↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Black Angels


Directions To See A Ghost


(15/05/2008 - Light in the attic records - rock psychédélique - Genre : Rock)
Produit par

1- You on the Run / 2- Doves / 3- Science Killer / 4- Mission District / 5- 18 Years / 6- Deer-Ree-Shee / 7- Never/Ever / 8- Vikings / 9- You in Color / 10- The Return / 11- Snake in the Grass
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (8 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Une porte ouverte vers une autre réalité annonçant le renouveau du psyché ! "
Marc, le 17/12/2010
( mots)

Sous le brûlant soleil d'Austin, The Black Angels avaient frappé fort dès leur premier album avec Passover et leur tubesque "Black Grease". Loin d'être une hallucination éphémère, l'avènement de ce groupe psychédélique s'est poursuivi avec Directions to See a Ghost. Délestés d'un de leurs membres, leur son s'est amplifié de réverbérations hypnotiques nappées par le chant incantatoire d'Alex Maas, dont le seul but est de nous emmener à voir au-delà de la réalité. Nés en ces terres arides du Texas, les compositions hantées et les mantras vocaux de ces anges noirs se sont unis pour nous la révéler.


Au fil de leur opus, ici ou là, des orgues apocalyptiques côtoient des sons de jarre électrique (instrument inventé par le 13th Floor Elevators) et de vaporeux riffs stoner pendant que la rythmique tribale et cette voix noyée d’échos restent omniprésentes. D'entrée la magie opère. Direction la transe avec "You on the Run" et "Doves" qui vous prennent au(x) trip(e)s. L'ampleur sonique qui s'en dégage est un appel à l'élévation. Pari quasi tenu avec à l'esprit du groupe une mise en œuvre d'un album qui ne serait formé que d’une seule et même piste. Mais à défaut de réaliser cette impossible gageure dans les faits (business oblige), c'est à travers onze morceaux et 72 minutes que ce voyage au pays des merveilles psychédéliques évite les écueils du genre et une descente vers des senteurs du passé saupoudrées de leurs méandres pseudo ésotériques. Même si, "Snake in the Grass", long de 16 minutes, est tout de même un peu difficile à avaler. Au terme de cette transe électrique, ce revival fleure l'authenticité dans les formes et dans le fond avec des appels contre l'inertie et l'abêtissement qui font le lit de notre société.


Malgré son aspect monolithique et une ambiance sombre, Directions to See a Ghost est aussi et surtout complètement envoûtant. Il apparaît même de plus en plus subtil et aérien au fil des écoutes en nous révélant ses nuances et ses couleurs malgré le côté répétitif qui incombe le plus souvent aux morceaux psychédéliques. Cette musique, qualifiée de "drone-rock" par ses auteurs, réussit également à se montrer singulière sans renier ses influences majeures : 13th Floor Elevators, The Doors, Pink Floyd, The Velvet Underground, entre autres... Avant de dévoiler un côté plus primesautier avec leur non moins superbe troisième album (Phosphene Dream), The Black Angels ont bel et bien marqué la fin de la dernière décennie d'airs que l'on n'attendait plus de la part d'un groupe d'aujourd'hui.

Si vous aimez Directions To See A Ghost, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

The Black Angels


Death Song


Critique d'album

The Black Angels


Indigo Meadow


Album de la semaine

Deftones


Ohms


"

2000. Après deux albums beaucoup plus bruts de décoffrage, Deftones sort son magnum opus, White Pony, considéré par beaucoup comme l’un des sommets indépassables de ce curieux courant musical aujourd’hui moribond qu’est (que fut ?) le nü métal, fruit de cette improbable alchimie entre les guitares ultra-distordues à la Meshuggah qu’affectionne Stephen Carpenter et la new wave des The Cure, Duran Duran et autres Bad Brain dont raffole Chino Moreno, lequel met dès lors un point d’honneur à tempérer ses hurlements par des phases chantées en apesanteur. Cette union des contraires permet au gang de Sacramento de survivre dignement alors que les Korn, Limp Bizkit, Incubus et autres Linkin Park mordent successivement la poussière, de gré ou de force. Vingt ans plus tard, que reste-t-il de la verve deftonienne, de cet entre-deux si saisissant, de cette bouillonnante association de talents ? Eh bien force est de constater que la machine infernale californienne fonctionne du feu de Dieu, et ce ne sont ni le précédent Gore, ni l’actuel Ohms qui viendront démentir cette affirmation, bien au contraire.

"
À lire également