↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Interview La Maison Tellier


Maya Enib, le 14/04/2015

Ce jeudi 19 mars 2015, peu avant leur concert aux 4Ecluses, Albumrock a rencontré La Maison Tellier. Helmut, l'un des fondateurs du groupe, a accepté de répondre à quelques questions et nous livre les dernières news.


1. Peux-tu présenter La Maison Tellier aux lecteurs d’Albumrock ?


La Maison Tellier, c’est un groupe de chansons rock qui existe depuis une petite dizaine d’années. Je l’ai co-fondé avec le guitariste. Au début, on avait des influences western, folk et on a dérivé vers quelque chose de plus classique. On a sorti notre dernier album en octobre 2013 qui s’appelle Beauté pour tous. On est en tournée depuis l’année dernière et on travaille sur un nouvel album qui devrait sortir début 2016. On est cinq sur scène et dans les disques, je chante, Raoul joue la guitare, Alphonse la basse et la contrebasse, Alexandre la batterie et Léopold les trompettes.


2. Pourquoi avoir choisi ce nom ?


C’est un bouquin que je lisais au moment de la création du groupe, au moment où il fallait trouver un nom. Il y a eu une sorte de révélation en lisant le bouquin. Ça me paraissait naturel. On a un côté un peu entreprise familiale et un côté un peu littéraire. C’est une nouvelle de Guy de Maupassant qui est normand comme nous donc ça a créé quelques liens assez forts avec cette œuvre là. 


3. Il y a d’ailleurs des références à cet écrivain dans vos chansons, on peut en retrouver dans les textes...


Oui, aussi. Parce que j’aime bien que les chansons soient des espèces de petites nouvelles, des petites histoires, quoi. J’aimais bien faire ça au début et tout ça combinait La Maison Tellier. L’histoire du livre, c’est celle d’une maison close à la fin du XIXème siècle, et ça m’amusait de prendre le nom d’un univers exclusivement féminin et de le donner à un groupe de gars barbus.


4. On dit souvent qu’il ne faut pas mélanger le travail et la famille, qu’en pensez-vous ?


(rire) Oui, c'est vrai. Mais tout se passe très bien. De toute façon, un groupe c’est pareil qu’une famille: on se choisit au début et il y a toujours moyen d’en sortir. Nous, on sait qu’on va tous dans la même direction, et en partant de là tout se gère de manière assez sereine. Il n’y a jamais de gros conflit, c’est bien. Les rôles sont bien définis sans que chacun se retrouve dans une case avec interdiction d’en sortir. Les rapports entre tous sont aussi complexes que dans n’importe quelle famille.


5. Tu as cité Maupassant tout à l’heure, mais qu’est ce qui vous inspire le plus pour composer ? 


On a des incontournables : on est tous fans, je pense, entre autres, des Beatles. C’est un groupe qui nous rejoint même si ça ne s’entend pas dans notre musique. On a des influences diverses, certains électro, certains jazz, certains variétés françaises, certains rock indé des années 90 et on essaie de mettre tout ça ensemble. Après, l’inspiration des chansons peut venir de tout un tas de choses : de bouquins lus, de films vus ou d’expériences vécues. C’est le degré le plus simple, je pense, de l’expression artistique. Rédiger des textes de chansons, en tout cas dans le travail que ça demande, par rapport à des nouvelles, par rapport à des romans, c’est la forme la plus primaire mais c’est ça qui est intéressant : essayer de raconter des histoires et de mettre nos vies en musique en essayant de les embellir ou de les voir sous un angle intéressant. Donc l’inspiration thématique en tout cas va venir de plus en plus de nos vies alors qu’au début elle venait plutôt d’autres œuvres artistiques.


6. Comment le processus d’écriture se déroule alors ?


Là, en fait, on est en plein dedans pour le prochain album. En gros, Raoul, le guitariste, et moi, on s’est isolés pendant une semaine pour poser les bases de ce disque et pour juste voir les musiques qui nous venaient avec parfois de vagues mélodies dessus. Ça c’était en septembre dernier. Entretemps, j’ai essayé de bosser des textes à mettre sur ces musiques là. Et il y a une dizaine de jours on est partis avec le guitariste et le batteur s’isoler une semaine au Maroc. Là-bas, on a bossé et on a amené les chansons dans leur forme plus définie et maintenant on est dans la phase où on va commencer à les travailler tous les cinq. On va voir les arrangements tous ensemble.


