↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Wovenhand


Consider the birds


(01/09/2004 - Glitterhouse - Folk Rock Post-Punk - Genre : Rock)
Produit par

1- Sparrow Falls / 2- Bleary Eyed Duty / 3- To Make A Ring / 4- Off the Cuff / 5- Chest of Drawers / 6- Oil On Panel / 7- The Speaking Hands / 8- Down In Yon Forest / 9- Tin Finger / 10- Into the Piano
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
""
Lilian, le 08/02/2005
( mots)

Le temps d'un "Consider the birds", David Eugene Edwards, le leader de 16 Horsepower, se paye le luxe d'un troisième voyage à bord de Wovenhand, son projet solo lancé en 2001.

Autant être clair tout de suite, ce nouvel album du songwriter de Denver n'est pas vraiment facile d'accès et en laissera sûrement beaucoup indifférents. Sans ses compères de 16 Horsepower, Edwards nous livre une musique sombre et intimiste, à mille lieux des performances rock/punk de son groupe. Pourtant, après plusieurs écoutes, tout s'éclaire et l'émotion transmise par chacune des chansons est tellement intense qu'elle en est presque palpable. D'abord il est difficile de ne pas se laisser envahir par le chant magnifique d'Edwards. Ensuite la musique qui nous est proposée est aussi troublante que passionnante. Entre un folk américain très posé et des consonances country. Difficile de voir rose en écoutant cet album.

"Sparrows falls" ouvre la marche et nous plonge immédiatement dans l'ambiance lourde de l'album. Sons de cloche et piano viennent s'ajouter subtilement à la guitare pour dramatiser un peu plus une chanson qui seulement par la voix serait touchante. Aucune des 10 chansons ne viendra alléger l'atmosphère. Pas plus "To make a ring", sorte de fouillis musical aux accents orientaux, que "Down in yon forest", malgré des guitares plus entraînantes. Quant au magnifique "The Speaking Hands", il mériterait à lui seul qu'on s'attarde sur cet album. Son côté obsédant et minimaliste d'apparence en fait un titre captivant à souhait et presque reposant au milieu de tout ce décalage. Enfin "Into the Piano" remplit à merveille son rôle de conclusion avec un son de piano éloigné et un chant tout en écho, comme quelque chose que l'on écouterait de loin.

Côté paroles, David Eugène Edwards ne peut se défaire de sa passion religieuse. Et même si je n'adhère pas du tout, on pourrait dire que ce n'est qu'un détail à côté de tout le reste.

Bref cet album, qui devrait malgré tout ravir sans trop de difficulté les fans de 16 Horsepower, est une petite réussite. Et même si plusieurs écoutes sont nécessaires, il conviendra à toute oreille avide de nouvelles sensations et d'émotions pour le moins intenses. Par contre, il est à déconseiller en période de déprime ...

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Wovenhand


Refractory Obdurate


Critique d'album

Wovenhand


The Laughing Stalk


Album de la semaine

VOLA


Witness


"

Il leur aura fallu le temps, mais on peut désormais l’affirmer sans fard : sur son troisième album, Vola a trouvé tout à la fois son style et sa force de composition. Si les danois avaient su jusqu’ici faire preuve d’éclectisme et d’ouverture d’esprit dans leur metal progressif à accointances électro-djent, on ne les avait encore jamais vus aussi robustes que sur ce Witness qui jette un très gros pavé dans la mare du milieu, au point désormais d’éclabousser à grosses gouttes les cadors du genre, TesseracT en tête. Carrément.

"
À lire également