↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Groupe

Interpol


Rock (néo cold wave)

Membres :
Paul Banks
Samuel Fogarino (Batterie)
Daniel Kessler (Guitare)

Sites :
interpolny
Interpolfr

Interpol est un groupe de rock américain formé en 1998 à New York par Daniel Kessler et Greg Dudy. Si Kessler a fondé le groupe et en est le principal moteur organisationnel, c'est bien Paul Banks qui en est l'âme, grâce à sa voix grave et pleine et ses textes poétiques. Souvent désignés comme la tête de file d'un certain revival cold wave, Interpol nie néanmoins toute influence de Joy Division sur sa musique, préférant citer The Cure, The Mars Volta ou Franck Black comme modèles. Après avoir signé deux disques unanimement salués par la critique (Turn On The Bright Lights et Antics) chez un label indépendant Matador, le groupe a signé en 2006 chez Capitol pur Our Love To Admire avant de revenir chez Matador ensuite. Carlos D, le bassiste, a annoncé son départ du groupe peu avant la sortie d'Interpol, et c'est Banks lui-même qui a pris sa suite en studio par la suite.

Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également