↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Beat Torrent


Date : 22/10/2010
Salle : EMB (Sannois)
Première partie : Beast
Pierre, le 29/10/2010
( mots)

Petite salle à quelques minutes de la capitale, l’EMB Sannois proposait ce vendredi 22 octobre une programmation plutôt alléchante. D’un côté Beast, groupe franco-canadien pratiquant un rock électronique porté par une voix soul, de l’autre, le duo Beat Torrent, habiles DJs mixant les standards rock avec énergie.

Depuis la sortie de leur premier album, le duo composé par Betty Boniffasi (voix) et Jean-Phi Gonclaves (batterie) ne cesse de faire parler de lui. Déjà reconnu au Canada, Beast cherche désormais à conquérir la France, son pays d’origine. Epaulé par un guitariste et un bassiste/claviériste, le duo a fait ses preuves lors du dernier Rock en Seine, pour ce qui reste un des grands moments du festival. Ce soir, les Canadiens arrivent sur scène devant une audience clairsemée. Ils entament le show avec efficacité : "Finger Print" offre une belle montée en puissance, où les boucles électro, la guitare électrique et le flow de Betty ne font qu’un. Le son est très propre et le public reste figé devant la précision du chant de la frontwoman. A peine a-t-elle ouvert la bouche que les badauds se massent devant la scène. Beast égrène les titres de son album éponyme avec une conviction qui fait plaisir à voir. "Ashtray", "Microcyte" et "Devil" se succèdent sans temps mort, sous les invectives de Betty. Elle est l’objet de tous les regards, ses mimiques et sa prestance semblent fasciner ceux qui la découvrent. Beast exploite assez bien son set et fait monter la pression sur le puissant "Out Of Control". Le morceau s’étend à volonté et se transforme en jam électronique entre le batteur et le bassiste. Rafraîchissant. "Satan" offre un dernier rappel en forme d’improvisation. Le groupe se lâche définitivement entre chorégraphie ridicule, joute verbale et basses électroniques. Un vrai régal pour les yeux et les oreilles.

Bien rodé, le public attend avec impatience l’arrivée sur scènes de Pfel et Atom, les deux têtes pensantes de Beat Torrent, qui présentent pour la première fois leur nouveau show. Issus du crew C2C, quatre fois champion du monde de deejaying, les deux gaillards proposent une formule simple et efficace : remixer à volonté des standards rock, électro et hip-hop, pour le plus grand bonheur d’une fosse entièrement acquise à leur cause. Le concert démarre tranquillement avec la présentation de quelques nouveaux mix présents sur leur futur premier album. Le "Spoiled Rich Bitches" de Waxdolls promet beaucoup, tout comme l’excellent remix du "Big Money" de Lexicon. Bien plus que sur leurs précédents remix rock, l’auditeur décèle dans ces nouveaux morceaux  l'énorme progression du groupe. Les arrangements sont plus fouillés, les réinterprétations plus travaillées. Le tout est toujours soutenus par des basses monstrueuses. D’emblée, le concert se tourne vers une électro tapageuse, délaissant un peu le rock des début. A l’arrière de la scène un écran projette des artworks animés en accord avec les beat lourds. Le public réagit bien, les premiers rangs, exténués, battent en retraites.  Après cette mise en bouche de qualité, le concert monte en puissance en réintégrant ici et là les titres qui ont fait la gloire de Beat Torrent. Avec un plaisir communicatif, Atom et Pfel se renvoient la balle, toujours synchro, ajustant leurs scratches avec doigté. Un Prodigy bien placé, un Nirvana ou un bon Daft Punk font toujours plaisir. La salle est désormais d’une moiteur suffocante, lorsque que s’abat sur la foule un des meilleurs enchaînements du live : du puissant riff de "Brianstorm" émergent les basses du "Voodoo People" des Prodigy. Un grand moment. Au fil des minutes les deux DJs égrènent les sons : du lourd (Bloody Beetroots), du old school (Run DMC), du décalé (le thème de Batman). Sur un "Thundertruck" percutant, le groupe quitte la scène pour revenir quelques instants plus tard. "No One Knows" finit par achever toutes velléités de résistance.

Sans délaisser son amour des platines, Beat Torrent s’oriente vers une plus grande liberté dans le traitement des morceaux. Gagnant en cohérence et en lourdeur, le groupe s'impose définitivement comme une imparable machine à faire danser les foules. Cette nouvelle tournée, plus orientée électro, devrait ravir ceux qui croiseront la route des deux Nantais.

 

Découvrez également les photos de Beat Torrent à l'Aéronef de Lille, ici

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également