↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

White Lies


Date : 23/02/2011
Salle : Le Grand Mix (Tourcoing)
Première partie : Crocodiles, Transfer
Caroline BT, le 15/03/2011
( mots)
Rendez-vous au Grand Mix de Tourcoing ce mercredi 23 février 2011 pour les concerts des américains Crocodiles et des anglais White Lies. Ces derniers reviendront dans le Nord pour le festival Main Square d'Arras en juillet. Ce soir là, le Grand Mix offre un pré première partie avec le groupe américain Transfer (San Diego), malheureusement un peu trop tôt dans la soirée, ne nous permettant pas de rendre compte de leur prestation scénique. Crocodiles Tourcoing février 2011Cinq sur scène, Crocodiles est un groupe américain découvert en 2008, fort de deux albums Summer of Hate (2009) et du second Sleep Forever (2010) produit par le génial James Ford (Simian Mobile Disco, Klaxons, Arctic Monkeys). Riches en distorsion, en orgue électronique, les compositions psychédéliques de Crocodiles rappellent les Black Rebel Motorcycle Club ou Echo and the Bunnymen. Crocodiles est mené par le duo Brandon Welchez (chant, guitare) et Charles Rowell (guitare, sampler), ayant officiés au sein de The Plot to Blow Up The Eiffel Tower (2001) ou encore collaboré avec les Dum Dum Girls. Le sexy Brandon Welchez, maigre, moulé dans son jean, ne quittera pas ses lunettes de soleil. Crocodiles va jouer entre autres les excellents "I wanna kill", "Refuse angels", "Hearts of love" ou encore "Young Drugs", en tout sept morceaux enchainés lors de ce set percutant, fiévreux, énergique et homogène.
 
L’interlude musical nous permet d’écouter The Horrors, laissant deviner le ton général de la suite de la soirée. Les anciens Fear of Flying se présentent sur scène. En effet, c'est à la fin de l'année 2007 que le groupe se rebaptise White Lies. Après un premier album To lose my life, White Lies présente cette année le second opus Ritual, signé sur le label de The Cure. Mixant le style new wave et des paroles sombres voir funèbres ("Death", "To lose my life"), White Lies a rempli le Grand Mix, affichant complet ce soir là. Cela peut-être aussi grâce à nos voisins belges, fans du groupe. Le trio londonien est complété sur scène par deux autres musiciens dont Tommy Bowen au clavier. Attendu comme le Messie, le groupe est acclamé et accueilli par l'audience acquise à sa cause à 100 %. White Lies hypnotise immédiatement les premiers rangs avec leur premier morceau "A place to hide", déclenchant l'apparition de nombreux appareils photos et téléphones dotés de caméras. Le chanteur Harry McVeigh est doté d'une voix rappelant tantôt The Horrors, tantôt Roland Orzabal des Tears for Fears. Jouant dans le même registre torturé que les précurseurs Interpol et autres Editors, White Lies ne semble pas si dépressif que cela sur scène. Après un second titre, Harry McVeigh salue le public tourquennois avec un "Merci bonsoir, it's fantastic to start here, our European Tour in France". Il enchaine avec le titre phare "To lose my life" de leur nouvel album. S'en suit "Strangers", leur prochain single, qui nous fait faire un bond dans le passé. Le retour dans les années 80 continue avec le septième morceau "Street lights" introduit par des claviers vintage rappelant la sonorité du monument "Love will tear us apart" de Joy Division. Whites Lies Tourcoing février 2011Le groupe va osciller avec brio entre titres du premier et du second album. Généreux et bien orchestré, le set est enchainé sans grands moments de folie ou d'extravagance, n'en déplaise à l'audience, suivant attentivement chaque mouvement de Harry McVeigh et scandant presque tous les refrains. Enfin, le dernier titre "Death" donnera lieu à un joyeux mais unique surf crowed, pendant la tant attendue ambiance déchainée, essentielle lors d’un concert affichant complet. White Lies a offert un rappel de trois titres et quitte le public nordiste avec "It's been an absolut pleasure to play this song". Ayant déjà assuré les premières parties de Coldplay et Muse, nul doute que les prochains concerts de White Lies au Bikini de Toulouse (le 14 mars) et à la Cigale (le 22 mars) afficheront complet.




Photos de Crocodiles au Grand Mix de Tourcoing le mercredi 23 février 2011

Photos de White Lies au Grand Mix de Tourcoing le mercredi 23 février 2011

Setlist Transfer

1 Losing composure
2 Like it used to be
3 Take your medicine
4 My suspicions
5 Wake to sleep
6 White horse

Setlist White Lies

1 A place to hide
2 Holy ghost
3 To loose my life
4 Strangers
5 E.S.T.
6 Peace and quiet
7 Streetlights
8 Farewell to the fairground
9 Is love
10 Bad love
11 Death

Rappel

1 Unfinished business
2 Power and glory
3 Bigger than us

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également