↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Agora Fidelio


Le Troisième Choix


(04/11/2006 - Mosaic Music - Rock Aérien - Genre : Rock)
Produit par

1- Une Epoque Formidable / 2- Palatina / 3- Ma Violence / 4- Finir A Paris / 5- Laisse Moi Me Perdre / 6- Mourir / 7- De La Non Nécessité Du Courage / 8- On Sème / 9- L'enfance (Deuxième Acte) / 10- Puisqu'on Est Pas Mort / 11- A Blanc
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (11 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"3ème album pour ce combo toulousain qui risque de faire parler de lui en 2007..."
Jerome, le 30/12/2006
( mots)

Un peu de chauvinisme n'ayant jamais tué personne, c'est aujourd'hui au cœur de la ville rose que vont vous balader ces quelques lignes. A la rencontre d'Agora Fidelio, ou plutôt de leur dernière production en date Le Troisième Choix, c'est avant tout les portes d'un univers bien particulier qui viennent s'offrir à vous. A l'origine présenté comme le côté plus acoustique et aérien du groupe Psykup, la formation continue de s'affirmer d'album en album, n'attendant que la découverte du grand public.

Amorcé par la guitare claire et aérienne de Jouch, c'est avec "Une Epoque Formidable", pamphlet aiguisé sur notre société d'isolement, que débute cet album. Le phrasé de Milka fait mouche, et on ne peut qu'apprécier la qualité de production donnant à l'ensemble ce qu'il faut de fluidité et d'émotion pour tisser cette proximité absorbant l'auditeur dès les premières notes. Car la force d'Agora Fidelio réside avant tout dans l'atmosphère qui se crée au détour de chacun de ses titres. Sorte d'introspection épurée et lyrique, chaque morceau est autant de chapitres jouant avec les oreilles de l'auditeur pour l'amener là où, en fin de compte, il ne s'attendait pas vraiment.

Animés par une sorte de rage sous jacente nous laissant entrevoir un côté plus explosif, certains titres aiment à franchir le cap, élargissant au passage le spectre sonore maîtrisé par le combo. Que se soit au travers du final de "Palatina", concluant une lente et douloureuse montée en puissance, ou de "L'Enfance (Deuxième Acte)" avec sa construction déroutante, ce Troisième Choix ne saurait se contenter d'une oreille distraite, car musicalement très riche. Et comme si cela ne suffisait pas, Agora Fidelio se paye le luxe de s'acoquiner avec deux invités de marques. Philippe Prohom pour commencer, se chargeant de donner de la voix sur "Laisse Moi Me Perdre", et la fragilité et l'innocence de la voix d'Emma Tissier sur "On Sème". Cette deuxième contribution signera au passage un des morceaux les plus aboutis de l'album, ou les voix se percutent, se chevauchent et finissent par s'épouser pour aboutir à un orgasme musical rugissant et destructeur.

Après Une Histoire De Chair et le très bon Altitude Zéro, ce nouvel album risque fort de marquer un tournant dans la route d'Agora Fidelio. Situé, à juste titre, à la croisée des chemins de Sigur Ros et de A Perfect Circle, je ne peux que vous conseiller de vous pencher sur ce Troisième Choix. D'autant plus quand la maîtrise gravée dans les sillons se retrouve également lorsque le groupe foule les planches.

Si vous aimez Le Troisième Choix, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également