↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Le Peuple de l'Herbe


A matter of time


(16/01/2012 - Discograph - Dub/Hip-Hop/Abstract/Drum&Bass - Genre : Autres)
Produit par

1- New Day / 2- Mars / 3- MOthership / 4- Let Us Play / 5- Not a Test / 6- Parler Le Fracas / 7- Moustache / 8- Jasmin In The Air / 9- Numbers / 10- Wooden Jam / 11- A Matter Of Time / 12- Tous Les Matins / 13- 19
Note de 1.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Le Peuple de l'Herbe séduit plus largement sans se renier. Ça fonctionne !"
Geoffrey, le 20/09/2012
( mots)

15 ans de disques, de concerts, de festivals, et surtout 15 ans d'inventions. Autant d'années passées à créer, couper, coller, bricoler les sons pour en faire un qui soit propre au Peuple de l'Herbe : un mélange compact et cohérent de genres musicaux urbains et électro. Pour A matter of time, leur sixième album (ou septième selon les versions du premier album Triple Zero), les lyonnais, sans réellement se renouveler, apporte ce petit truc plus policé qui semble vouloir se faire plus accessible à ceux qui rebutaient d'écouter un disque du groupe souvent taxé d'être un fourre-tout narcotique imbitable.

Car ici, à part quelques titres qui rappellent le passif du Peuple draguant du côté de l'électro lourd, du break-beat ou de la jungle ("Not a test", "Jasmin in the air", "Wooden jam"), le disque ne va pas chercher ses inspirations trop loin des styles connus, s'inspirant de la pop, du rock, du dub, du funk et du hip-hop, alternant ces genres dans un tracklisting décousu et éclectique. Difficile, donc, d'aborder ce disque sans s'attendre à faire le grand écart. Pourtant, Le Peuple de l'Herbe maitrise l'exercice à merveille, et on adore voir ce téléscopage entre un "New day" rock et un "Mars" hybride qui rappelle ce que fait à la perfection «rinôcérôse» dans un style électro punk, lui même percuté par le flow guttural du rappeur JC 001 dans le funky "Mothership" … et ainsi de suite. La petite surprise se situe à la 6ème piste, qui héberge un pur morceau de hip-hop très east-cost, très new-yorkais, façon Run DMC. Ici, c'est le français Marc Nammour du groupe de fusion rock/rap La Canaille qui pose son phrasé sur les basses profondes de "Parler le fracas" pour illustrer sa vision de la société actuelle. Une critique acerbe, quoi que presque cliché pour ce genre musical,  joliment conclue par un sample du poète Aimé Césaire dans sa pièce La tragédie du Roi Christophe, disant que "il faut rappeler constamment au chef qu'il est beaucoup moins chef qu'il ne le croit et que le dernier mot appartient au peuple". Une citation presque prémonitoire, dans le contexte de la sortie de l'album, à quelques mois de l'élection présidentielle française. 

Avec A matter of time, Le Peuple de l'Herbe souhaite donc rallier des nouveaux fans à ses anciens. Ceux qui aimaient l'activisme légalisationniste du groupe se retrouvent donc ici rejoints par ceux simplement attirés par une musique plus abordable, sans pour autant oublier d'où il venait, et ce qu'il avait produit jusqu'alors : une mosaïque de morceaux avec un hyper-éclectisme pour dénominateur commun.

Si vous aimez A matter of time, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !