↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Scissor Sisters


Ta-Dah


(26/09/2006 - AZ/Universal - Disco Rock - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- I Don'T Feel Like Dancin' / 2- She's My Man / 3- I Can't Decide / 4- Lights / 5- Land Of A Thousand Words / 6- Intermission / 7- Kiss You Off / 8- Ooh / 9- Paul Mccartney / 10- The Other Side / 11- Might Tell You Tonight / 12- Everybody Wants The Same Thing
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (47 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Même recette que pour leur premier album, Disco et Rock à la fois, let's danse !"
Louis, le 18/10/2006
( mots)

Plus encore que le chateau de la star'ac, les clubs gays new-yorkais sont devenus un véritable vivier de nouveaux talents. Depuis une dizaine d'année s'y est formé une communauté hétéroclite, nourrie aux multiples influences de la Big Apple. Aux deux pôles de cette contre-culture on retrouve Antony and The Johnsons et les Scissor Sisters, chacun dans leur style, ils ont réussi à sortir leurs musiques du ghetto new-yorkais. Là où Antony Hegarty apporte sa voix androgyne à la folk américaine, les Scissor Sisters nous enmmènent dans l'ambiance survoltée des dancefloors de la ville qui ne dort jamais.

La majorité des membres du groupe est homo, caractériser leur musique uniquement au travers du prisme de l'homosexualité serait une erreur, l'occulter en serait une autre. De par leurs influences (Elton John, les Bee Gees...) ou plus simplement leur nom (l'expression Scissor Sisters vient d'une position lesbienne, je laisse votre imagination travailler...) on peut voir que la culture gay est au centre de leur musique. Adeptes des clubs new-yorkais les soeurs ciseaux ont adoptées ce gout pour la danse, un rythme omniprésent qui vous donne des envies d'enfiler un collant fluo dès les premières notes. Les Scissor Sisters boxent dans une catégorie qui n'avait plus connue de champions depuis David Bowie ou Roxy Music, ils remettent le glam rock au gout du jour en y mélant disco, danse et pop.
Preuve de la controverse que le groupe provoque, la chaine de magasins américaine Wal-Mart a décidé de ne pas placer leurs disques dans ses rayons. L'amérique moralisatrice ne lui ouvrant pas les bras, le groupe traverse l'atlantique direction le royaume des Punks et de la décadence, bingo ! Leur premier album éponyme sorti en 2004 connaitra un succès fulgurant en Angleterre, étant l'album le plus vendu de l'année, devançant Hopes and Fears de Keane. Deux titres ont particulièrement aidés à faire la gloire de ce premier album, "Laura" le single qui les emmenera au sommet mais surtout "Comfortably Numb" la reprise de Pink Floyd, titre phare du groupe et qui a priori ne se destinait pas à devenir un hymne disco, c'était sans compter sur les Scissor Sisters.

Avec un premier album particulièrement réussi et une importante communautée de fans qui s'est constituée, les Scissors Sisters sont attendus au tournant avec Ta-Dah leur second opus. C'est donc avec une certaine appréhension qu'on ouvre l'album, la peur de ne pas retrouver la bande de joyeux lurons qu'on avait quittés il y a deux ans.
Ta-Dah! les Scissor Sisters ouvrent le bal en fanfare avec "I don't feel like dancing", la voix de Jake Shears a rarement été aussi haut perché, le rythme s'installe et malgré le nom de la chanson, une irréstible envie de se lever vous prend, les jambes s'agitent, les fesses remuent... Les soeurs ciseaux sont revenues ! Ce morceau, premier single de l'album, illustre parfaitement la musique des new-yorkais et donne le ton de ce qui va suivre, les Scissor Sisters n'ont pas changé de registre, leur musique n'a toujours qu'un but vous faire danser que ce soit sur une piste de danse, votre douche ou dans le métro. Mélant à la disco des guitares très glam rock, un titre comme "Kiss you off" devrait rappeler à certains la période dorée où les costumes à paillettes fleurissaient dans les clubs. Ta-Dah n'est pas que voix percante sur musique psychédélique ("She's my man", "Ooh"), l'album si il est globalement plus disco que le premier a gardé ce coté électro qui avait fait la force des Scissor Sisters. Rien d'étonnant donc si sur "Kiss you off" la voix de Ana Matronic, la belle rousse du groupe, ressemble à s'y méprendre à celle d'Alysson Goldfrapp période Black Cherry ou si sans prendre en compte l'argument du tutu rose, Philippe Katerine n'est pas loin d'être le Jake Shears parisien. Coup de coeur sur la chanson "Paul McCartney" que n'aurait pas renié les Earth,Wind and Fire, où le chanteur montre l'étendue de son incroyable voix et le place en digne héritier de David Bowie et d'Elton John. Quand la majorité des titres de l'album se déroule au centre de la piste de danse, "The other side" se passe au bar où entre deux gin fizz on se perd dans les vapeurs d'alcool.

Les Scissor Sisters par leur extravagance et leur amour de la disco se sont imposés comme les leaders de ce mouvement visant à remettre le rock sur les dancefloors. Comment ne pas les remercier, nous, fans de rock qui ne pouvions plus mettre les pieds en boite? Ne nous reste plus maintenant qu'à trouver l'équivalent des clubs new-yorkais dans notre bonne vieille France, nul doute que vu le succès des Scissor Sisters les gérants de discothèques sauront les intégrer à leur playlist. Enfilez vos jeans cigarettes et vos vestes en cuir, ce soir on danse !

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !