↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

King Gizzard And The Lizard Wizard


Ice, Death, Planets, Lungs, Mushroom And Lava


(07/10/2022 - KGLW - garage rock expérimental - Genre : Rock)
Produit par

1- Mycelium / 2- Ice V / 3- Magma / 4- Lava / 5- Hell's Itch / 6- Iron Lung / 7- Gliese 710
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Un trip modal grisant, gravitant autour du concept de jam session. Infatigables King Gizzard !"
Mathieu, le 26/10/2022
( mots)

Ils sont littéralement insatiables ! Moins de 6 mois après la sortie du condensé double album Omnium Gatherum, s’imposant comme un véritable tour d’horizon stylistique, les King Lizzard & the Lizard Wizard sont déjà de retour, non pas pour nous jouer un mauvais tour, plutôt pour nous embarquer une nouvelle fois dans une folle épopée créative.


Le concept de ligne directrice écarté volontairement de la dernière production fait ici son grand retour, et avec fracas ! Alors accrochez-vous bien... Les 7 titres de Ice, Death, Planets, Lungs, Mushroom And Lava ont été construits à partir de 7 interminables sessions d’improvisations, celles-ci ayant été décortiquées, fragmentées avec minutie et réassemblées, permettant l’ajout studio de quelques guitares, de voix et autres instruments à vent (dont la fameuse flûte traversière de Stu Mackenzie !). 


Et comme l’impro - rythmée par une rotation régulière derrière chaque instrument - ne semble être un obstacle de taille pour nos 6 musiciens, quelques contraintes supplémentaires se sont imposées aux sessions d’enregistrement. Le défi consistait ici à se plier lors de chaque prise, à un tempo bien précis (un nombre de BPM) et à l’un des 7 modes de la gamme majeur. Ionien, Dorien, Phrygien, Lydien, Mixolydien, Aéolien et Locrien - qui en plus d’être le nom historique des 7 modes majeurs, partagent leurs premières lettres avec l’intitulé de cette nouvelle production - ont donc été à l'ordre de séances de gigotte musicale que l’on imagine des plus fumantes. 


Pour ne pas rentrer dans les détails musicologiques (Alex de composer sa musique le fait très bien ici si vous souhaitez enrichir votre théorie musicale (*)), partons plutôt du principe que le choix d’un mode au moment de la composition (ou dans ce cas bien précis, de l’impro) aura un impact crucial sur l’identité sonore de la pièce. Le mode définissant la première note de la gamme sélectionnée (sa tonique), influence en grande partie (pour ne pas dire en totalité) la construction harmonique de l’ensemble.  Planant et féérique pour le mode Lyidien (“Lava”), mélancolique pour l’Aéolien (“Iron Lung”), bluesy/funky pour le Mixolydien ("Hell's Itch"), la patte propre à chaque mode est aisément reconnaissable de par l'ambiance qui s’en échappe.


Vous saisirez aisément les subtilités modales à l’écoute du presque naïf et guilleret “Mycellium”, chargé d’ouvrir l’album et construit sur la base d’un Ionien (une gamme majeur classique finalement) avec la dissymétrie et la dissonance de “Gliese 710”, réalisant la prouesse d'allier free-jazz et Locrien, un mode dit "diminué", que très rarement utilisé en musique de par ce caractère plutôt contre-intuitif pour nos tympans.


Bien que, dans son ensemble, le disque ne s’éloigne que très peu du carcan garage-rock psychédélique définitivement adopté par le groupe (quoique remanié à l’infini), la prouesse de celui-ci repose sur cette aptitude à proposer des titres structurés, malgré l’emploi de cette méthode de composition anticonformiste. Tout en conservant la fougue et la spontanéité d’un fond sonore en full impro, la construction des titres en est tout autre. Vous ne retrouverez certes pas de structures classiques ornées de couplets et de refrains facilement identifiables, mais plutôt un intéressant va et vient de thèmes généreusement agrémentés de divers solos, (“Hell's Itch”, le plus gros morceau du haut de ses 13 minutes et quelques propose à lui seul trois solos de guitare de haute volée !). Les progressions et les contrastes exposés au sein même de chaque titre interpellent de par leur pertinence et leur cohérence. Prenez “Iron Lung” (rien à voir avec nos amis de chez Radiohead) et “Ice V” qui justifient à eux seuls l’écoute de ce LP21 ! Le premier viendra vous happer avec son thème vaporeux jazzy et sa basse chaloupée avant de tout envoyer valser à coup de guitares wah-wah, tandis que le second vous embarquera au sein d’une dansante envolée funky progressiste (sympa cette flute traversière non ?). Les gradients d'intensité sont grisants et dosés avec panache, lorsque certaines ruptures rythmiques surprennent, permettant de tenir l’auditeur en haleine sur des pistes dépassant toutes les 6 minutes et demi d’écoute (4 s’engouffrent même au-delà des 9 minutes).


Au premier abord, le disque peut certes apparaitre comme un caprice de musicos bien trop confiants et récolter au passage une certaine lassitude. Un peu comme lorsque que votre ami gratteux vous propose de l’écouter improviser pendant de longues minutes, répétant inlassablement les mêmes motifs, lui à fond dedans, vous un poil dubitatif. Mais vous auriez ici tort de ne pas persister, car on ne parle pas de n’importe qui ! Un peu de volonté et de rigueur vous permettront de saisir toutes les subtilités de la démarche de cet énième défi lancé par nos rois du psyché australien. N’ayez crainte, ces quelques écoutes intéressées vous rendront justice et révèleront peu à peu tout le potentiel d’un disque sur lequel le concept de jam session passe finalement au second plan, relevé par la richesse modale de l’ensemble et le fruit d'un travail collectif ahurissant.


 


A écouter : “Ice V”, “Iron Lung” 


 


(*) L'excellent article d'Alex de composer_sa_musique.fr à propos des 7 modes de la gamme majeur !

Si vous aimez Ice, Death, Planets, Lungs, Mushroom And Lava, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !