↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Raphael


Date : 02/10/2006
Salle : Théâtre du Châtelet (Paris)
Première partie :
Elo, le 03/10/2006
( mots)
J’ai toujours été persuadée que Raphie était un surnom dont seule la mère fouettard sévissant sur TF1 chaque jour était affublée. Vous devinerez ma surprise lorsque hier, en me rendant au concert de Raphaël au Théâtre du Châtelet à Paris, j’ai découvert qu’un ban de midinettes criait Raphiiiiiiiiiiie, non sans rappeler les Patriiiiiiiiick d’il y a quelques années. Après la Bruelmania, passons donc à la Raphaëlmania. Si nous avions été au Zénith, encore, j’aurais peut-être pu comprendre, mais dans le contexte d’un théâtre aussi prestigieux, permettez moi de vous dire que ça faisait un peu tâche. D’autant plus que la production n’avait pas interdit les appareils photo… Grosse erreur ! Dans leur excitation et leur je-m’en-foutisme, ces jeunes personnes n’ont pas hésité à bousiller une création lumière magnifique avec leurs flashes d’appareils numériques et autres téléphones portables. Soit, Raphaël est un artiste apprécié des adolescent(e)s bouttonneux(ses). Mais ce n’est pas ce que m’inspire son personnage. Certes, il est joli garçon. En revanche, ce que j’ai vu hier soir au Châtelet, c’est un jeune homme passionné de musique et de chanson française, admirateur des plus grands, relativement à l’aise dans une forme de spectacle acoustique, même si le caractère très nasal de sa voix a pu me chatouiller l’oreille à certains moments. Avant dernier concert de la tournée, Raphaël nous a fait cadeau d’un joli set, accompagné de musiciens d’exception (piano, accordéon, batterie, contrebasse et guitare electro-acoustique). L’idée de ce spectacle était de mêler ses propres compositions avec des chansons qui l’ont marqué tout au long de sa jeune vie. Nous avons donc vu se juxtaposer des tubes comme "Caravane" ou "Ne partons pas fâchés" et "Elisa" de Gainsbourg, "Saint Etienne" de Lavilliers, "Une petite cantate" de Barbara ou encore "Le bon Dieu" de Brel. A côté de ces grands noms de la chanson, Raphaël n’a pas hésité à reprendre des jeunes artistes comme Camille avec un "Pour que l’amour me quitte", avec une voix très pincée un peu à la Brian Molko. Il n’a pas hésité non plus à nous faire (re)découvrir des poètes ou des chanteurs oubliés comme Gérard Manset ou Jean Genêt. A côté de toutes ces chansons magnifiques et peut-être un peu graves, l’écriture de Raphaël paraissait plus légère et anodine, mais les compositions souvent plus rythmées redonnaient vie à un set qui parfois tombait dans la mélancolie. L’idée était bonne, le concert charmant. On aurait apprécié un second rappel et quelques minutes supplémentaires de musique, parce que une heure et quart de show au regard du prix des places, c’était tout de même un peu court.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

VOLA


Witness


"

Il leur aura fallu le temps, mais on peut désormais l’affirmer sans fard : sur son troisième album, Vola a trouvé tout à la fois son style et sa force de composition. Si les danois avaient su jusqu’ici faire preuve d’éclectisme et d’ouverture d’esprit dans leur metal progressif à accointances électro-djent, on ne les avait encore jamais vus aussi robustes que sur ce Witness qui jette un très gros pavé dans la mare du milieu, au point désormais d’éclabousser à grosses gouttes les cadors du genre, TesseracT en tête. Carrément.

"
À lire également