↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

50 ans après, 15 hymnes contre la guerre au Vietnam


"Quelques-uns des grands titres qui ont marqué la contestation pacifiste"
Steven Jezo-Vannier, le 03/03/2015

 

Il y a cinquante ans, le 2 mars 1965, le président américain Lyndon B. Johnson, successeur du défunt JFK, lançait l'opération Rolling Thunder, « tonnerre grondant », dans le ciel nord-vietnamien. Ce bombardement systématique, qui va déverser près d'un million de tonnes de bombes en trois ans, marque l'intensification de l'implication américaine dans le conflit sud-asiatique. Cela fait déjà dix ans que les États-Unis luttent contre l'influence communiste dans la région et contre l'avancée des Vietcongs de Hô Chi Minh. Contrairement à la politique de désengagement initialement prévue par l'administration américaine, le contexte politique amène Lyndon B. Johnson à faire le choix de la guerre. En plus de l'opération Rolling Thunder, il décide l'envoi massif de troupes au sol, le déploiement de plusieurs milliers de Marines et autorise le recours au napalm. La suite est connue.

À partir du mois de mars 1965, un vaste mouvement d'opposition à la guerre éclate en Amérique – le plus grand de l'histoire du pays. À travers les sit-in, les marches pour la paix et les bûchers de draft cards, il rassemble les diverses forces contestataires du pays autour d'une même cause : pacifistes, antinucléaires, militants de la New Left, communistes, beatniks, hippies, étudiants radicaux, militants afro-américains, artistes divers, et bientôt toute la jeunesse du baby-boom. Les mouvements contre-culturels se fédèrent et s'opposent ensemble à la « great society » du président Johnson, puis à la politique militariste de Nixon, rejetant la morale et les valeurs de l'ordre traditionnel impérialiste. Faisant vaciller l'autorité et ses certitudes, ils ébranlent le modèle de l'American Way of Life et exigent l'instauration d'un monde nouveau, nourri d'utopie. Des chanteurs prennent position avec vigueur et détermination. En musique, ils affichent leur volonté de changement et deviennent les porte-voix de la contestation sur les ondes et les scènes de tout le pays, et bien au-delà. À travers eux, la lutte contre la guerre du Vietnam devient une source d'inspiration majeure du rock des sixties. Des dizaines de chansons, connues ou nom, sont écrites pour dénoncer la conscription et la boucherie de la jungle vietnamienne. Des hymnes puissants sont chantés et repris en chœur par la jeunesse, jusque sur le théâtre des opérations. Ces chefs-d'œuvre ne vaudront jamais le prix des morts, mais ils ont permis de réveiller l'Amérique et de faire entendre la voix de la différence. Sans doute auront-ils également permis de mettre fin au carnage en 1975.

Quarante ans après l'arrêt des combats, en mémoire des morts et des militants, voici un petit florilège des grands hymnes rock contre la guerre au Vietnam.

