↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

The Elderberries


Date : 08/03/2011
Salle : La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)
Première partie : Mudweiser, 7 Weeks
Christine, le 14/03/2011
( mots)

Stoner Rise : les Lords du Rock

Le Stoner Rise (ex Stoner Fall), c’est trois groupes de Stoner , du rock issu des 70’s, bien lourd qui tache et qui déchire, en tournée pour 12 dates en France, du 8 au 19 mars. Cette année, les Mudweiser et  7 Weeks ont emmené dans leurs bagages les internationaux clermontois The Elderberries. On nous annonce "du lourd, du crade, du teigneux….", on s’attend donc à des riffs bien chargés. C’est à la "petite coopé", côté club, que tout se joue.

Les Mudweiser ont entamé leur set. Le combo de Montpellier est déjà en train de chauffer la salle, avec Reuno, le chanteur, (Lofofora) particulièrement en forme. Ses musiciens se donnent sur la scène, le  bassiste est complètement électrifié, des morceaux comme "Crystal Death" sont soutenus par une rythmique d’enfer. "Vous aimez le Rythm’n blues ?". Trois morceaux et un batteur en sueur plus tard, le rythme de la soirée est donné  : les riffs sont répétitifs, typiques du stoner, mais  Mudweiser sait  nous surprendre en alternant les tempos. Complètement pris par le groove, Reuno va bientôt terminer à genoux, bras levés au ciel, dans une prière incantatoire au Rock’n’roll. Une dernière chanson pour le public, déjà bien chaud et "Merci Clermont, vous êtes cool !"


Arrivée de 7 Weeks : démarrage du set par un vibrato, un fuzz, un sample genre "bourrasque de vent , ça va souffler…. ", nous voilà prévenus. Les 7 Weeks, originaires de Limoges sont maintenant trois sur scène et ils vont nous envoyer pendant trois quarts d’heures leur tempo lourd et sombre. Ça frise le doom par moment, ils s’amusent avec les distorsions, Julien, le chanteur/bassiste, annonce "et maintenant, on s'enfonce...!" pour "All Channels Off", et tout à coup, ça accélère, le batteur est trempé. Certaines intros sentent bon le rock texan. En tout cas, on se prend une bonne dose de taurine musicale !


Un phénomène d’attraction est en train de déplacer la foule : les  musicos, les écouteurs, les jeunes (10 ans ?), les moins jeunes, les midinettes et les post punk, les écharpes Bénarès, les caquettes et chemises à carreaux, les cuirs et les tweed, se rapprochent et se collent à la scène. Des cris dans le noir accueillent les très attendus Elderberries. Trois anglais, un canadien et un français, qui se sont rencontrés sur les bancs du lycée à Clermont. Un succès grandissant, un premier album très 70’s (Nothing Ventured, Nothing Gained), un second qualifié de plus stoner/power pop (Ignorance and Bliss)…. une réputation grandissante qui s’internationalise, The Elderberries nous ont offert hier soir un de leur plus grand show.

Chris Boulton, le chanteur est charismatique, il n’est pas simplement sur scène, il est "dans" la scène, il "est"  son  public , il fusionne avec, il le touche. Il est soutenu par une line up hors pair : les musiciens des Elderberries sont excellents. Une présence extraordinaire, ils assurent, sans en faire trop, leur seule démonstration, c’est leur son. Ces gars-là ont été élevés à Led Zep, AC/DC aux Hellacopters et Queens of the Stone Age… Tom Pope et le discret Ryan concentrent les regards des pros de la guitare, pendant que Jamie (le frère de Tom) assure les rythmiques, et Yann, le batteur, n’est déjà plus parmi nous : c’est pareil à chaque fois, il est en transe, survolté.

The Elders jouent leurs deux premiers albums et nous présentent aussi des nouveautés, avec la promesse d’un nouvel opus à la rentrée : Trial and Error (le morceau "You should have known" est déjà en ligne sur leur MySpace). Entre deux murs de guitare, les Elder syncopent leurs morceaux, une seconde de silence pour mieux nous retourner le fer hard rock dans la moelle épinière. Ça arrache ! Comme ils le disent sur leur site "fast and loud and louder is never enough". Les adorateurs sont là, ils touchent et adulent. Une jolie blonde monte sur scène et se lance dans un headbanging déhanché dans les bras de Chris qui va à son tour, sur les épaules d’un fan, se mêler à la foule, tapant et serrant les mains qui se tendent. C'est chaud bouillant, ça slamme dans la salle.

Un avant-dernier morceau qui commence a-capella, repris par le public , un rappel ,"Double Demons" de Nothing ventured, Nothing Gained, pas joué sur scène depuis 5 ou 6 ans, "c’est pour vous !" et c’est fini. On se dit que ce groupe ne peut pas en rester là, il a tout d’un grand. Outre la qualité technique des musiciens, ce sont des bêtes de scène. Parce qu’ils étaient à Clermont ? Pas sûr…. A confirmer sur les prochaines dates. Ne ratez pas ça : un rite vaudou rock’n’rollien.


Setlist Mudweiser :
My World
Hoodoo Man
Free as Fire
Missing Inaction
Crystal death
Elvis
Evil Woman
She's like Cocaïne

Setlist de 7 Weeks :
Deadlost
Crash
All Channels Off
Loaded
Submarine
600 miles
The Wait
On the Run
?
The score
Down

Setlist The Elderberries :
Pity’s
Hard To Find
You Should Have Known
Holly Roller
What is it
Dually
Au Bikini
Waiting
The Answer
Song 5 (?)
Blind Sided
Shoot for the Money
Double Demons (Rappel)

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine
À lire également