↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Coldplay


Prospekt's March


(24/11/2008 - Capitol - Pop rock anglaise - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Life In Technicolor II / 2- Postcards From Far Away / 3- Glass Of Water / 4- Rainy Day / 5- Prospekt'S March/Poppyfields / 6- Lost + / 7- Lovers In Japan (Osaka Sun Mix) / 8- Now My Feet Won'T Touch The Ground
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (17 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.0/5 pour cet album
"Les chutes de Viva La Vida ne valent guère mieux que l'original"
Nicolas, le 05/01/2009
( mots)

2008 aura vu l'accomplissement de la lente transformation de Colplay, du statut de petit groupe modeste exhalant une sincère et poétique mélancolie à celui d'implaccable machine à tube balayant tout sur son passage. Autant donc en finir dès maintenant avec le faux suspens qui tourne autour de Prospekt's March : ceux qui ont été déçus par Viva La Vida le seront tout autant par ses chutes de studio.

Et plus encore : il n'y a quasiment rien ici qui puisse susciter plus qu'un intérêt poli. Passons d'emblée sur "Life In Technicolor II", simple version chantée et à peine moins inutile du titre introductif de l'album, ou encore sur "Lost +" qui voit l'un des plus beaux morceaux de Viva La Vida se faire massacrer par le rap de Jay-Z, ou même sur l'annecdotique remix du déjà médiocre "Lovers In Japan". Passons également sur le court et dispensable instrumental "Postcards From Far Away". Que reste-t-il ? Une ritournelle dont la joie béate se retrouve impitoyablement noyée sous les xylophones et les violons ("Rainy Day"), une belle mélodie laissant entrapercevoir ce qu'a pu être un jour Coldplay avant de sombrer dans un lyrisme pompier au bout de deux minutes ("Prospekt's March / Poppyfields"), et un titre semi-acoustique aussi peu inspiré que ne l'était "Till Kingdom Come" qui se chargeait de conclure X&Y ("Now My Feet Won't Touch The Ground"). Seul "Glass Of Water" parvient à émerger de très belle manière : le titre ne cherche pas l'esbrouffe d'entrée de jeu, et asseoit son charme grâce à un refrain en béton armé qui se retrouve dopé par une hyperproduction une fois encore de rigueur. Dommage qu'il ne se soit pas retrouvé sur l'album...

Que rajouter ? Les fanatiques de Chris Martin y trouveront certainement leur compte, ça, aucun doute là-dessus. Et ses détracteurs le béniront de ne pas avoir intégré à cet EP l'indigent duo qu'il a osé enregistrer avec Kylie Minogue. Reste que même les excès de zèle de Brian Eno ne parviennent plus à masquer, à quelques exceptions prêt, le manque de relief et d'âme de ce Coldplay nouvelle moutûre. Les quatre anglais ont désormais acquis un succès suffisant pour jouer dans les stades, et il leur faut des chansons dignes de cette démesure. Fort bien. Que ceux qui s'y retrouvent n'hésitent pas à aller scander en choeur ces hymnes en pilotage automatique. Quant aux autres, ils continueront à se passer Parachutes dans leurs écouteurs le soir avant de s'endormir, en espérant sottement qu'un disque de cette trempe pourra encore être réalisé.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Coldplay


Everyday Life


Critique d'album

Coldplay


Ghost Stories


Critique d'album

Coldplay


Mylo Xyloto


Album de la semaine
À lire également