↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Earthless


Date : 29/04/2019
Salle : La Souris Verte (Épinal)
Première partie :

Un an après le Petit Bain, le trio de San Diego enflamme la Souris Verte.

Rudy, le 10/05/2019
( mots)

Histoire de patienter, The Fre3 Bastards chauffent les esgourdes de la cinquantaine de personnes déjà présentes dans la petite salle de la Souris Verte (qui en compte une plus grande).
Avec son chanteur régional de l'étape, le trio de Belfort envoie un rock/metal bien punchy pourtant pas trop dans la veine Earthless. Le son de la batterie écrase un peu le reste, et on a un peu peur pour le set d'Earthless après avoir assisté au show de 2018 au Petit Bain... (Chronique ici: https://www.albumrock.net/concert-earthless-568.html). Malgré tout, la prestation est agréable, et l'on retiendra notamment une bonne reprise de "Ace of Spades", tout en double pédales.
.
Plein de simplicité, les musiciens d'Earthless viennent vérifier les réglages de leur deux roadies tchèques avant d'aller remercier un tech local, et Isaiah Mitchell (guitare) de taper dans les mains du bassiste des the Fre3 Bastards, qui n'en demandait pas tant.

Il est 21h45 quand les Californiens investissent discrètement la scène et ouvrent leur concert par l'habituel et monolithique "Urulu Rock", tiré de non moins colossal LP "From the Ages". Et dès ce titre jammé sur plus de 20 minutes, le son est irréprochable et il n'y a pas que le set qui est ouvert, mais les bouches et les chakras musicaux (voire le troisième œil?) sont en mode portes ouvertes pour la soirée.

Pourtant, entre les connaissances des The Fre3 Bastards et les spinaliens curieux et avides de rock dans leur ville endormie, ça n'était pourtant pas gagné d'avance pour le trio de San Diego. Mais la centaine de spectateurs s'est bien fait emballée par les solos de gratte tout en changements de rythme, et les impros d'une section rythmique au groove ultra solide: Mario Rubalcaba ]Rocket From The Crypt, Off!, Hot Snakes) est le lien parfait entre Dave Grohl et Brant Bjork !

Le trio se permet même de laisser en loges l'énorme "Violence of the Red Sea". Mais les chansons du dernier album, plus courtes et agrémentées du chant très 70's d'Isaiah, ainsi qu'un medley Black Sabbath et la reprise du "Communication Breakdown" de Led Zep, ont permis à tous de redescendre sur Terre.

Vivement le prochain décollage !

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également