7. C’est un rêve d’enfant qui se réalise?


Pour chacun de nous je ne sais pas, mais pour moi en tout cas oui. Avant j’étais fonctionnaire et les choses se sont faites un peu par hasard par rapport à plein de groupes. Mais l’avantage, c’est qu’on est en train de vivre une expérience qu’on peut savourer pleinement, alors qu’on a déjà un peu avancé dans nos vies. J’imagine que c’est génial, même plus que génial quand çà arrive lorsque l’on a vingt ans ! Nous ça nous arrive plutôt entre trente et quarante, ce sentiment de vivre pleinement, d’être au bon endroit, au bon moment. Tant que ça pourra durer ce sera cool. De toute façon, une fois que j’y étais, je ne pouvais plus faire autre chose.


8. Une version live de votre quatrième EP, baptisée Beauté partout - en concert, est sortie en octobre dernier. Quels sont les premiers retours que vous avez eus sur cet album ? Un cinquième EP est-il prévu ?


Il y a de tout forcément. Mais notre dernier album studio en date, Beauté pour tous, était important pour nous parce qu’il nous a permis de récupérer des critiques et peut-être le public qu’on avait perdus avec l’album précédent qui était un peu trop… foutrac… pas abouti quoi. Donc Beauté pour tous avait cette espèce de pression là : il fallait rétablir la barre et il nous a permis de montrer ce qu’on avait. On suit un chemin qui n’est pas facile, mais c’est la ténacité qui fera que peut-être un jour on aura le succès qu’on mérite. On n’a jamais vraiment eu d’aide de qui que ce soit à part nous. C’était une route assez compliquée. On a souvent quitté des labels. On en a déjà eu trois ou quatre, pareil pour les tourneurs ; mais il y a un truc qui nous anime, un truc en nous qui fait que ça doit se faire. Donc ça se fera. On finira par obtenir le succès qu’on mérite. Il ne sera peut-être pas fulgurant, mais on sait que ça se fera sur le long terme. Il faut arpenter la France dans tous les sens. Et nous, tant qu’on est en forme et tant que ça nous amuse de tourner et de continuer à faire des disques, on continuera.


9. Quel est d’ailleurs le dernier album que tu te sois acheté ?


Je n’achète plus tellement d’albums. Je vais sur Deezer. Le dernier que j’ai téléchargé sur Deezer, c’était l’album de Dominique A parce que c’est une des figures importantes de la chanson française en ce moment, et il y a toujours un intérêt dans les morceaux qu’il produit. Maintenant les disques me plaisent plus ou moins mais c’est le dernier album en date pour moi.


10. Vous vous êtes produits aux 4Ecluses de Dunkerque ce soir. Connaissiez-vous déjà les lieux ?


Non, première fois ! 


11. Première fois pour la ville de Dunkerque également ?


Non, je suis déjà venu. En fait, je suis marié à une dunkerquoise. Elle n’y vit plus mais elle a grandi ici. Donc je suis déjà venu avec elle il y a quelques années pour faire le carnaval, et cette ville, de ce que j’en connais, me parle et m’attire.


12. Et là, jusque quand êtes-vous en tournée ? 


Demain on est en région parisienne, ensuite à Saint-Nazaire, à Marseille... Là en gros jusque fin avril on va être un peu partout en France. Après on aura du temps en mai/juin pour bosser l’album. Puis quelques dates à l’étranger, quelques festivals, rien de fou.


13. As-tu quelque chose à ajouter ?


Non, c'était parfait ! Merci à Albumrock pour cette interview.



Merci à La Maison Tellier pour sa disponibilté, et merci à Helmut pour avoir accepté de répondre à ces quelques questions. 

En savoir plus sur La Maison Tellier
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !