frank Carter & The Rattlesnakes passe du punk au hardcore, en passant par la pop et le metal, les doigts dans les poches et les mains dans le nez, tout en instillant une atmosphère sympathique et bon enfant.

A suivre.

 

SETLIST:

CROWBAR

WILD FLOWERS

TYRANT LIZARD KING

TROUBLE

VAMPIRES

FANGS

HEARTBREAKER

ACID VEINS

ANXIETY

SNAKE EYES

JACKALS

LULLABY

DEVIL INSIDE ME

KITTY SUCKER

I HATE YOU

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Deftones


Ohms


"

2000. Après deux albums beaucoup plus bruts de décoffrage, Deftones sort son magnum opus, White Pony, considéré par beaucoup comme l’un des sommets indépassables de ce curieux courant musical aujourd’hui moribond qu’est (que fut ?) le nü métal, fruit de cette improbable alchimie entre les guitares ultra-distordues à la Meshuggah qu’affectionne Stephen Carpenter et la new wave des The Cure, Duran Duran et autres Bad Brain dont raffole Chino Moreno, lequel met dès lors un point d’honneur à tempérer ses hurlements par des phases chantées en apesanteur. Cette union des contraires permet au gang de Sacramento de survivre dignement alors que les Korn, Limp Bizkit, Incubus et autres Linkin Park mordent successivement la poussière, de gré ou de force. Vingt ans plus tard, que reste-t-il de la verve deftonienne, de cet entre-deux si saisissant, de cette bouillonnante association de talents ? Eh bien force est de constater que la machine infernale californienne fonctionne du feu de Dieu, et ce ne sont ni le précédent Gore, ni l’actuel Ohms qui viendront démentir cette affirmation, bien au contraire.

"
À lire également