Commentaires
Arbitre, le 04/10/2020 à 15:39
Maintenant que j'y pense, il y a bien un titre de Jefferson Airplane ouvertement anti-Vietnam. Il s'agit de "Rejoyce", composition de Grace Slick de 1967, qui dit "War's good business, so give your son, but I'd rather have my country die for me" ("la guerre est un bon bizness alors donnez votre fils, mais je préfèrerais que mon pays meure pour moi"). Mais ce n'est pas le thème principal de la chanson, et musicalement ce n'est pas accrocheur (c'est une sorte de Jazz), ce qui explique sans doute que les activistes ne l'aient pas adoptée comme un de leurs hymnes.
Arbitre, le 03/10/2020 à 08:08
On aurait éventuellement pu ajouter le "For what it's worth" ("A toute fin utile") de Buffalo Springfield, écrit par Stephen Stills. Il est vrai qu'à la base, cette chanson fait référence à une manifestation réprimée par la police à Los Angeles, en 1966, suite à la fermeture d'une salle de concert par les autorités. Mais le mouvement anti-Vietnam l'a très rapidement adopté comme un de ses hymnes contestataires. En fait, il faut bien être conscient qu'à cette époque, les communistes américains avaient pour stratégie de rallier la jeunesse "hippie" à leur cause en s'associant avec les héros populaires de la Rock-music. Ils savaient que du côté des amateurs de Country, c'était peine perdue. Les folkeux-contestataires (adeptes de la "protest-song") étaient généralement à leurs côtés (Joan Bez en particulier, également Arlo Guthrie dont le père Woody était syndicaliste). Les Hell's angels étaient résolument partisans de la guerre, patriotes zélés, la seule chose qui les liait aux hippies étaient le LSD. Certaines rock stars de cette époque avaient des dossiers chez la CIA, du fait de leur influence sur la jeunesse et donc du risque de menace sur l'ordre public qu'ils représentaient. Paul Kantner et Grace Slick (Jefferson Airplane) étaient dans ce cas. Plus d'une fois Kantner avait provoqué des émeutes dans des salles de concert, parce que la police venait intimer l'ordre aux organisateurs de couper les micros. Kantner surnommait les policiers "the pigs" (les cochons). Quant au "king", Elvis, il avait fini, au début des années 70, par soutenir le président Nixon, et lui avait même conseillé de se méfier des Beatles (séparés mais toujours extrêmement populaires), considérant qu'ils représentaient un danger pour la jeunesse américaine.
Arbitre, le 03/10/2020 à 07:41
Le passage le plus ironique, dans le "Fixin' to die rag" de Country Joe & the Fish, c'est quand Country Joe invite les pères de famille à envoyer sans tarder leurs fils à la guerre en disant "Soyez le premier de votre quartier à voir revenir votre fils dans une boîte", avec des allures d'Oncle Sam !
Arbitre, le 03/10/2020 à 07:35
Pour la petite histoire, cette chanson, qui traite effectivement de l'absurdité de faire la guerre à des inconnus, est à la base une composition de David Crosby. Avec ses collègues des Byrds, ils avaient déjà commencé à la travailler en studio. Mais les choses n'allaient pas bien au sein du groupe. C'était l'été 1967. Tout était fait pour déplaire à Crosby, le pousser à partir. Et après son départ, Roger Mc Guinn et Chris Hillman continuèrent de travailler sur cette chanson, en modifiant en partie les paroles. De ce fait, elle est créditée Crosby-Hillman-Mc Guinn, ce qui mit en colère Crosby lorsque l'album sortit, début 1968. En tout cas, c'est un très bon morceau, avec notamment une ligne de basse intéressante et un petit passage instrumental au milieu où on peut entendre des bruits de guerre.
Arbitre, le 03/10/2020 à 07:20
A la base, le "Volunteers" de Jefferson Airplane n'a rien à voir avec la guerre du Vietnam. Ca a à voir avec les Volunteers of America, organisation comparable à l'Armée du Salut, dont un camion a un jour réveillé Marty Balin. Regardant par la fenêtre, Balin a alors commencé à imaginer des paroles de chanson. La 1ère phrase, "Look what's happenin' on the street", fait donc référence à ce camion, et non aux manifestants anti-Vietnam. Mais Balin a montré ces paroles à son collègue Paul Kantner, pour que celui-ci les mettent en musique. Kantner ayant toujours été une sorte d'anarchiste contestant toute autorité (à cause d'une enfance passée dans un orphelinat religieux à la discipline jésuite), il en a profité pour ajouter les fameux "Got a revolution, gotta revolution", et c'est ce qui a valu à la chanson d'être adoptée par les opposants à la guerre. Pour ce qui est du "k" prévu initialement pour le titre de l'album, ce n'est pas une référence au Ku-klux-klan. C'est tout simplement une façon d'écrire typique des milieux communistes. Paul Kantner et Grace Slick ne cachaient à personne leurs penchants pour le communisme. Grace Slick n'était pas vraiment portée sur la vie en communauté, mais Kantner avait vécu de cette façon dans ses jeunes années, en partageant un appart avec David Freiberg et David Crosby. Chacun déposait de l'argent dans une caisse commune, et chacun y puisait selon ses besoins. Un peu plus tard, Kantner et Slick (qui formaient un couple) se prirent de passion pour les cultures d'Extrême-Orient. Ils pratiquaient le Taekwondo, étaient friands de films de Kung-Fu, et avaient même nommé leur fille China.
Bumbum, le 13/02/2020 à 09:54
Il me semble que "United Nations" ne se réfère pas aux USA mais à l'ONU...
tpe, le 19/12/2018 à 12:08
merci aussi
XD, le 19/09/2017 à 14:05
J'ai adoré merci pour cet article
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également