↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

David Bowie


'hours...'


(04/10/1999 - - - Genre : Rock)
Produit par

1- Thursday's Child / 2- Something In The Air / 3- Survive / 4- If I'm Dreaming My Life / 5- Seven / 6- What's Really Happening? / 7- The Pretty Things Are Going To Hell / 8- New Angels Of Promise / 9- Brilliant Adventure / 10- The Dreamers / 11- Thursday's Child (Unreleased Rock Mix)
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (29 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.5/5 pour cet album
"Papy Bowie tente une nouvelle expérience : l'album somnifère!"
Moon, le 11/12/2005
( mots)

Outside et Earthling étaient des disques inespérés pour les bowimaniaques, dont l’idole n’avait plus produit grand-chose de bon depuis quinze ans. Pourtant, l’album suivant, Hours..., à de quoi les faire douter à nouveau.

Au départ, il y a "Omikron : The Nomad Soul", un jeu vidéo développé par les Français de Quantic Dream. Un double virtuel de Bowie y tenait un rôle central. Enthousiasmé par l’idée, Bowie a carrément composé des morceaux inédits pour le jeu. Rien de transcendant, mais pas malhonnête non plus. Sauf que...

Sauf que Hours est composé en grande partie des morceaux de "The Nomad Soul", agrémenté de morceaux inédits à l’avenant. Et ce qui n’était qu’une BO de jeu vidéo est devenu un véritable album du Duke, probablement son moins bon de ces dix dernières années.

Contrairement à ce qu’on aurait pu craindre, l’album ne souffre pas d’un manque de cohérence : les morceaux ont en effet pour point commun d’être mous, surproduits, et de manquer pour la plupart d’originalité. L’impression de torpeur qui se dégage de l’album laisse à penser que Bowie lui-même s’y ennuyait. D’ailleurs, le David Bowie allongé, comme mort, sur la pochette de Hours, n’est-il pas son avatar de Outside, sorti quelques années plus tôt et qui l’aurait laissé épuisé, exangue ? Après les sommets d’Outside, la chute peut paraître rude…

En fait, seuls les morceaux qui forment le cœur de l’album surnagent dans cette soupe FM, notamment "Seven" grâce à une grande sobriété qui rappelle (trop ?) les premiers succès de l’artiste. On réécoutera également "If I’m Dreaming My Life" ou encore "The Pretty Things Are Going To Hell", malgré un effet pénible appliqué systématiquement sur la voix de Bowie. "Brillant Adventure", qui aurait pu être une bonne musique pour le film d'un hypothétique Sergio Leone nippon, se laisse également écouter.

Quant au reste... seuls les auditeurs les plus patients ou les moins exigeants ne seront pas tentés de zapper le début et surtout la fin de l'album. En fait, l'impression globale qui se dégage de ce disque paresseux, c'est d'être un brouillon pour Bowie, un brouillon qui préfigure peut-être ses travaux futurs, et notamment l'album Heathen, qui sortira trois ans plus tard.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Groupe

David Bowie


Critique d'album

David Bowie


Blackstar


Critique d'album

David Bowie


The Next Day


Critique d'album

David Bowie


Reality


Album de la semaine
À lire également


TalkTalk - Messagerie privée en direct